Live-tweeter un colloque : quelques réflexions

La semaine dernière, j’ai participé au colloque Les animaux… l’histoire continue, une manifestation scientifique d’hommage à Robert Delort et que j’ai live-tweetée sous le hashtag #colloqueDelort. Un moment sur lequel j’ai un peu réfléchi ces jours-ci.

C’est la seconde manifestation d’envergure pour laquelle je produis un live-tweet, la première étant le colloque d’hommage à un autre Robert médiéviste, Fossier cette fois-ci, en 2015. Dans ce premier cas, le hashtag avait été initié par le SCD de l’université. Le choix du hashtag du colloque Delort est le mien, dans la mesure où il n’a pas été prévu par l’équipe d’organisation, j’ai choisi ce qui me semblait le plus simple.

Pourquoi live-tweeter? Pour plusieurs raisons. La première, celle plus pragmatique, est de faire partager aux autres qui ne peuvent assister à ces journées. C’est le revers de la surcharge de travail, des délais toujours plus courts à tenir, et aussi, il faut bien le dire, de la précarité et de l’augmentation du prix des billets de train : il se passe plein de choses intéressantes mais on ne peut pas/plus assister à tout. Désormais un déplacement ça doit être rentable, au sens valorisable sur le CV, avec communication et publication. Le simple fait d’assister pour apprendre, réfléchir collectivement, engranger des idées, des références qui viendront nourrir nos propres travaux, rencontrer des gens, ne pèse plus dans la balance lorsqu’il est question de rendre des rapports d’activité ou de justifier le besoin d’une année dérogatoire supplémentaire. Et c’est bien dommage. Ces deux jours ont été une épreuve pour moi : le bruit, les lumières, l’intensité du rythme de succession des intervenant·es #actuallyautistic. Sans parler du thème. L’histoire des animaux n’a jamais été au cœur de mes préoccupations. Jusque-là du moins. Car s’il y a une chose que je retire de ces journées, c’est le champ des possibles d’exploration des sources qu’il m’a été donné d’entrevoir. Un champ supplémentaire, mais qui s’est imposé comme une évidence, tellement évidente que je ne l’avais pas vu avant cela. Il faut dire qu’il y a tellement à faire qu’il est difficile d’aller sur tous les terrains. Mais ces deux journées m’ont fait comprendre combien j’aurais tort de ne pas m’aventurer un peu plus sur ce terrain dans les années à venir.

La seconde raison qui m’a amenée à ce live-tweet, c’est l’exercice en lui-même. Un LT s’apparente à une recension, à mi-chemin avec le compte-rendu de lecture : permettre au public qui n’a pas la communication sous les yeux, ou dans l’oreille en l’occurrence, de prendre connaissance de ce qui se raconte. Cela suppose une attention constante au discours qui est prononcé. Cela suppose aussi une connexion suffisante, sans quoi point de LT. Cela suppose être capable de saisir le plus important, sans négliger le détail qui fait la qualité de l’intervention ou qui va amener une touche d’humour bienvenue dans cette atmosphère chargée en réflexions. A cela s’ajoute la complexité du contenu. Je n’appartiens pas au champ de l’histoire environnementale strict, bien des noms et lectures me sont inconnu·es, même si j’estime avoir une bonne culture générale, il est donc hautement probable, malgré toute la bonne volonté du monde, que j’ai commis des erreurs dans des noms ou des idées. L’idée me rend malade, dans la mesure où tous ces travaux présentés représentent de nombreuses heures de travail, et je ne tiens pas à manquer de respect à qui que ce soit, aussi j’espère qu’on me pardonnera mes maladresses. Ici on est sur des communications spécialisées, et même si bon nombre d’entre elles ont été exposées par des gens aux qualités pédagogiques indéniables, il faut bien reconnaître que j’ai été larguée à plusieurs reprises. Si je redoute d’avoir tweeté quelques bêtises, je n’ai pas trop honte de m’être sentie parfois perdue dans les discours. Sans doute parce que lorsque j’étais jeune étudiante de licence 3, un de mes professeurs m’a dit “c’est important d’aller voir des choses auxquelles on ne comprend rien”. J’assistais alors à mon premier colloque, sur le nom et le nombre, et bien des choses m’échappaient, et pour cause : en moins de trois années d’études universitaires, on a finalement lu et entendu peu de choses, il y a tellement de sujets possibles et de supports qu’il est impossible d’avoir touché à tout, en dépit de la bonne volonté des enseignant·es de diversifier les contenus de cours. Sur le moment, cette phrase m’avait choquée : comment? On peut donc être MCF ou PU et ne pas comprendre certaines choses qui touchent à notre discipline? J’avais à l’époque l’image de l’enseignant·e-chercheur/se qui sait tout, ou du moins est outillé·e pour se saisir de tout propos. Je réalise aujourd’hui que ça n’est pas le cas, tout simplement parce qu’une fois qu’on dépasse les généralités acquises par tout·e historien·ne, on entre dans des spécialisations pointues qui ne sont maîtrisées que par … les spécialistes. Et c’est au cours de ce genre de journées qu’on réalise la technicité des disciplines dites littéraires, bien qu’étaient présentes aussi des spécialités éloignées des textes anciens à la base, comme des vétérinaires ou des archéozootechnicien·nes.

Alors que retenir de cet exercice? J’ai appris des choses, c’est incontestable. Je serai bien incapable d’expliquer le contenu de l’une des communications à qui que ce soit, hormis quelques grandes lignes pour certaines d’entre elles, mais ces journées, avec leur va-et-vient entre les périodes, les disciplines, et les différents types de sources présentées, ont fait tourner mon cerveau à plein régime et cela conduit à des questionnements que je n’avais pas jusque-là. Par touches, j’ai consolidé mes connaissances sur certains sujets, et parfois pris conscience de certaines réalités du monde qui m’entoure, comme la question des renards urbains, un sujet passionnant! L’autre enseignement que je retire de ces journées, c’est combien l’histoire des animaux est fédératrice dans la communauté scientifique. Car au fil des deux jours, j’ai vu des personnes évoluant dans des univers éloignés venir liker et retweeter certains tweets, signe que chacun·e y trouve un intérêt, même modeste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.