Réorganiser le quotidien pour écrire avec plaisir

Depuis Noël dernier, je me suis quelque peu éloignée des réseaux sociaux. Trop de négatif, l’actualité n’aide pas, et j’ai l’impression d’y avoir moins d’échanges qu’avant, sans trop que je sache pourquoi ; ça me manque un peu. Et puis surtout, j’ai remis en place des routines de travail, en particulier pour l’écriture.

Car on y est, 2020 c’est l’année du grand oral #soutenance. L’objectif clairement affiché, et croyez bien que je travaille à l’atteindre, quoique j’entende à ce sujet, c’est de déposer le pdf à l’impression au pire pour début juillet, avant de partir à la plage. L’an dernier, je suis partie avec ordinateur et pléthore de gros livres dans le sous-coffre de la voiture, plus jamais. Je ne veux pas non plus faire partie de cette cohorte de doctorantes et doctorants qui passent leur dernier été avant soutenance à écrire frénétiquement, les récits d’écriture d’HDR soutenues ces dernières années n’incitent pas non plus à vivre cette étape. Donc il me reste six mois.

Où j’en suis? Ma première partie est rédigée, et j’ai presque fini les corrections. La seconde partie sera terminée cette semaine et partira aussi sec chez ma DR pour lecture. D’ici la fin janvier, je dois écrire le plan détaillé de la troisième et dernière partie, pour l’écrire d’ici la fin avril. Voilà. Ca laissera un peu de temps pour les dernières corrections, et j’ai déjà un peu travaillé sur les annexes, l’intro générale est bien avancée.

En terme de rythme d’écriture, j’ai d’abord commencé par… lire. Ou plutôt relire. Quoi? Les bons conseils de Geneviève Belleville. J’ai lu beaucoup de livres sur comment écrire sa thèse ces dernières années (je recommande notamment Ecrire les sciences sociales d’Howard Becker, très efficace sur comment écrire simplement et gommer un style alambiqué). Le livre Assieds-toi et écris ta thèse est sans aucun doute celui qui m’a le plus appris en matière d’organisation de la rédaction (au besoin, l’une de ses conférences est sur YouTube, et elle est très agréable à écouter). La différence entre sa prose et celle d’autres personnes? Elle donne des trucs pratiques, applicables par n’importe quelle discipline. Et concrets. Rien de creux genre « vous devez conceptualiser votre sujet ». Non. Elle pointe des choses à faire et non à réfléchir, à mettre en place, parfois en l’espace de quelques secondes. Et ça fait une nette différence : comme elle le dit, ce qui compte c’est d’être active et régulière. Donc il faut écrire tous les jours, et se fixer des objectifs, concrets, mesurables et atteignables. Ce que j’aime beaucoup dans son discours, c’est son côté déculpabilisant. L’objectif du jour n’est pas atteint? Le problème c’est pas toi, c’est l’objectif qui n’est pas atteignable/mal défini. Et elle invite donc à redéfinir cet objectif, en partant du principe qu’il vaut mieux deux petits pas chaque jour plutôt que rien du tout. Une fois qu’on a adhéré à cette idée, c’est nettement plus simple. Car désormais je travaille par tâche clairement signalée : monter les cartes par métiers des nouveaux bourgeois, construire les graphiques et tableaux à insérer sur les lieux de sépulture des bourgeois qui testent. Ce sont deux objectifs qu’on peut finir, car leur nombre est clairement délimité, et une fois que la carte/graphique est créé, c’est terminé, pas de chipotage sur est-ce que c’est assez bien fait ou est-ce qu’il y a un micro détail que je pourrais modifier. Ma carte contient mes données, un titre, une échelle, une légende, une orientation? C’est bon, c’est bouclé, objectif atteint.

En parallèle, j’ai mis en place un quota journalier à atteindre en terme de nombre de pages. J’insiste, c’est de la page et pas du nombre de mots ou de signes. Pourquoi? Parce que monter une carte ou un tableau c’est un gros boulot, et ça ne s’insère pas dans ma prose comme illustration mais bien comme élément d’argumentation : ma carte montre des phénomènes que je ne peux pas avoir en alignant des chiffres par exemple. Elle est donc un équivalent d’un paragraphe, même si j’explicite ensuite avec des mots ce que j’observe sur cette carte et comment j’explique ce que j’observe. C’est un élément essentiel. Il m’a fallu longtemps pour intégrer cette idée, et pourtant cela fait des années que mon coach personnel #husband me le serine. Ou pour le dire autrement, des fois je comprends vite mais il faut expliquer longtemps. Les puristes me diront sans doute que « bah c’est du remplissage seuls les mots comptent! ». Fuck les puristes, seul l’argumentaire compte, j’écris pas un roman candidat au prochain prix Goncourt. Et de fait, mon quota augmente, sans que je le vive comme une pression : une page quotidienne pendant les vacances de Noël, je suis passée à deux à la rentrée et j’envisage de passer à trois la semaine prochaine. Ce qui importe c’est que ça semble facile, atteignable. Si c’est perçu comme une contrainte, ça devient une souffrance, et ça c’est très mauvais. Le plaisir de l’écriture c’est important : le plaisir d’écrire sur un sujet qui nous intéresse, mais aussi le plaisir de voir le nombre de pages augmenter, signe qu’on progresse, et enfin le plaisir parfois de jouer avec les mots et de les voir s’aligner facilement, agréablement sous les doigts qui virevoltent de touche en touche.

