Au sujet des livres en peau de condamné

#vendredilecture avec 24h d’avance : je lis actuellement le recueil d’articles édité par Mathieu Vivas sur l’archéologie de la justice. Déjà c’est passionnant, richement documenté, écrit dans un style clair, si vous touchez de près ou de loin à ce champ de recherches il faut le lire! Je viens de finir l’article de Jennifer Kerner sur les reliures de livres faites avec la peau d’un condamné, il me paraît primordial à plus d’un titre, et même s’il se situe sur une fenêtre chronologique hors de ma période d’étude, j’avais envie de lui consacrer quelques lignes.

Son propos est frappant (et la pratique terriblement choquante!) pour plusieurs raisons : j’ignorais que ce genre de pratique existait, depuis le XVIIe siècle visiblement et elle perdure jusqu’au XXe siècle. Au collège j’avais été écœurée par les exemples bien connus d’abat-jours en tatouages humains faits par les nazis, finalement ils n’ont rien inventé. A titre humain tout cela reste répugnant, ça va de soi, mais il est toujours utile de le dire. Passons sur mes sentiments et enfilons mes escarpins d’historienne. Je n’évoque pas les techniques d’identification des peaux, c’est très intéressant mais très au-delà de mes compétences. Ce qui me parle plus ce sont les motivations et le contexte dans lequel ça s’inscrit, ainsi que ce que ça dit du rapport au corps. Il s’agit de cadavres de condamnés dont le corps n’a pas été réclamé par la famille. Vraisemblablement les concernés étaient informés du devenir de leur dépouille, et certains donnent des consignes sur le livre qui doit recevoir cette couverture (récit du procès, confessions par exemple), ou le destinataire du livre (dernière victime par ex). La dissection du corps est un acte public – encore un élément que je découvre – et l’autrice écrit : « En France comme en Grande-Bretagne, de nombreux badauds font le déplacement pour voir le spectacle de la justice se terminer […] un spectacle populaire auquel il est bon d’être vu et de rapporter un souvenir matériel : fragment de corde […] » (p. 202).

Elle dit plus loin que la création des objets, parce qu’il n’y a pas que des livres, répond à l’idée d’affirmer la bonne marche de la justice devant des crimes horribles, et la publicité va jusqu’à l’exposition des objets dans des vitrines, de musées ou librairies municipales. En filigrane, cet article dit beaucoup de choses des conditions d’exercice de la justice et de la proximité qui a pu exister entre les populations et les lieux de justice. Aujourd’hui la justice se rend dans des lieux spécifiques, fermés, ouverts au public dans un certain nombre de cas (pensons aux procès à huis-clos et aux audiences des juges aux affaires familiales par exemple qui ne sont pas ouvertes au public), mais où finalement on ne trouve que peu de curieux qui viennent simplement écouter des affaires auxquelles ils sont complètement étrangers. Là ça n’est pas le cas, puisque l’évènement est aussi couru que le dernier concert de Soprano. L’exécution d’un criminel, the place to be. Alors certes, il est question d’exécution, et la France ne se livre plus à ce genre de choses depuis quelques décennies. Mais tout de même : au-delà du geste de la mise à mort compte le geste de la sentence judiciaire qui tombe et dont les conséquences psychologiques peuvent être très fortes pour les victimes. Une tension qu’on ne ressent pas forcément lorsque le rendu de la décision et sa mise en application ne sont plus directs et passent par le filtre des réseaux sociaux ou de la presse qui relate les verdicts des grands procès. Car par exemple, pour citer un cas d’actualité, a-t-on des images de l’entrée de Patrick Balkany à la Santé? Je ne me rappelle pas en avoir vu, et pourtant le feuilleton judiciaire de l’année 2019 a fait l’objet d’une médiatisation très large. On est donc passé d’une société où la justice s’exerce au vu et au su de tous à une société où compte surtout la décision qui est rendue et où son application se fait à l’abri des regards. Pourquoi? Est-ce en lien avec le développement de la distinction entre ce qui est public et privé? Qu’est-ce que ça change dans la perception de la justice par les populations? D’autres que moi sont bien plus compétents pour répondre à ces questions, et je serais bien curieuse d’ouvrir le rayon sociologie qui s’est certainement penché là-dessus #postsoutenanceofcourse.

Elle évoque en conclusion le rôle de l’historien et explique que certains chercheurs plaident pour « proposer des sépultures décentes aux reliures en cuir humain » dans l’optique de  » « réparer » la faute faite jadis par des membres du corps médical » (p. 209). Que faut-il faire de ces restes humains? La question de leur inhumation interroge sur les découvertes de dépouilles lors de fouilles archéologiques. Dernièrement, l’équipe d’archéologie de Valenciennes a mis à jour les restes d’un enfant, inhumé à la fin de l’époque médiévale ou au début de l’époque moderne, dans une zone non consacrée : faut-il procéder à une inhumation telle que nous la ferions aujourd’hui? Cela reviendrait à transposer nos pratiques funéraires sur une époque qui fait les choses autrement. L’idée de « réparer » une faute plaque un système de pensée sur une société qui ne fonctionnait pas comme la nôtre et pose à mon sens des problèmes d’éthique et de compréhension. L’historien est-il là pour réparer le passé? Assurément non, en tout cas pas si je me fie à tout ce qu’on m’a appris sur le rôle de l’historien depuis mon entrée à l’université. Au besoin il me semble que ce sont les pouvoirs publics qui doivent s’emparer de ces dossiers. Jennifer Kerner précise que jusque-là aucun de ces livres n’a fait l’objet d’une inhumation : désintérêt des autorités pour la question ou ignorance de l’existence de ces objets? Dans la mesure où son étude est l’une des premières sur ce thème, puisqu’elle a créé ce corpus en faisant l’inventaire de l’ensemble des livres de ce genre existant, j’aurais tendance à pencher pour la seconde hypothèse. Est-ce qu’un législateur se penchera sur la question? Affaire à suivre. En tout cas cet article est assurément l’un des plus exotiques de ce recueil et l’un des plus instructifs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search