Valenciennes dans la guerre de Cent Ans : un bourgeois à Azincourt?

Il y a quelques temps je me posais la question de la participation de Valenciennes à la guerre de Cent Ans. La ville ne subit aucun siège pendant cette période, car excentrée des flux migratoires des combattants, même si ça ne l’empêche pas de suivre l’évolution du conflit via les messageries et les informations qui circulent. Je tiens désormais une piste sérieuse de l’implication de la « bonne ville » du Hainaut dans ce conflit majeur.

Il y a six mois, en fouillant les généalogies de Casimir de Sars de Solmon, je découvrais une mention d’un Valenciennois qui aurait participé à Azincourt. Rien que ça. La célèbre bataille qui a littéralement saigné la noblesse française. Rappel du contexte : nous sommes en 1415, les Français se font botter les fesses depuis des décennies par les Anglais, et au pays de la baguette on se tâte d’instaurer officiellement TeaTime #cliché #àpeine #anachronismequandmeme #jassume. Bref, plus sérieusement, ça craint sévère pour la lignée de Valois.

Donc voici venu le temps des généalogies et des souvenirs, aka les généalogies de Casimir, rien à voir avec un dino orange of course. Qui est-il? Un érudit du début du XIXe siècle, dont la grande passion est ses semblables des siècles passés, les riches, nobles et gros bourgeois naturellement. Et il se met en tête de dresser la généalogie des bonnes familles du coin, dont les Valenciennois. Quatre siècles après? Sur quelle base? On ne sait pas trop, il nous dit en début de volume qu’il a consulté beaucoup de documents, mais nous sommes avant les méthodiques, pas de liste fournie ni même de note de bas de page. Il faut faire confiance #oupas. Tout n’est pas à jeter chez Casimir, il y a des données intéressantes. Mais autant que possible, je croise ce qu’il me dit avec les archives médiévales, histoire d’évaluer la marge d’erreur de son travail. Globalement c’est utilisable, mais je reste toujours méfiante, car il lui arrive de se tromper d’épouse ou de filiation. Donc faire confiance, mais vérifier.

Voilà ce qu’il nous dit, au sujet de Jehan Dougardin :

BM Valenciennes, ms 812

Tous les détails autour sont justes : la seigneurie, l’épouse, le nouvel époux de la désormais veuve. Crédible de prime abord. Mais quand même. Aucun historien ayant travaillé sur Valenciennes au Moyen Age n’en fait mention. Alors certes, il m’arrive de pêcher des nouveautés dans les archives, mais bon Azincourt ça se pose là dans le côté mémoriel. Et puis bon les batailles quoi, le fonds de commerce nationaliste, c’est quand même le truc à faire crier cocorico tous les extrêmes-fans du drapeau. Donc même si les autres infos sont justes, je me dis qu’il faudra creuser. Twitter me donne quelques pistes, non concluantes pour l’instant, mais je concède n’y avoir consacré que peu de temps pour l’instant. Et je laisse donc cet aspect en sommeil.

Jusqu’à aujourd’hui. Je travaille sur la question des sépultures ces temps-ci. J’ai fouillé les testaments #labase, sondé les découvertes archéologiques #peuderesultats. Comme ailleurs, les églises anciennes ont disparu, rasées par les révolutionnaires et autres guerres pour les miettes restantes. Impossible donc d’aller faire un relevé moi-même. Plusieurs épitaphiers existent, de qualité et conservation inégales, et évidemment dispersés dans des centres d’archives différents, histoire de me faciliter le travail. Fort heureusement pour moi, à la fin du XIXe-début du XXe siècle, Théodore Leuridan s’est dit qu’une publication serait utile. Croyez bien qu’au vu du peu de sources éditées au sujet de Valenciennes, je l’aime d’amour, un peu comme le Cartulaire des comtes de Hainaut de Devillers, à une autre échelle #autrebilletavenir. En quatre volumes, il dresse la liste des sépultures, édifice religieux par édifice religieux, parcelle par parcelle. C’est évidemment une copie et une compilation, mais c’est aussi et surtout un gain de temps énorme. Et puis bon l’ami Théodore a été archiviste et bibliothécaire, je donne donc un certain crédit à son travail. Outre les noms et dates de décès de ces braves gens, il prend soin de préciser le lieu exact de sépulture : dans l’église Machin certes, mais surtout dans la chapelle Saint-Truc ou au milieu du chœur, devant tel retable ou à gauche de la porte de l’église par exemple. Rien qu’avec ça je vais pouvoir travailler sur un autre aspect de la sociabilité médiévale : avec qui et aux côtés de qui se fait-on inhumer? Sans intérêt pour les vivants d’aujourd’hui, à l’époque ça n’a rien d’anecdotique, car la question mémorielle est fondamentale : chaque semaine, pour chaque office, celles et ceux qui restent passeront et s’inclineront devant ces tombes, et tout comme de leur vivant, il est important d’être bien entouré, pour continuer à signaler son pouvoir dans la ville et sur la communauté. Leuridan donne aussi des infos sur la physionomie des pierres tombales, données que je compte mettre au regard des découvertes archéologiques, et donc de mettre des mots en image, et des images sur les mots (par exemple la question des dimensions, jamais abordée dans les textes).

Me voilà donc remplissant une feuille excel en compagnie de Théodore. Et au détour d’une page, ceci :

LEURIDAN Théodore, Epigraphie ou recueil des inscriptions du département du Nord ou du diocèse de Cambrai, Tome IX, Lille, Secrétariat de la société d’études de la province de Cambrai, 1932, p. 245.

Diantre, voilà le dossier Azincourt qui se rouvre ! Théodore mentionne la bonne épouse et la bonne filiation. Mais il se démarque de Casimir dans la localisation car il indique Saint-Jacques sans plus de précision alors que Casimir cite Saint-François et plus particulièrement la chapelle Saint-Ghislain.

Lequel croire? Il va falloir enquêter davantage, éventuellement retourner aux épitaphiers originels, voir si l’archéologie ne peut pas me donner un début de réponse. Et fouiller les archives d’Azincourt, avec deux auteurs qui en parlent, ça s’impose désormais. Après la soutenance, of course.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.