Quand un Valenciennois rencontre un Valenciennois. Pratiques d’identification à la fin du Moyen Age

A la fin du XVe siècle, Jehan de Tournay, bourgeois de Valenciennes, entreprend un voyage en Terre sainte #vacances #plage #non. Il nous livre un récit de son périple, qui a duré plus d’une année, et dont la publication du texte original a été réalisée récemment par Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen. Elles ont pris soin d’ajouter un index, qui permet de se référer rapidement au texte. En l’occurrence, je me suis intéressée à ce que notre bourgeois dit de sa ville, qu’il cite fréquemment comme point de comparaison avec les lieux dans lesquels il se rend.

J’ai relevé un passage qui évoque la question de l’identification de l’étranger, que j’aborde dans l’un des chapitres que je rédige ces temps-ci. Lors de son séjour à Padoue, Jehan fait la rencontre de Charles de Reubempret, écuyer et comte de Chimay, et d’un autre seigneur qu’il ne connaît pas, à qui il remet des lettres de recommandation. Leur échange nous parle de la façon dont les gens reconnaissent les leurs, à l’époque où il n’y a ni carte d’identité, ni passeport, ni empreintes digitales, ni ADN #niDGSI #nificheS #BigBrotherIsNotWatchingYou. Voici ce que Jehan écrit :


Et adonc ledict seigneur me demanda : “Mon amis, dont estes vous? Je suis de Vallenchennes”, dis-je. “De Vallenchennes, respondit Messire Jacques de Minicourt, escuier, et quy cognoissez vous en Vallenchennes ?” “Je cognois, dis-je une grande partie de ceulx de la ville”

Le premier point important, c’est que les interlocuteurs se cherchent des connaissances communes, qui rassurent, et qui permettent d’attester d’une connaissance minimale de la ville et de ses habitants. Ensuite, rappelons qu’un pèlerinage est à cette époque une entreprise onéreuse, mais surtout périlleuse : le danger guette partout et il faut se méfier de tout et tout le monde. La réponse de Jehan paraît au premier abord évasive. Mais elle suffit toutefois à encourager son interlocuteur à creuser davantage :

“Et cognoissez vous Hector de Courouble?”, dict il. Et je respondis que ouy ; et il me demanda ou il demoroit, et je luy dis qu’il demoroit tenant au pont Sainct Jacques, et la endroit que on y alloit abuvrer les chevaulx ; et se luy donnay plusieurs ensaignes par quoy il cognoissoit byen que j’estois dudict Vallenchiennes.

Hector de Courouble appartient à une famille qui tient la ville depuis près de deux siècles. Ces braves gens ont la main haute sur l’échevinage, les finances de la cité et les institutions religieuses qu’elle abrite, ils possèdent des terres un peu partout dans les campagnes environnantes et font l’acquisition de plusieurs fiefs avec droits de justice. Il fait donc partie des notables urbains. La question de son domicile est donc une façon de confondre Jehan et de s’assurer qu’il n’est pas un imposteur. Cela renvoie en outre à une pratique que l’on observe dans les actes notariés : si les maisons sont toujours situées par le biais d’un nom de rue, point de numéro à cette époque, et on utilise toujours le nom du propriétaire et de ceux des voisins. Ainsi, l’intégration à la communauté urbaine et la bonne connaissance de celle-ci sont indispensables pour lier connaissance avec des Valenciennois… même bien loin de Valenciennes. #societedelhonneur #toujours Bref, le réseau social sans internet.

 

Source :

Le récit des voyages et pèlerinages de Jean de Tournai 1488-1489, édité par
Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen, Paris, CNRS éditions, 2017, p. 89-90.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.