J’ai lu Philippe Le Bel de M. Gabella, E. Anheim, V. Theis et C. Regnault

Il y a six mois, lisant Le travail de l’histoire d’Etienne Anheim, je découvre qu’il a participé à la publication d’une bande dessinée autour de la figure de Philippe Le Bel. Frayeur et perplexité #horrescoreferens, comment ai-je pu passer à côté de ça? Renseignements pris, l’ouvrage est paru en mars 2014, c’est-à-dire au début de ma thèse, quand mes routines de veille scientifique n’étaient pas encore bien rodées, et quand je n’utilisais pas franchement Twitter, auquel je ne comprenais alors pas grand-chose. Et puis bon, comme toute jeune doctorante, j’étais noyée dans la bibliographie de thèse #toinonploustounapaschangé, et je ne lisais alors que du très scientifique #biensérieuxmabravedame. Alors forcément j’avais zappé cette sortie. Qu’à cela ne tienne, commandons et lisons!

 

La BD est parue chez Fayard et Glénat, dans la collection “Ils ont fait l’histoire”. L’historienne et la féministe que je suis tique un peu sur le “Ils”, et ce d’autant plus que plusieurs femmes figurent dans la liste des biographies publiées #JeannePower.

La première planche est entourée comme pour figurer une lettrine, rappelant qu’on va causer médiéval et que l’histoire qu’on va lire pourrait se trouver dans un manuscrit soigneusement enluminé par un moine copiste. L’histoire est racontée simplement : le vocabulaire spécifique est là, mais utilisé de telle façon qu’il me semble compréhensible pour un·e non-historien·ne. Chaque “chapitre” de l’histoire est signalé par un mini-parchemin qui donne la date et parfois le lieu, permettant de mieux se repérer dans le temps.

Régulièrement, des personnages donnent des clés de lecture permettant de mieux situer qui est qui et pourquoi la situation décrite est ce qu’elle est, et là encore, pour un·e non-initié·e, je pense que c’est un élément de clarification bienvenu. 

Graphiquement parlant, c’est joli, travaillé sans être trop surchargé, avec des détails sur les choses importantes et pas nécessairement les personnages, comme l’intérieur de Notre-Dame (p. 27). Je note beaucoup de couleurs et des jeux de lumière, mais jamais agressives. J’ai aussi beaucoup aimé les représentations des bâtiments : le dessinateur opte pour des vues différentes, de face, d’en dessous, d’en haut et montre bien au fil des pages le côté impressionnant et parfois massif de certaines constructions, comme ici, à Bruges et Rome :

 

 

 

En revanche, j’ai eu du mal avec les bulles : le texte me semble en quantité suffisante, mais je ne sais pas si c’est le jeu des couleurs ou la police retenue, en tout cas, ça n’est pas ce qui attire l’œil et il faut parfois faire un effort de concentration pour suivre le texte et ne pas l’occulter.

Le livre se termine sur un dossier qui vient appuyer l’œuvre : une double page explique le contexte, et une autre fait le point sur la notion de pouvoir royal et ses différentes facettes, le tout richement illustré (photo de sceau, carte, enluminure, gravure…), offrant au curieux un aperçu des sources disponibles sur le sujet. Vient ensuite une triple-page “making of”, dans laquelle l’équipe explique comment elle a procédé pour parvenir à ce résultat. Différents types de sources sont cités (iconographie, archéologie…) accompagnées d’une critique brève, fournissant au lecteur un indicateur simple pour comprendre rapidement dans quelle mesure elles peuvent être utilisées ou pas. Les auteur·trices sont d’ailleurs très clair·es sur le fait qu’il s’agit d’une reconstitution, une mise en image possible, crédible, mais pas nécessairement la réalité. A une époque où les charlatans de l’Histoire tiennent le haut du pavé auprès du grand public, ce rappel méthodologique est important et montre l’honnêteté intellectuelle des auteur·trices et l’humilité de leur démarche. Enfin, on trouve une courte chronologie et quelques références bibliographiques, ouvrant la voie à un approfondissement qui emmène vers les textes de celles et ceux qui écrivent l’Histoire.

 

En résumé, cette lecture est un moment agréable : accessible aux adultes et aux lycéen·nes sans aucun doute ; pour les collégien·nes je suis plus réservée, il faudrait tester. Car il y a tout de même beaucoup de personnages à situer, et Philippe le Bel n’est pas la figure emblématique enseignée en collège. Mais en tout cas, cette BD donne envie d’aller lire d’autres volumes de cette collection!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.