L’Escaut à Valenciennes au Moyen Age, pistes de recherches

L’un des aspects de ma thèse consiste à étudier les enjeux de pouvoir autour du foncier. Cela m’a conduite à créer une base de données recensant les transactions foncières connues via les parchemins conservés, en grande partie des arrentements. Evidemment, il m’est impossible de tout saisir dans le cadre de ma thèse en raison de la quantité de documents disponibles #billetavenir. L’objectif est double : établir la place des hommes sur le territoire (qui possède? qui loue? qui achète? qui hérite? qui donne ?) et dresser un portait de Valenciennes au Moyen Age. Parmi les éléments de paysage, l’Escaut s’impose, et son étude est un vaste sujet.

Les historiens locaux écrivent que la ville est née d’un conglomérat de marchands qui réclament au comte de Hainaut une charte permettant de s’unir et de protéger leurs activités commerciales. Certes. Mais la raison de leur implantation sur ce site est toujours éludée. Et cette raison, c’est l’Escaut. En 2003, Florian Mariage a mis en exergue le rôle joué par le fleuve dans la création du portus qui sert d’embryon urbain au Haut Moyen Age. A priori en sommeil au Moyen Age central, Valenciennes réémerge au début du XIIe siècle avant de s’épanouir au XIIIe siècle et d’atteindre son apogée au XIVe siècle. Bien que situé dans une cuvette – et donc vulnérable aux attaques – le site primitif de Valenciennes n’est pas choisi au hasard : c’est à partir de là, si on se fonde sur les apports de l’archéologie, que l’Escaut devient navigable. Valenciennes est donc un point de rupture de charge et constitue un relais entre la navigation fluviale et le transport routier. Le fleuve traverse la ville, et plusieurs rivières et canaux émaillent le tissu urbain, qui conduisent parfois la population à se déplacer en barque tant l’eau y est visible facilement, ce qui m’interroge sur d’éventuelles similitudes avec Venise.

Et ses abords sont l’objet de convoitises pour les habitants de l’époque médiévale. Lieu de commerce mais aussi outil de vie du quotidien, il est régulièrement cité dans les actes notariés comme confront des propriétés qui le bordent. Des aménagements sont donc opérés par les propriétaires pour bénéficier le plus possible des bienfaits de la proximité de l’eau.

Paradoxalement, en dépit de ce rôle moteur dans l’économie, le fleuve n’a jamais fait l’objet d’étude conséquente pour la période médiévalo-tardive. On recense principalement un mémoire de maîtrise soutenu en 2009 abordant l’eau dans la vie quotidienne, et l’ouvrage de Félicien Machelart, Valenciennes fille de l’Escaut et de la Rhonelle. Ce dernier consacre une dizaine de pages à la question de l’eau à l’époque médiévale, essentiellement pour préciser des éléments de topographie et les canaux, le tout étant accompagné d’illustrations en grand nombre. Ensuite, il faut compter avec des travaux ponctuels, à l’exemple de l’article de Marc Suttor sur la navigation mais qui embrasse l’ensemble du fleuve sur une période conséquente, ce qui limite mécaniquement la place consacrée à la portion qui traverse Valenciennes à la fin du Moyen Age ; en outre, l’article est consacré à la navigation sur le fleuve et n’aborde que succinctement la question des aménagements des berges valenciennoises et laisse de côté la propriété des parcelles avoisinantes, ce qu’on ne peut reprocher à l’auteur puisqu’il ne s’agit pas de son propos principal. Il faut ensuite recourir soit à des travaux datés, soit produits par des amateurs et dont le manque de références et renvois bibliographiques gênent le travail de recherche.

