Le prix de l’administration

Les fonctionnaires coûtent trop cher et sont trop nombreux. L’idée revient à chaque élection, un peu comme un herpès dont on aurait du mal à se défaire. Et l’affaire n’est pas nouvelle, Actuel Moyen Age l’a montré ici récemment.

Dans la Valenciennes médiévale on trouve aussi des fonctionnaires. Aucune source n’évoque leur popularité dans la ville, mais ils sont bien là. Qu’on les désigne sous ce terme ou pas, la ville rémunère les offices de personnes pour leurs compétences ou les services rendus à la communauté urbaine. On les trouve essentiellement dans les comptabilités, dans une rubrique intitulée « pensions et siervices » dont le massard (le comptable, le gestionnaire de la ville) rend compte deux fois par an.

pensions

AMV CC 726, f° 20 r°

Continuer la lecture de Le prix de l’administration

L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Malgré les conflits qui animent la société valenciennoise, la communauté urbaine ne pardonne jamais les atteintes à son intégrité et se montre volontiers revancharde. C’est dans ce contexte que la bonne ville du Hainaut pratique l’abattis de maison.

Ce procédé, très répandu dans le Hainaut et dans le Nord de façon plus générale (Laon et Amiens par exemple), est ancien, et vise à punir sauvagement une personne en s’en prenant à ses biens, en détruisant sans ménagement sa maison.

Continuer la lecture de L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère