J’ai lu Becoming de Michelle Obama

De temps en temps, il m’arrive de lire autre chose que du Moyen Age, parce que interdisciplinarité, parce que ouverture culturelle, parce que curiosité. Le personnage de Michelle Obama m’a toujours intriguée, et quand son autobiographie est sortie à l’approche des fêtes de Noël, j’ai demandé au bonhomme rouge de la glisser dans mes paquets. Habituellement, je ne porte pas d’intérêt spécifique aux familles qui gouvernent les Etats-Unis, encore moins leurs First Ladies, mais il est vrai que l’arrivée des Obama à la Maison Blanche en 2009 était franchement inattendue, et bienvenue. Rappelons qu’en France à ce moment-là l’extrémisme raciste s’est très franchement installé dans l’espace public, alors forcément, je me demande quel impact cette élection pourrait avoir chez nous.

Le volume, publié chez Fayard, est épais, mais se lit assez bien. Il se découpe en trois parties : un premier temps où elle décrit son enfance à Chicago, un deuxième où elle décrit la période qui va du début de sa relation avec celui qui allait devenir son mari jusqu’au soir de l’élection présidentielle de 2008, et une dernière partie qui relate les huit années passées à la Maison Blanche.

La première partie est sans doute celle qui m’a le plus appris. Je ne savais pas grand-chose de l’histoire des Etats-Unis post-Seconde Guerre Mondiale, si ce n’est les quelques évènements vus au cours de ma scolarité. Et en fait, c’est très différent de lire par soi-même un récit de la pauvreté et surtout la confrontation avec le racisme. J’avais bien lu Dans la peau d’un noir au lycée, mais j’étais une ado, et à l’époque je n’avais que peu conscience du monde qui m’entourait et pour cause : j’ai grandi dans un collège puis un lycée rural, avec peu de non-blancs, ce qui fait que les cours d’éducation civique où ça causait discrimination et racisme me semblaient très abstraits. Ceci dit, certains aspects m’ont parlé de près, en particulier le côté petite fille qui travaille beaucoup pour réussir à l’école. Comme elle, je suis la première génération de ma famille à aller en fac, bien que je n’ai pas retenu une structure bon chic bon genre (et sachez bien que je ne le regrette pas). Pour le reste, je dirai que je suis assez surprise de voir combien c’est finalement le hasard qui l’a conduite au chemin professionnel qu’elle a emprunté, de rencontres en rencontres. Elle décrit aussi la pauvreté de son quotidien, mais sans misérabilisme, sans fatalité, assez factuellement finalement. Je suis aussi frappée par sa capacité à se dire “je tente, on verra bien” #girlpower. Je ne sais pas comment sont élevées les filles dans les autres pays du monde, mais en France la tendance c’est plutôt “sois discrète, bien sage et bien propre sur toi”, toutes les études le montrent (bien qu’une frange de la population commence à combattre cette posture, si j’en crois ce que je peux lire aussi bien sur le net que dans les quelques magazines que je feuillette). Et cette idée transcende tout son livre, tout son parcours de vie. Et il est franchement motivant, et me rappelle beaucoup le discours qu’une collègue m’a tenu il y a quelques mois, et qui m’avait énormément reboostée à l’époque (et que j’ai toujours en tête lorsque je me risque à envoyer un mail à un·e titulaire).

La seconde partie est étonnante. On y apprend notamment qu’elle a toujours été plus que réticente à l’idée d’une carrière politique de son mari. J’ai été très surprise par le fait que sa participation à la campagne se soit faite de façon assez éloignée de son mari, c’est quelque chose qu’on ne voit pas depuis la France. D’ici, on voit souvent les conjoint·es des candidat·es sur l’estrade derrière, mais on ne sait pas qu’ils/elles mènent aussi des meetings seul·es, et il ne me semble pas que cette pratique ait cours chez nous. Elle décrit aussi leurs difficultés à devenir parents, et la place de ses enfants dans sa vie lui tient beaucoup à cœur. J’ai aussi été frappée par sa solitude et la charge mentale (et pas que), qui ont pesées sur elle à ce moment de sa vie où elle a dû gérer seule sa carrière et le quotidien avec ses filles alors que son mari était sénateur et donc souvent absent de leur domicile.

La troisième partie n’a finalement rien de surprenant, à quelques détails près. La vie de First Lady emmurée ne vend clairement pas du rêve, et les guéguerres politiques sont les mêmes que chez nous (j’entends par exemple le trip de l’opposition pour l’opposition, sans considération pour l’avenir du pays). Curiosité : le médecin du cortège présidentiel transporte toujours des poches de sang du groupe sanguin du président. Vu depuis ma position de femme lambda, ça paraît complètement incroyable, limite paranoïaque, même si j’imagine qu’il y a une bonne raison à ça #onnenousditpastout. En revanche j’y ai découvert les différents volets de son action durant ces huit années, en particulier en faveur d’une alimentation plus saine, de l’avenir des jeunes en général et des filles en particulier. Elle livre aussi sa colère et son dégoût de l’actuel POTUS et de ses idées concernant les femmes. Il y a une colère et une détermination dans ses propos, et même si elle parle régulièrement de ses émotions dans ce livre, c’est sans doute dans ce passage qu’elles sont les plus fortes.

Qu’apprend-on de l’ancien POTUS? Elle le décrit tel qu’il apparaît dans les médias : sans chichis, avec beaucoup d’humour et de gravité à la fois. Suffisamment humble pour s’effacer comme dans cette vidéo récente où il déclare “Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis le mari de Michelle”, et assez sûr de lui pour se lancer dans des batailles difficiles. Elle est aussi sans concessions sur certains reproches qu’elle formule, ce qui casse l’image du couple idyllique souvent véhiculée, ils sont finalement Madame et Monsieur Tout-le-monde (non je ne découvre pas l’eau chaude, rassurez-vous). 

Avant de lire le livre, je n’avais que peu lu les critiques, tout comme je le fais pour les autres livres ou les films, tout simplement parce que les “grosses” sorties sont toujours souvent moquées et décriées. Et puis j’aime me faire ma propre opinion. La seule que j’avais vue passer pointait “c’est n’importe quoi, elle parle de se faire un sandwich, trop naze” (sic ou presque). Alors effectivement, elle débute sa préface par le récit d’un geste simple, banal, insignifiant, normal. Mais au regard du quotidien qu’elle raconte, de la vie tumultueuse qu’elle a traversée, ce détail paraît presque brutal tant il y a de décalage avec ce qu’elle narre dans les derniers chapitres du livre. Outre la question du racisme, ce livre est un témoignage du féminisme d’aujourd’hui, celui au sein duquel nous essayons de conjuguer tant bien que mal tous les aspects de notre vie de femmes, sans renoncement à l’un de ses aspects. Et quelque part, même si évidemment bien peu de femmes vivent une vie équivalente à la sienne, toutes celles qui mènent de front les casquettes d’employée, d’épouse/de compagne, de mère, de femme, d’amie… se retrouvent forcément un peu dans son récit et savent le prix de se retrouver soudain seule, loin du bruit, de l’agitation du quotidien pour quelques instants juste à soi. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.