Quels axes de recherche pour cet élément du paysage? Le fleuve est d’abord un outil de matérialisation administrative : limite entre deux royaumes au IXe siècle, il sert de frontière entre deux diocèses, faisant de la ville un espace à la confluence de deux juridictions religieuses. C’est un enjeu économique : il fait l’objet d’un tonlieu depuis le XIIIe siècle, et l’eau qu’il amène dans la ville permet à bien des habitants ainsi qu’à la cité d’en tirer un revenu, c’est par exemple ce que j’ai pu relever dans les comptabilités de la massarderie #articleavenir. C’est aussi un souci du quotidien pour la municipalité : les sources rapportent non seulement des inondations régulières, qu’on tente tant bien que mal de maîtriser, mais aussi comment il sert de protection en cas d’invasion. C’est enfin un enjeu politique puisqu’il fait l’objet d’aménagements qui ne sont pas gratuits : ponts, moulins, canaux, port de décharge, greniers, ces constructions sont édifiées pour des raisons stratégiques, soit parce qu’on espère en tirer un revenu économique, soit parce qu’elles vont faciliter l’appropriation et la maîtrise du territoire et in fine des populations. Il y a fort à parier que l’exploitation des actes notariés donnera des résultats en ce sens, mais cela suppose un dépouillement conséquent et une bonne connaissance de la société urbaine pour pouvoir travailler ce thème. Cette nécessaire maîtrise de l’histoire sociale combinée à l’histoire environnementale a pris une dimension très concrète pour moi il y a quelques semaines. Alors qu’une amie présentait lors d’une conférence le travail qu’elle avait réalisé en master (mentionné plus haut), elle a évoqué les ponts de la ville, situés en grand nombre dans la partie au sud, sur la rive droite. Cette partie est la plus peuplée, mais pas seulement : en croisant la localisation de ces aménagements avec ma base de données, j’ai remarqué que les parcelles à proximité sont la propriété de l’oligarchie urbaine, un groupe vaste dont il me faudra prochainement préciser les contours. Evidence me dira-t-on, certes, mais encore faut-il la démontrer et donc se pencher de près sur l’histoire sociale, hélas encore trop peu étudiée pour Valenciennes. En tout cas, cela me conforte dans l’idée qu’une solide connaissance des populations est indispensable pour asseoir les résultats de l’histoire environnementale, et vice versa.

Outre le fleuve dans ses aspects concrets, je m’interroge sur les représentations qui lui sont liées. Comment l’Escaut est-il perçu par les Valenciennois du Moyen Age? Il est difficile de se prononcer. Ce qui est certain, c’est qu’en dépit de son importance et de sa richesse, il ne figure pas sur le sceau de la ville, qui lui a préféré la muraille, une démarche répandue pour les villes du Nord comme le souligne Ambre Vilain (p. 82). L’Escaut est donc un élément fondateur de la cité, mais pas forcément l’élément fondamental de son identité, en tout cas si on se fonde sur la sigillographie. Toutefois, j’envisage de procéder à une recherche approfondie dans le Récit du bourgeois de Valenciennes sur ce sujet : c’est l’un des rares témoignages contemporains dont nous disposons, une analyse lexicométrique pourrait peut-être faire émerger des pistes. Par ailleurs, j’ai relevé un paradoxe : dès le milieu du XIVe siècle, la municipalité craint les incendies et contraint les habitants à garder un tonneau d’eau plein entre mars et octobre devant chaque maison, sous peine d’amende, dans le but de faciliter l’intervention des officiers du feu. On a donc des points d’eau très facilement à proximité dans toute la ville, et pourtant on craint de manquer d’eau, signe que le fleuve, en dépit des multiples aménagements n’est pas perçu comme entièrement maîtrisé par les habitants.

Avec le recul qui est le mien, je mesure aussi combien il m’aurait été impossible d’aborder ce sujet dès le début de la thèse, puisqu’il implique une quantité de sources conséquentes mais qui ne sont pas forcément signalées clairement dans les inventaires d’archives, prouvant une nouvelle fois si besoin était que la recherche a besoin de temps et qu’elle ne peut se faire dans la précipitation. Voilà donc quelques pistes, non exhaustives, pour l’étude de l’Escaut que je m’apprête à explorer et développer dans les prochains mois, dans le cadre de ma troisième et – en principe – dernière partie de thèse.

En couverture : Inondation à Valenciennes au XVIe siècle, BM Douai, ms 1183.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.