Un bien long silence

Cela fait six mois que je n’avais pas posté ici. Ca me manque un peu. Sans doute parce que j’en ai un peu moins besoin ces temps-ci.

Six mois c’est long et rétrospectivement je ne les ai pas vus passer. Une nouvelle expérience du secondaire, des vacances, un poste en bibliothèque écourté pour cause d’handiphobie et de patriarcat. Mais aussi des articles remis, des relectures d’autres auteur/trices pour des parutions très prochaines, deux communications, dont une dans quelques jours, des recensions, un peu de dépouillement, beaucoup de cartes, de l’écriture de thèse. Il s’est passé beaucoup de choses, parfois j’en ai le vertige.

Là l’objectif est la soutenance, on y est, je veux finir. Ma deuxième partie est presque achevée, et j’ai commencé la réflexion sur la troisième et dernière partie. Sans doute le morceau le plus difficile pour moi, mais faire une thèse en restant dans sa zone de confort n’a pas d’intérêt. Je l’ai vu ces dernières semaines, quand j’ai sorti toutes ces cartes sur les mouvements migratoires : si on m’avait dit il y a cinq ans que je pourrais faire ça un jour, j’aurai sans doute ri, avant de m’enfuir. J’ai encore une marge de progression, car je ne maîtrise pas encore toutes les possibilités de QGIS, mais ça avance bien. Ca a été douloureux pendant le temps de la formation, mais avec le recul je ne regrette pas. De même pour les relectures qui arrivent régulièrement, pour des articles ou des chapitres : pas facile de voir son travail passé au crible, c’est parfois décourageant quand on a passé beaucoup de temps à écrire, mais globalement je suis reconnaissante aux personnes qui me lisent, car in fine mes textes sont plus précis, plus musclés. J’ai d’ailleurs pris conscience ces jours-ci que je travaille depuis tellement longtemps sur cette société valenciennoise que j’ai quelques difficultés à expliciter certaines choses tellement elles me sont évidentes, il faut que je me remette en tête une réflexion de Caroline Muller (je ne retrouve plus son billet, mais il me semble que c’est celui dans lequel elle parle de Jablonka) : penser à la personne qui va nous lire et n’a pas forcément accès aux rouages à l’œuvre dans Valenciennes au Moyen Age et expliciter les clés nécessaires. C’est assez ironique quand on y pense, une autiste qui peine avec les codes sociaux de son quotidien mais intériorise ceux qui ne sont pas de son époque #interetspecifique. Rien à voir avec le « c’était mieux avant », je pense que ça vient du fait que là je n’ai pas interlocuteur en face pour me dire « non c’est pas comme ça qu’on fonctionne », j’ai donc tout le loisir de les étudier, à ma façon, en prenant mon temps, sans crainte d’une réponse inappropriée.

J’ai changé certaines choses à mes pratiques de recherche depuis l’officialisation du diagnostic d’autisme : pour résumer je dirai que globalement je calibre mieux mes journées de travail, je commence à mieux identifier mes limites en matière de fatigue, même s’il y a toujours des ratés. J’ai moins de scrupules à ne pas lire un livre en entier au prétexte que tel chapitre pas directement utile de prime abord pourrait peut-être éventuellement si on y réfléchit bien me servir un jour. Je vais davantage à l’essentiel. De même, j’écris aussi en note de bas de page que je n’ai pas dépouillé tel fonds monstrueux parce que je n’ai pas le temps et qu’il n’y a pas d’inventaire mais que ça serait pas mal de se pencher là-dessus un jour. Bref j’accepte l’idée que je ne peux pas construire une ville en une journée, je mets des idées de recherches ultérieures dans un dossier, tout en sachant que je suis seule à bosser sur cet espace pour cette période et que vu le fonctionnement actuel de la recherche ça n’est pas près de changer. Ca laisse une marge de manœuvre confortable et à la fois c’est frustrant puisqu’il faut tout faire soi-même. Et puis, mon CV est maintenant rempli sur certaines zones qui me semblaient bien vides, j’ai – un peu – moins la pression sur certains points. Et ça c’est bien.

En photo : un amphithéâtre en plein air aménagé dans la vieille ville à Concarneau, à même la muraille médiévale, pris en juillet 2019 par mes soins. C’était très reposant de s’installer là, au calme, loin des tumultes de la foule, vous ne trouvez pas?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.