Excursion bourguignonne

Au cours de l’été dernier, j’ai beaucoup travaillé sur mon chapitre de présentation des sources. Et, s’il me reste encore bien des choses à voir, j’en suis tout de même arrivée à la conclusion que je me sens bien moins perdue qu’il y a cinq ans face aux différents fonds, et moins perturbée par la dispersion dans les multiples centres d’archives que je sollicite. Et soudain la lumière s’est faite : c’est bien beau de travailler sur les Pays-Bas bourguignons, mais quid des archives de Dijon? J’ai donc fouillé les inventaires en ligne (merci la technologie), et repéré des documents qui m’intéressent au premier chef. Je me suis dit aussi que tant qu’à faire le voyage, autant en profiter pour découvrir la ville, dans laquelle je ne m’étais jamais rendue. J’en ai donc parlé à ma directrice, très familière des lieux #lesvraissavent, qui a proposé de nous accueillir, ma petite famille et moi (oui, ma Dr fait ce genre de choses, je l’ai déjà dit, elle est extra). Rendez-vous fut donc pris pour les vacances de Toussaint, because mari prof en lycée et enfant élève en CE1 et donc astreints à se rendre au lycée/à l’école, faute de RTT pour le corps enseignant. #lesfonctionnaires #lesvacances #toussa

Nous voilà donc partis, lundi matin, avec l’ambition d’arriver vers 12-13h, pour me permettre d’être aux archives vers 14h. Le bâtiment des ADCO m’a laissé une impression mitigée. Il y a certes l’escalier principal :

C’est certain, un escalier pareil, ça donne le ton. Et puis il y a les salles de lecture. Je n’ai pas fait de photo, trop de monde, mais Google est votre ami (ou pas, c’est vous qui voyez). Je m’y suis sentie à l’étroit par rapport à l’immensité des AD du Nord ou de la salle Patrimoine des AM de Valenciennes. Et puis les tables sont plus petites. Et comme tout·e médiéviste qui se respecte, aux archives, j’aime pouvoir m’étaler. Point positif cependant, j’ai apprécié les petits pupitres avec rondins de bois pour poser et maintenir les archives, en particulier les gros registres. Le rythme de communication m’a paru farfelu : arrivée un peu avant 15h (oui, un peu de retard sur la route), j’apprends qu’on était en train de ranger les documents que j’avais commandés par mail, pensant que je ne viendrais pas, alors que le service ferme à 17h. Autre mauvaise surprise, le temps que je consulte une cote, l’un de mes documents était effectivement reparti dans les magasins alors qu’il ne m’avait pas été communiqué. Bref, c’est déjà pas simple pour moi d’évoluer efficacement dans un lieu que je ne connais pas, je me suis sentie en trop dans ce lieu chargé d’histoire #autismebonjour

En dépit de ces péripéties, j’ai pu consulter ce qui m’intéressait. Le premier document est une enquête, l’inventaire étant bref :

Enquête faite par les officiers de la justice de la Sainte-Chapelle au Val-de-Suzon sur l’assassinat dans la combe Brise-barre, au-dessous de la descente du Plain d’Ahuy au Val-de-Suzon, sur le chemin commun, de Jean Lantier, marchand à Dijon, qui revenait de Valenciennes en compagnie d’autres marchands. Les auteurs du crime demeurent inconnus (1452, 6 octobre).

Mais que quoi? Un meurtre? Au retour de Valenciennes? Avec des gens pas nommés? Mais par qui? Et pourquoi? Et surtout… comment?? #NCISetLesExpertsréunis Forcément, il fallait que je voie ça. Et je ne suis pas déçue. Je n’ai pas terminé de dépouiller la chose, temps imparti oblige, mais j’ai fait des photos, comme à chaque consultation, et il faut être claire, celui qui a écrit ne s’est pas posé la question de la personne qui allait devoir lire derrière lui, je vous laisse apprécier la maniabilité de la chose :

A savoir qu’on aperçoit mon ordinateur juste derrière, c’est un 17 pouces, on est pas loin du mètre pour le parchemin. Je ne vais pas plus loin pour l’instant dans le contenu, mais promis, je vous raconte ça plus en détails dès que j’en ai fini avec la transcription, ou au moins l’analyse détaillée. #teasing Toujours est-il que j’ai les noms de ces braves gens marchands, et que je vais donc pouvoir chercher dans mes archives valenciennoises trace de leur passage, pour savoir ce qu’ils sont venus acheter/vendre, avec qui et où ils ont séjourné #onveuttoutsavoir

Autre document digne d’intérêt et qui concerne mes bourgeois bien en vue dans la cité :

Acte du dépôt fait entre les mains de Simon Gardin de Valenciennes, par Guillaume de Chalus, écuyer, d’une somme de 100 florins, valeur de marchandises pour lesquelles des marchands d’Arras et Saint-Omer étaient en discussion avec d’autres de Valenciennes.

Moment de réjouissance personnelle, car l’ami Simon appartient au top 3 des familles les plus riches de Valenciennes, peut-être même du Hainaut. Jehan BoineBroke est un petit joueur à côté en terme de fortune personnelle et d’accointance avec tout ce qui possède un peu de pouvoir dans le coin.

Enfin, moment de tristesse, un document annonce l’acquisition de vaisselle par le duc à plusieurs bourgeois de Valenciennes. J’espérais compléter le tableau des liens directs tissés entre les bien en cour et le duc, mais je n’ai pas trouvé la rubrique adéquate, et ce d’autant plus que le registre fait plus de 300 folios alors que l’inventaire en annonce 117. Bref, j’ai renoncé, j’y reviendrai peut-être après la soutenance.

Voilà, c’est peu, et en même temps ça me semble prometteur. Le temps passé chez ma directrice m’a donné un bon coup de motivation, elle est vraiment un soutien exceptionnel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.