Trouver du temps

J’ai quelques difficultés à trouver du temps ces dernières semaines et pour tout. Janvier se termine, faisons le point.
Je suis sur un remplacement en collège REP depuis trois semaines, renouvelé pour un certain temps, maybe jusqu’à la fin de l’année. Ca se passe bien dans l’ensemble, l’équipe est sympa, accueillante, et m’apporte son aide quand j’en ai besoin. Les élèves, eh bien nous dirons que ce sont des élèves, avec leurs capacités, leurs difficultés, leur motivation… ou pas. Bref, des gosses normaux. Globalement, je me sens bien dans cet établissement, j’ai plaisir à aller travailler. Les seuls couacs, c’est que mon emploi du temps est bâti sur cinq jours, pas de vraie coupure, et je navigue entre plusieurs salles, la plupart du temps la même pour une même demi-journée, mais je suis sur quatre salles différentes en tout, et c’est hyper fatigant #autismebonjour. Car ça veut dire une disposition différente, pas possible non plus de laisser mes photocop et copies dans une armoire, pas de repères fixes. C’est un sérieux problème pour moi, que j’espère pouvoir régler si j’obtiens le concours. 

D’ailleurs le concours, parlons-en. La première échéance approche : les résultats d’admissibilité sont pour le 4 février, et si le jury est à l’avance, ça nous amène donc à dans dix jours. J’ai une peur d’enfer et en même temps je me dis que flûte, en classe ça se passe bien, les gosses apprennent des choses et progressent dans les activités que je propose, mon inspection l’an dernier s’était bien passée, je me forme au fur et à mesure de mes besoins, bref, y’a pas de raison que ça ne passe pas. Ca veut dire une charge de travail supplémentaire pour préparer l’oral. Evidemment, avec mon sens de l’organisation et ma hantise de l’imprévu, vous imaginez bien que j’ai déjà commencé à travailler certains sujets. Mais quand même. J’ai également assisté à deux journées de formation, l’une absolument extraordinaire, très riche, et l’autre, voilà quoi #lesvraissachent

Ensuite la recherche. J’ai rendu deux articles ces dernières semaines, une recension, et j’en ai une autre à laquelle il ne manque plus qu’une bonne demi-heure de travail pour l’achever. J’en ai une troisième sous le coude à rendre prochainement, il va falloir que je me penche sur la question. Une bonne nouvelle est tombée il y a quelques jours, la publication d’un colloque auquel j’avais participé en début de thèse a bien été envoyée à l’imprimeur, c’est dans la file d’attente pour les prochains mois et sachez que je suis joie! Je suis à jour dans mon travail de veille et je relève les annonces de colloques, auxquels je ne postulerai pas, je veux finir ma thèse d’abord. Seule exception, le colloque Delort qui me tente bien. J’avais commencé à réfléchir à la question de la place de l’animal dans la ville l’an dernier, car des sources j’en ai une quantité certaine, mais les mentions sont assez éparses. J’ai ouvert un tableau pour les recenser et déterminer des axes d’étude, et je peux déjà vous dire que tout ne tiendra pas dans cette proposition de communication #teasingdenfer.

Je ne vous ai pas parlé du mari et de l’enfant pour lesquels j’ai du mal à trouver assez de place, mais je ne désespère pas que ça s’arrange. Je suis aussi franchement tristesse de ne pas trouver le temps de lire pour le plaisir. Pendant les dernières vacances semaines sans élèves, j’ai lu la moitié de l’autobiographie de Michelle Obama et c’est très instructif sur le quotidien des populations noires à Chicago, que j’aimerais donc pouvoir terminer. M’attend ensuite la biographie de Raïssa Bloch, une historienne du Moyen Age dont le parcours de vie s’arrête à Auschwitz. 

Donc voilà, semaines bien remplies, et ça n’est pas fini. #tobecontinued


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.