Dernier élément mis en place il y a quelques temps : j’ai revu mon organisation matérielle. L’acquisition d’une nouvelle tour chez l’ami suédois cet été a permis de débarrasser mon bureau. Je n’y laisse plus que mon ordinateur et éventuellement ma lampe UV et un ou deux livres. Le reste est sur les étagères, l’une d’elles est dédiée aux dossiers en cours. Et tous les jours je range. Entrer chaque matin dans une pièce nette, sauf si les chattes ont fait n’imp pendant la nuit #ofcourse, c’est très reposant. Si ma vieille ne s’acharnait pas à bouffer du ficus je remettrais bien une plante. Donc un espace accueillant, avec de la place, pour y poser les dossiers et livres du jour. J’ai switché mon bullet journal pour une appli, suggérée par l’une d’entre vous dernièrement sur Twitter : Microsoft To Do. Au départ j’étais sceptique. Maintenant je ne m’en passe plus. L’idée de ne plus devoir écrire chaque jour certaines tâches répétitives (je n’arrive pas à me faire aux trackers des bujo), c’est tout simplement magique. Désormais y cohabitent les tâches relatives à la recherche et ce qui relève du domestique, genre l’arrosage des plantes, la lessive à lancer ou la litière du chat à changer. Et c’est nettement plus facile de répondre quand mon mari me demande si je peux conduire/reprendre l’enfant à l’école, ça s’insère dans la journée, ou pas. La fonction de répétition me soulage aussi de la charge mentale « c’est quand la dernière fois que les poussières ont été faites dans la chambre? », l’appli y pense pour moi. J’imagine que pour une partie des gens ce genre d’appli ne répondra pas à leurs besoins, car on ne peut pas y faire de catégories, ou mettre des tâches dans différentes couleurs par exemple (ou alors je n’ai pas trouvé). En ce qui me concerne ça me va, car au-delà de deux couleurs je ne vois plus rien et je me concentre plus sur l’amas de couleurs que sur les tâches à accomplir. J’ai également inclus dans les tâches quotidiennes les mails : une fois le matin, une fois un peu avant midi, et c’est tout. Avant j’y regardais presque toutes les heures. Hyper anxiogène. Désormais c’est fini, et je ne les regarde plus que sur mon ordinateur, exit les mails sur le téléphone ou la tablette. Au-delà du temps qu’on y consacre, terminée la pression de l’hypothétique mail hyper important qu’il ne faut pas louper. Autre tâche quotidienne : la lecture. Un article par jour ou un chapitre d’ouvrage qui doit venir s’intégrer directement dans un chapitre de thèse, et un bout de lecture pour mes recensions affreusement en retard. Mine de rien, en l’espace de deux semaines, plein de livres en retard ont viré de l’étagère, là encore on épure et visuellement parlant c’est apaisant et motivant. Pour les recensions c’est pas encore tout à fait rôdé, j’en suis à la conclusion que peut-être que j’aurai été trop longue et qu’à l’avenir on me refusera des recensions, ou peut-être que les personnes en charge de ces rubriques, tout aussi assommées de travail, voire même franchement plus que moi, feront preuve de compréhension, je ne sais pas, on verra. Pour l’un des livres c’est en bonne voie d’achèvement (et c’est passionnant), pour un autre j’ai bien avancé la lecture mais j’ai du mal à écrire mon texte. Ensuite il en restera trois. Je sais, c’est beaucoup trop. Tant pis, il faut bien en venir à bout.

En définitive, cette nouvelle organisation qui se met en place me convient, ça s’enchaîne globalement efficacement, j’ai même résorbé une partie du retard des tâches ménagères #quotidien. Donc ça marche. Sauf quand un état grippal se pointe et me laisse sur le carreau pendant quatre jours #lastweek.

En couverture : Valenciennes – BM – ms. 0772, f. 168
Chroniques de Hainaut / Jacobus de Guisia. – Jacques de Guise écrivant


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stéphanie dit :

    Bravo! je crois que je vais regarder l’appli que tu mentionnes pour mieux organiser mon quotidien. pour l’instant j’en suis aux listes papier mais le quotidien y trouve difficilement sa place. Je suis contente de voir que tu vas bien. plein de bises et de courage pour la suite!

    • Stéphanie Pirez-Huart dit :

      Merci, aller bien il faut le dire vite, 2019 s’est terminée sur un nouvel épisode de « mon CV médical d’enfer », à confirmer dans quelques mois, mais hormis ça, effectivement ça va. Pour l’appli, c’est pas une garantie de succès, il faut que ça s’insère dans ta façon de fonctionner, mais je pense que ça vaut le coup de tester, c’est moins fastidieux que le papier. Bises!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.