Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre

Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle

Le bannissement est une prérogative municipale à Valenciennes à la fin du Moyen Age. Cette pratique cristallise les enjeux de pouvoir qui mettent en scène la communauté urbaine face à son prince, le comte de Hainaut. Par ailleurs, l’examen de son recours et sa mise en pratique traduisent les intérêts de la ville dans un contexte économique très dynamique malgré la menace de la Guerre de Cent Ans.

Cet article est la publication d’une communication donnée en mai 2014 lors du séminaire Questes et dont le thème était « Faire communauté ».

Texte dispo sur HAL et sur le site de la revue.

Construire un réseau pour contrôler l’espace

En 1427, Jean Rasoir, bourgeois de la ville de Valenciennes, accède à la charge de receveur général du Hainaut. Concomitamment à cette promotion sociale, il épouse en secondes noces Jaque De Roizin, ce qui lui permet d’entrer dans la noblesse hennuyère. La nomination de ce personnage à une charge comtale arrive au terme d’un réseau de relations tissé sur plusieurs générations. L’homme se place au cœur d’un enchevêtrement de liens, soigneusement travaillés et diversifiés. Continuer la lecture de Construire un réseau pour contrôler l’espace