Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

L’une des questions qui revient le plus après le « et cette thèse, ça avance? », c’est « pourquoi ce sujet? ». Mon thème de recherches est le résultat d’un cheminement commencé il y a presque vingt ans.

L’Histoire, ma première histoire d’amour

D’abord il y a eu la fascination lors de la découverte de l’Histoire et des possibilités d’évasion qu’elle offre face à un monde violent (rappelons que je suis née au milieu des années 1980, et que dans mes souvenirs d’enfance il y a notamment les collectes alimentaires à l’école contre la famine en Afrique. Par ailleurs, j’ai grandi près de la frontière belge, et lors de mes années collège, le contexte, c’est l’affaire Dutroux, qui a terrorisé bien des enfants dans ce coin de l’hexagone). Donc le rêve de l’ailleurs, un univers avec ses conflits certes, mais qui offre une place pour l’imaginaire, et pour le Moyen Age, les constructions majestueuses et des sonorités différentes. Je me rappelle d’ailleurs une double page de mon manuel de 5e qui portait sur les villes, j’étais subjuguée par les représentations des rues, foisonnantes, fourmillant d’activités variées.

Continuer la lecture de Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Il y a un an, j’étais à Paris pour écouter un séminaire de médiévistes sur les cultures de l’Autre. Après chaque séance, les Questeurs ont l’habitude de partager un repas dans un des restos proches de la maison de la Recherche, rue Serpente. Ce soir là, c’était la pizzeria à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, conversations habituelles, l’après-thèse, les cours, les publications… On avait bien vu passer par la fenêtre plusieurs fourgonnettes de pompiers et de police, mais sans trop y prêter attention, le coin est passant. C’est en sortant, vers 22h30, quand chacun a regardé son téléphone qu’on a su. Je suis rarement rentrée aussi vite à l’hôtel. Comme beaucoup de gens, j’ai peu dormi cette nuit-là, scotchée à mon écran, suivant les infos, pleurant en prenant conscience de l’ampleur du carnage, des questions plein la tête et en même temps incapable de les formuler. Je me souviens surtout d’un sentiment d’impuissance.

Continuer la lecture de Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Papiers s’il vous plaît!

Tollé sur la planète internet depuis quelques jours, le gouvernement se lancerait dans le fichage à grande échelle! Stupeur, effroi, protestations partout sur les réseaux sociaux! La chose fait parler, c’est le moins qu’on puisse dire, sous le hashtag #FichierMonstre. Et pourtant, ça n’est pas la première fois que de telles bases de données sont constituées. Qui n’a pas une carte quelconque dans sa poche, de paiement, de fidélité, de transport, de bibliothèque…? « Ah oui, mais là c’est l’Etat qui se fait sa petite bdd », me dira-t-on. Certes. Concrètement, qu’est-ce qui inquiète les gens? L’Etat dispose déjà d’une base de données géante, celle qui sert aux impôts. Donc rien de neuf dans la démarche. Là ce qui gêne, c’est sans doute – au moins en partie – l’usage qui sera fait de tout ça, et l’identification des personnes sur des critères plus personnels que le montant de nos fiches de paye. Et forcément, ça renvoie à des heures sombres de notre histoire. Mais pas seulement, car il faut l’envisager dans le temps long et replacer cette initiative dans le long processus de construction de ce concept qu’est l’individu.

Continuer la lecture de Papiers s’il vous plaît!