Fin d’année

La fin de l’année approche, avec son bilan d’activités passées et son aperçu de l’année à venir.

Le secondaire a été indéniablement une partie importante. Trois niveaux à encaisser, plus la distance, plus des collègues mal intentionnés, ça fait des dégâts. Mais je tire aussi beaucoup de positif. Le quotidien avec les élèves m’a rappelé combien j’aime partager ma matière avec les autres et combien les autres ont à nous apprendre. Ca fait un peu bisounours dit comme ça, mais cette année m’a donné la confiance en moi dont j’avais besoin en matière d’enseignement ; désormais, quand je prends une classe en charge, je sais que je suis capable de leur apporter quelque chose (et à quelques heures de la fin de mon remplacement actuel en REP+, ça n’est pas inutile). Ce qui me conduit à passer le capes interne cette année. J’aurais pu le faire l’an dernier puisque j’avais les conditions administratives pour le faire, mais je pense que le contenu de mon dossier RAEP n’aurait pas été le même. Est-ce que cela sera suffisant pour convaincre le jury que j’aime mon métier et que je le fais le mieux possible? Je l’espère, en tout cas j’y travaille, tout en m’appuyant sur les remarques positives formulées par mon inspectrice lors de sa venue dans ma classe il y a maintenant un an.

La recherche a évolué en pointillés. Certaines périodes sont plus propices que d’autres, tous les enseignant·es vous le diront, qu’ils/elles soient dans le secondaire ou dans le supérieur. Mais il y a tout de même de belles avancées. J’ai clôturé le dossier des bannissements, en tout cas la base de données ; avec environ 1800 mentions, j’ai suffisamment de matière pour approfondir certains aspects de l’histoire sociale et judiciaire de la ville. Toutefois, même si je dis “clôturé”, je garde sous le coude la belle série des exploits de la prévôté-le-comte, qui est une juridiction particulière sous l’administration directe du comte et qui, je le pense, est susceptible de me donner encore quelques pépites #teasing.

J’ai profité des vacances de Toussaint pour aller fouiner un peu dans les archives dijonnaises ; je n’ai pas encore terminé le dépouillement des photos, mais il est certain que ces quelques jours furent une bouffée d’oxygène, tant pour mes recherches que pour mon quotidien…

Côté sources, je me suis aussi – enfin – penchée sur l’archéologie. Il me reste quelques gros dossiers à éplucher, mais j’ai déjà extrait des éléments intéressants et qui viennent éclairer certains champs à égale importance avec les sources textuelles. Par exemple, j’ai fait un point sur les pèlerinages, en extrayant les mentions de voyages des testaments (un classique, je sais, mais comme on dit, c’est dans les vieux parchemins qu’on fait les médiévistes #commentçaonneditpasça) ; j’obtiens donc une liste – secrète – de destinations mais qui est différente de celle établie par le biais des enseignes de pèlerinages mises à jour par les archéologues. Pour une ville qui n’est pas très regardante sur les choses de l’âme, la participation aux manifestations de foi est révélatrice #autreteasing

La rédaction stagne un peu ces derniers mois, mais mon relevé du nombre de pages écrites m’indique tout de même une belle avancée par rapport à l’an dernier, que j’espère poursuivre une fois que j’aurai réglé ces problèmes de santé qui me freinent.

Dans la rubrique vie de la recherche, j’ai donné une conférence, qui m’amène à participer à une journée d’études autour du couple en mai prochain. J’en vois dans le fond qui lèvent la main et marmonnent que c’est éloigné de ma thèse, que je m’éparpille, que je vais perdre du temps pour la rédaction. Au départ oui. Mais en fait non. Il se trouve que cette synthèse de sources éparses (parce que bon, à part au moment du mariage, le couple n’est pas franchement THE objet de discussion dans mes sources) va me servir de fil conducteur pour mon chapitre sur l’intégration à la communauté urbaine qui, jusque là, me faisait surtout penser à un grand buffet à tiroirs. Donc finalement c’est une opération “rentable” à plus d’un titre.

J’ai aussi sauté à pieds joints dans le bassin des recensions. J’étais au départ plus que réticente, je m’interrogeais sur ma légitimité à donner mon opinion sur le travail des autres, comment formuler poliment sans froisser… Et en abordant le sujet sur twitter, j’ai réalisé que cette question épineuse parlait à beaucoup de monde, et je dois dire qu’en twittant ce jour-là, je n’imaginais pas déclencher une discussion fort longue, animée et si instructive. Et il s’avère que finalement beaucoup de chercheur·ses passent par les mêmes questionnements. Depuis octobre, j’écris donc. D’abord pour Lectures, puis prochainement pour deux autres revues, dont une me donne des angoisses rien qu’à son nom, mais d’un autre côté, outre le côté agréable de recevoir un livre gratuitement, c’est aussi une façon de se faire connaître depuis la province profonde. Et c’est une façon aussi de valoriser tout le travail invisible que nous faisons tous et toutes, mais dont on ne mesure pas vraiment l’ampleur. Ce qui m’a conduite à m’inscrire dans la démarche du #365papers, même si le billet ad hoc n’est pas à jour #çavavenirpromis

Enfin, last but not least, je suis sur deux articles à paraître dans des grosses revues avec le classement qui va bien sur le CV. Et là encore, je vois poindre la grosse goutte des personnages de mangas. La démarche de la relecture en double aveugle me laisse un certain sentiment de frustration : les commentaires reçus pour l’un des articles sont fort pertinents (mais il faut dire aussi que j’ai rendu ce papier il y a fort longtemps, et en me relisant je mesure mes progrès en rédaction) et en même temps je suis plus qu’intriguée par l’identité de l’auteur. Et puis bon, la revue de rang A, c’est quand même un truc de chercheur·se, de quelqu’un qui sait ce qu’il fait. Et pour le coup, je remercie Twitter et en particulier l’une de ses membres qui m’a tenu un discours très rassurant sur le sujet il y a quelques temps et très encourageant à la fois, et grâce à qui j’accueille aujourd’hui les critiques avec une relative sérénité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.