« Autour d’un verre. Le vin, une économie de la sociabilité à Valenciennes au XIVe siècle »

Conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes

Dimanche 5 novembre 2017

A la fin du Moyen Age, Valenciennes est la capitale économique du comté de Hainaut. Elle est une cité dynamique caractérisée par des flux migratoires et commerciaux importants. Dans ce contexte, elle reçoit très régulièrement des messagers et ambassadeurs prestigieux qui participent à son intégration dans le réseau urbain régional. Ce jeu diplomatique s’accompagne fréquemment de cadeaux offerts aux hôtes de la ville. Dans la cité hennuyère, il s’agit de présents de vins, que les registres de comptabilités de la massarderie permettent d’étudier.  En effet, cette série d’archives conservée essentiellement pour la seconde moitié du XIVe siècle comprend non seulement des listes détaillées des destinataires de ces gratifications honorifiques, mais aussi des fournisseurs, des montants engagés par la ville et des circonstances dans lesquelles les quantités de vins sont octroyées. Nous proposerons une analyse détaillée de ces dons somptuaires, en nous attachant tant aux bénéficiaires de ces largesses qu’à l’origine des vins. Par ailleurs, nous nous dresserons le profil des personnes qui fournissent la ville, en montrant comment ces listes permettent de situer les familles dans le tissu social urbain.

Source : BMV, ms 536 Règlement de la confrérie Saint-Nicolas

Demandez le programme ! #JE Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

27 octobre 2017, FLLASH Amphi 150

En 2015, l’Etat français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples préfigurant une recomposition des territoires : environnement, infrastructures, gouvernance, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Ces problèmes de division interrogent la région septentrionale au sens large du terme. En effet, la Belgique, composante historique des Pays-Bas méridionaux, est également traversée depuis plusieurs années par des divisions, tant linguistiques, qu’économiques et sociales.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste région géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des batailles et des échanges et a souvent changé de maître : de l’empire romain à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre l’empire des Habsbourg à l’époque moderne et vole en éclat à la fin du XVIIIe siècle, donnant naissance à la Belgique après la période révolutionnaire. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe au statut de zone occupée par les nazis pendant la Seconde Guerre. Ces variations d’allégeance politique ont induit des parcours économiques, migratoires et linguistiques contrastés.

Les politiques menées au cœur des dernières décennies visent à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche qui regroupe le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges1.

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, et éventuellement d’apporter des pistes pour y remédier. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. 

 

9h Accueil des participants

9h30 Introduction par Mme Corinne BECK

9h45 Introduction de la journée

10h Christophe Burgeon, « La « romanisation économique » de la Gaule Belgique : réalité ou fantasme ? »

10h30 Emmanuelle Santinelli, « Les relations entre les principautés de Flandre et de Hainaut aux XIe-XIIe siècles »

11h15 Pause

11h30 Stéphanie Pirez-Huart, « Disparités géographiques, disparités sociales : l’aire de recrutement des immigrants à Valenciennes à la fin du Moyen Âge »

12h15 Repas

13h30 Marie Delcourte Debarre, « Les traitements sylvicoles en Avesnois : un facteur de disparités paysagères (XVIe-XVIIe siècles) »

14h Philippe Guignet, « Inégalités socio-spatiales dans le Valenciennois et le Douaisis aux XIXe et XXe siècles. L’enseignement de quelques indicateurs démographiques et fiscaux »

14h30 Marc Copin, « La frontière franco-belge au cœur des conflits du XIXe siècle »

15h Pause

15h30 Edith Marcq, « La Côte d’Opale et ses peintres durant l’entre-deux-guerres : du particularisme de son appellation à la diversité de ses représentations picturales »

16h00 Pause

16h30 Conclusion de la journée