Préparer l’après-thèse

Outre la soutenance, il y a un sujet dont on vous parle dès l’inscription en doctorat et même avant : la vie après la thèse. Ou pour le dire dans des termes beaucoup plus à la mode : l’insertion professionnelle des docteurs. En clair, que fait-on de sa vie une fois qu’on a en poche ce fameux bac+8?

Une large partie de 1e année répond, sourire aux lèvres et coeur sur la main, « maître de conférences! ». Oui. Beau projet. Le mien aussi. C’est sûr que tant qu’à se fader trois, quatre, cinq voire six années de recherche sur un sujet qui nous passionne et qu’on déteste tout autant par moment, pourquoi pas continuer dans la même veine. Sauf que la réalité du terrain arrive très vite, genre au moment de la première campagne qu’on suit de près ou de loin. En histoire (sections 21 et 22), on a un outil bien commode, un wiki hébergé par l’AFHE. On y trouve la liste des postes et un tas de détails fort intéressants comme la composition du jury, les auditionnés, le nombre de dossiers reçus… Plus les années passent et plus c’est complet donc instructif. Et là, bam! La concurrence est rude. Exemple pour le poste en médiévale à Lille 3, 47 dossiers reçus, Poitiers, 55 dossiers, Paris 12, 85 dossiers, et on pourrait poursuivre la liste. Les choses sont claires, y’en aura pas pour tout le monde.

Je passe sur la composition du CV qui permet d’arriver en tête dans la course au recrutement, on pourrait discuter des heures là-dessus. Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est : on fait quoi? Evidemment je compte bien tenter ma chance après la soutenance, car si on ne tente pas, on est sûr de ne pas avoir le poste. Mais je refuse d’être comme beaucoup de docteurs qui attendent des années après un hypothétique poste. Donc je zieute vers l’ailleurs. Cet ailleurs, c’est le reste de la fonction publique (j’en parlerai dans un prochain billet) ou le privé. Sauf que, je sens venir les critiques, comment on passe de SHS à une entreprise privée? Pas simple. Surtout quand on nous en a pas franchement parlé depuis notre entrée à la fac en licence 1 (ben oui, je n’ai pas fait de grande école ni même de prépa #feignasse #non).

J’ai suivi ces derniers mois le MOOC Doctorat et poursuite de carrière. Soyons clairs, je n’ai pas eu la révélation divine. Mais ça m’a permis de travailler sur mes compétences et de prendre conscience que je sais faire deux ou trois trucs transposables à un autre univers que le monde passionnant de la médiévale.

En parallèle, j’ai creusé la question des métiers qui s’offrent à nous, rats de bibliothèque #cliché. Et je suis tombée sur les vidéos de l’ABG où on nous présente des parcours de docteurs reconvertis avec succès (évidemment, on va pas vous vendre l’image du chômage, les médias font ça très bien tout seul, là encore on en parlera bientôt), notamment celle-ci.

Il y a donc une vie possible en-dehors de l’univers académique. Ca suppose une formation complémentaire, c’est assez évident. Ca suppose aussi, en tout cas j’imagine, revoir son rythme de participation à la recherche (parce qu’il est certain que je suis trop attachée aux parchemins, leurs poussières et leurs champignons pour arrêter à la soutenance #glamour #drogue). Et voilà pourquoi je participe dès cette après-midi à une semaine de formation intitulée Doctoriales®. Organisée par le Collège Doctoral, cette semaine vise à faire le lien entre les docteurs et les entreprises. Vont donc se succéder formations, conférences et visites d’entreprises, tiens regarde, le programme est là.

Cette année, ça cause mobilité, un thème qui me parle, rapport à ma thèse. On doit donc être présent toute la semaine, et chaque doctorant y présente un poster au sujet de ses recherches, le mien sera dispo sur HAL quand je l’aurai chargé (MAJ prochaine). En tout 64 doctorants ont été retenus, les places sont chères. Je m’attends à être la seule sinon l’une des rares en SHS car l’idée c’est l’interdisciplinarité, et c’est aussi pour ça que l’organisation est gérée par le Collège Doctoral (institution qui fédère toutes les Ecoles Doctorales de la région). Mais ça, je commence à avoir l’habitude. Donc voilà. Là encore je n’attends pas de miracle, je pars toujours du principe que les gens ne viendront pas nous chercher, c’est à nous d’aller vers les gens. Si j’ai le temps (mais j’en doute vu la tête des horaires, qui d’ailleurs font flipper la marmotte que je suis), je vous fais un billet intermédiaire mardi ou mercredi, si pas je vous ferai un bilan le week-end prochain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *