L’animal dans la ville médiévale : première approche

La semaine dernière je présentais un premier travail sur la place des animaux dans les villes médiévales, à partir de l’exemple de Valenciennes. Ayant assuré seule le live-tweet et n’ayant, par conséquent, pas pu live-tweeter ma propre intervention et en attendant la publication qui devrait être rapide, je propose ici quelques questionnements qui m’ont occupée pour cette communication et feront l’objet d’un travail plus large dans quelques temps.

Mon point de départ est l’une des légendes de fondation de Valenciennes, celle selon laquelle la ville doit son nom à un cygne venu se poser sur l’épaule d’une princesse au cours d’une partie de chasse.



BM Douai, ms 1183 f°9.

Les historiens qui m’ont précédée réfutent cette théorie au motif qu’ils ne voient pas le lien entre cygne et Valenciennes. Personnellement je le vois, pour un peu qu’on dépasse l’étymologie pure et qu’on se laisse porter par la sonorité : Val des cygnes, Val en cygnes, Val-en-ciennes. Bref, je trouve ça joli, c’est donc un argument sans valeur et sans fondement, et en même temps c’est une légende, pleine de princesses et de paillettes, elle ne vise pas à détenir la vérité. Toujours est-il que l’animal fait partie du folklore mémoriel. On le retrouve dans l’iconographie, par exemple ici :

BM de Valenciennes, ms 739, Liste des prévôts et échevins

Hormis le cygne, l’animal est absent des représentations déjà rares de Valenciennes pour le Moyen Age. Donc il faut le chercher ailleurs. Je me suis pour cette fois penchée sur les textes, et en particulier mon terrain de jeu favori : les actes notariés. C’est un travail de fourmi que de collecter ces petites mentions, presque rébarbatif, c’est beaucoup plus simple de traiter des listes où toutes les infos utiles sont concentrées au même endroit. Je sais, les listes c’est aussi rébarbatif à saisir, enfin pas pour tout le monde #autismebonjour. Donc collecte minutieuse. Et organisation des données dans une feuille pour trier tout ça, bref, la routine.

Au préalable, évidemment, le questionnement : qu’est-ce que je cherche ici? Ca pourrait se résumer trivialement par : où sont les animaux? J’entends ça aussi bien dans le sens matériel de la ville que dans les relations sociales. Car dans la ville médiévale, la notion de communauté, et sa cohésion, est fondamentale. Alors comment on cohabite avec l’animal? Lequel? Où on le trouve? Pourquoi il est là? Pourquoi pas ailleurs? Evidemment quel animal? Et enfin, à qui profitent les pattes?

L’animal est d’abord un point de repère matériel : on le trouve dans la toponymie, par exemple la rue des Vaches, ou dans des bâtiments dédiés, comme des écuries ou des étables. Les noms des rues sont importants, car dans les villes médiévales, hors des rues Saint-Machin, le choix est quelque peu restreint. Et puis Valenciennes est en pleine construction, on est donc sur une période d’appropriation du territoire, et la toponymie est un moyen de marquer le paysage, d’indiquer son pouvoir sur l’espace. Donc choisir rue des Vaches pour une voie, c’est signifiant pour les personnes qui ont retenu ce nom. Quand aux bâtiments dédiés, il faut rappeler qu’à l’époque, pas de numérotation des bâtiments, qui n’arrive qu’au XVIIIe siècle globalement d’après l’ami Wikipédia. Donc il faut un point de repère, visible et accessible à tous et toutes. Donc là encore ça fait sens pour les habitant·es de la ville. Et se pose la question de la répartition de tout cela dans le tissu urbain.

J’en viens à l’animal physique, cité pour lui-même : pour les banquets et l’animal consommé, c’est un peu restreint en terme de sources (un contrat de mariage et le banquet de Jehan Bernier, ça fait un peu léger). Pour les baux à cheptel, pour l’instant j’en suis à quatre, c’est tout aussi léger, mais c’est peut-être un effet de sources : je m’en suis tenue aux fonds dotés d’un inventaire et ceux-là relèvent d’une sélection arbitraire des archivistes, je ne désespère pas d’en trouver davantage dans la multitude de cartons qui dorment dans les magasins des archives, et il y aura sans doute des choses aussi dans les comptabilités. Je questionne le type d’animal mis en élevage et la taille du troupeau, le profil des propriétaires, le bénéfice qui en est retiré, le lieu d’élevage et les soins prodigués #spoileralert on ne sait pas grand-chose. Evidemment avec quatre documents, vous ne me verrez pas écrire de conclusion définitive, ça serait franchement présomptueux, surtout que G. Sivéry a beaucoup écrit sur l’élevage dans le Hainaut, il est donc sage de laisser cette porte ouverte.

Enfin l’animal comme vecteur de lien social, en particulier au moment de la mort. On le lègue représenté sur des objets, ou vivant, comme investissement pour assurer la subsistance de jeunes enfants. On le lègue aussi, le plus fréquemment, pour sa fourrure, et je rejoins ici la thèse de Robert Delort, qui est d’un secours conséquent, en particulier sur le vocabulaire utilisé dans les sources. Au risque d’enfoncer une porte absente de son embrasure, ce ne sont pas les pauvres qui la possèdent. Mais curieusement, dans le cas de Valenciennes, la houppelande fourrée, puisque c’est d’elle dont il est question #aucuneoriginalité #quoique #teasing, fait apparaître un groupe différent de mes bourgeois bien en vue qui trustent habituellement the place to be. C’est donc une voie d’entrée pour cerner les contours des élites secondaires. Et enfin, parce que ce qui m’anime c’est le fonctionnement de la communauté, se pose la question de qui lègue à qui. La salle va me huer, mais il faut se rendre à l’évidence : à Valenciennes au Moyen Age, la fourrure c’est d’abord une affaire de femmes #frivolite #oulefroid.

Voilà grosso modo les premières pistes. Il y en a d’autres : quid de l’animal qui sert dans le transport? Qui des boucheries? de la Tannerie? Quid des carcasses après prélèvement de tout ce qui est utile (peau, viande, une partie des os)? Quid des nuisances? Certains animaux n’apparaissent pas dans ce corpus : chats, chiens, abeilles, rats, et j’en passe. Comment ces bêtes arrivent en ville? Par qui? A quel moment? Et qui s’en occupe? Vu le silence assourdissant sur ce sujet, les femmes sans aucun doute. Un intervenant m’a questionnée sur les attributions du bourreau, envoyé à Douai pour une exécution et à qui on demande d’abattre en sus une meute de chiens errants. Il est sans doute chargé des mêmes fonctions dans Valenciennes, à voir dans les « Communs frais » des comptabilités. Et puis bon, tout ça c’est une partie de l’écrit. Que les hommes ont donc sélectionné et choisi de coucher sur le parchemin. Que peut nous dire l’archéologie là-dessus? La récolte sera sans doute plus riche par ce biais, surtout qu’aux dernières nouvelles, c’est environ 5% de Valenciennes qui ont été fouillées, il y a donc encore à trouver dans les prochaines décennies.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.