La mort, expression ultime de la sociabilité urbaine

Depuis quelques temps, je rédige un chapitre qui me passionne et m’effraye à la fois en raison de l’étendue des thèmes qu’il aborde : celui consacré à l’intégration à la société urbaine. Parmi les prismes d’étude que j’ai retenus, il y a la mort.

Je me fonde, sans grande surprise, sur les testaments, au nombre de 496, tirés du fonds Caffiaux. Ce type de document est bien connu des médiévistes, et une discussion twitter récente autour du caractère genré de certains thèmes de recherche me fait penser que beaucoup de femmes se sont intéressées à ce sujet et ont produit une grosse quantité d’articles et de monographies : Marguerite Gonon, Marie-Thérèse Lorcin, Lisane Lavanchy, Marie-Claude Marandet… On me souffle dans l’oreillette que j’exagère et qu’il y a tout de même les travaux de Jacques Chiffoleau, évidemment, la thèse de Jean-Pierre Deregnaucourt, les travaux d’Olivier Richard, sans compter les travaux sur la mort de manière générale de Cécile Treffort, Danièle Alexandre-Bidon, Michel Lauwers, Michel Vovelle, Philippe Ariès, et j’en oublie sûrement. Bon d’accord, j’exagère beaucoup, je cite autant d’hommes que de femmes. Quoiqu’il en soit c’est un sujet bien documenté et pour lequel il est facile de trouver des points de comparaison #youhou #byzance

 

J’ai abordé l’étude des testaments en master 1, sur conseils de ma directrice, qui a eu une suggestion avisée. En l’absence de recensements, de registres paroissiaux et de généalogies fiables, ces documents constituent ma voie d’entrée privilégiée dans l’étude des liens familiaux. Car à Valenciennes comme ailleurs sont égrenés les noms de toutes celles et ceux qui comptent pour celui qui va bientôt passer de vie à trépas. Pour ce chapitre, je vais en extraire trois groupes d’informations : le lieu d’inhumation et les détails concernant les tombeaux, la personne avec qui on demande à être inhumé (#spoiler dans cette société du patriarcat obnubilée par le mariage le suspens est maigre) et la liste des exécuteurs testamentaires.

Le premier thème va m’amener à croiser sources écrites et données archéologiques et à aborder l’histoire des représentations et le thème de la mémoire. Car j’ai peine à croire qu’on demande à être inhumé dans le chœur d’une église ou devant le portail par manque de place ailleurs… Et après on se moquera des selfies d’aujourd’hui… #matuvu #MeMyselfAndI

Pour le second point, je ne m’attends pas à des résultats originaux, et le remplissage de ma feuille excel semble me donner raison.

En revanche pour le troisième, je me lance dans une aventure un peu nouvelle car finalement peu de chercheur·ses se sont intéressé·es à ces gens qui sont tout de même d’importance, en particulier lorsque des gros patrimoines sont en jeu. Parmi les questions posées à mon corpus : combien choisit-on de mambours, selon le nom qu’on leur donne à Valenciennes? Pourquoi eux? Quid de l’épouse dans tout ça? Parce qu’évidemment, une majorité de ces testaments est écrite par des hommes, qui laissent souvent derrière eux, outre des enfants, une épouse. Une? Deux dans un grand nombre de cas, sauf pour un certain Jehan Barat, sayeteur, qui, sentant la mort approcher en ce printemps 1493 (et à raison puisqu’il décède cinq jours après #RIP), met en ordre ses affaires, règle ses dettes et partage son patrimoine entre ses enfants né·es de ses … CINQ épouses!! Oui, cinq, et seulement six enfants déclarés vivants au moment du testament. Les deux premiers lits ne lui ont a priori pas fourni de descendance, au moins de descendance viable : ses deux premières épouses sont-elles inopinément décédées ou ont-elles été répudiées? Le document ne le dit pas, mais je note qu’elles ne sont pas nommées, contrairement aux trois autres. Voilà ma curiosité piquée… En tout cas, cinq unions, ça interpelle, serais-je face à un veuf noir? 

 

Un peu de biblio :

ALEXANDRE-BIDON Danièle, La mort au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1998.

ALEXANDRE-BIDON Danièle et TREFFORT Cécile, A réveiller les morts, la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, PUL, 1993.

CHIFFOLEAU Jacques, La comptabilité de l’au-delà : les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-1380), Rome, Ecole Française de Rome, 1980.

DEREGNAUCOURT Jean-Pierre, Autour de la mort à Douai. Attitudes, pratiques et croyances, 1250-1500, Lille, Université de Lille 3, 1993, thèse dactylographiée.

GONON Marguerite, Les institutions et la société en Forez au XIVe siècle d’après les testaments, Mâcon, Association des chartes du Forez, 1960.

GONON Marguerite, La vie quotidienne en Lyonnais d’après les testaments XIVe-XVIe siècles, Paris, Les belles lettres, 1968.

LAVANCHY Lisane, Ecrire sa mort, décrire sa vie. Testaments de laïcs lausannois (1400-1450), Lausanne, Cahiers Lausannois d’histoire médiévale, 2003.

LORCIN Marie-Thérèse, Vivre et mourir en Lyonnais à la fin du Moyen Age, Paris, CNRS, 1981.

LORCIN Marie-Thérèse, « D’abord il dit et ordonna… », Testaments et société en Lyonnais et Forez à la fin du Moyen Âge, Lyon, PUL, 2007.

LORCIN Marie-Thérèse, « Choisir un lieu de sépulture », dans ALEXANDRE-BIDON Danièle et TREFFORT Cécile, A réveiller les morts, la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, PUL, 1993, p. 245-252.

MARANDET Marie-Claude, Le Souci de l’au-delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300-1450), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1998.

La mort au Moyen Âge, Colloque de la SHMESP réuni à Strasbourg en juin 1975, Colmar, Editions d’Alsace, 1977.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.