J’ai lu Qui a tué mon père d’Edouard Louis

De passage au salon du livre de Bruxelles il y a quelques semaines, je me suis laissée tenter par ce petit livre d’Edouard Louis. Je n’ai pas lu ses deux autres romans, bien que je songe à lire le premier, mais j’avais lu récemment des articles qui en parlaient comme si c’était la révélation du millénaire. Donc je me suis dit, allons-y, c’est le moment de se faire une idée.

Petit livre car l’ouvrage est de petites dimensions et ne fait que 84 pages. Ca se lit donc très vite, je l’ai bouclé en une grosse heure. Et à la moitié de ma lecture, une question m’est venue : “mais bon sang, il n’y a donc personne qui a relu ce brouillon??” #ouatezefeuque Je ne suis pas une fan des romans à la Proust, avec un style alambiqué et bien ronflant, mais tout de même. Concrètement l’auteur décrit sa relation avec son père, ou plutôt son absence de relation avec lui. Il raconte donc des souvenirs à mesure qu’ils lui viennent en tête, mais c’est très fouillis, pas ordonné, pas retravaillé. Un premier jet. On a aussi la sensation de morceaux épars, mis ensemble, mais sans liant. J’ai aussi tiqué sur la mise en page : quid des guillemets? Que font toutes ces majuscules après une virgule? Pourquoi ces alinéas sans majuscule, en plein milieu de phrase? Bref, pour le côté formel, c’est plus que gênant.

Pour le fond, c’est plus compliqué. Au départ on s’imagine que l’auteur va finir par faire le bilan de sa relation avec son père, qu’il vit avec visiblement angoisse, désespoir et incompréhension. Et #spoileralert finalement non. On passe brutalement du récit de l’ado/du gamin à un manifeste politique qui déplace la focale du “mon père ce grand absent” à “mon père cette victime des politiques”. Et de ce fait il mélange deux choses, sans jamais prendre de recul ni émettre aucune critique, pas de réflexion, pas de demi-mesure. Tout est à charge. Je ne sais pas, c’est peut-être ma formation d’historienne ou ma tendance à intellectualiser les émotions qui prend le dessus mais ce récit me paraît complètement incongru, dans l’émotion la plus vive et pas digérée. Alors effectivement, certaines réformes politiques qu’il mentionne pèsent ou ont pesé lourdement sur les plus pauvres. Mais à un moment Edouard, il faut ouvrir un peu les yeux : on ne peut pas rendre les autres responsables de tous nos malheurs car sur certains points nous faisons des choix. Et ces choix, personne ne nous force à les faire, je pense que ton parcours de vie le montre bien (2e #spoileralert évidemment personne n’a dit que c’est facile). J’ai envie d’ajouter que la pauvreté n’explique pas tout, j’en ai déjà vu de beaux exemples dans mon entourage. Et tu sais Edouard, cette histoire d’enfant que tu racontes, je l’ai aussi largement vécue, et de ce fait j’ai envie de te dire : il faut arrêter de s’accrocher aux gens qui ne veulent pas de toi. Car ceux-là ne veulent déjà pas d’eux-mêmes, leur rejet est toxique, et je pense que l’homosexualité n’est qu’un prétexte. Il vaut mieux prendre sa vie en main et voir que l’herbe est parfois plus verte sans forcément avoir besoin d’aller beaucoup plus loin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.