Et cette césure? Programme d’une année de recherches particulière

Souvenez-vous, il y a quelques mois je disais que je voulais une année de césure, because collège trop lourd pour un tas de raisons, because autisme Asperger, bref because fatigue. Moment d’incompréhension, début juillet l’ED refuse ma demande mais souligne que le conseil de l’ED sera attentif à ma situation pour une 7e année. L’affaire m’a démoralisée, jusqu’à la semaine dernière. Dans ce billet, je vous raconte les péripéties et je vous présente le chantier 2018-2019.

Donc cette césure. En la demandant, je me suis sentie libérée d’un poids. Loin de moi l’idée d’abandonner la thèse, mais plutôt de donner un peu de mou à l’élastique dont la solidité semblait compromise. Et donc l’ED me dit non, sans davantage de détails #gné. J’ai pris un coup de massue sur la tête, et résignée, je me remets au travail d’arrache-pied. Puis arrive un mail du labo, avec une copie de ma lettre de demande, tamponnée de la Présidence avec avis favorable, mais sans plus d’explication. Dans ma tête, la Présidence soutient ma demande #baumeaucoeur mais voilà, l’ED a dit non. Arrive alors cette sombre affaire de CVEC qui me met en pétard, augmentation pure et simple des frais d’inscription (en dépit des couleuvres qu’on tente de nous faire avaler), et d’une coquette somme, l’équivalent d’un Brepols tout de même (oui, je raisonne en Brepols, il faut dire qu’il s’y publie des choses passionnantes)! A la réouverture de la fac, tandis que je me penche sur les rapports de fouille du service archéologique de Valenciennes, j’envoie mon mari accompagné de mon fils faire mes courses #thèseenfamille : passer à la BU rendre quelques livres et en prendre d’autres, médecine préventive et retirer un dossier d’inscription à la scolarité (chez nous on reçoit un dossier à la maison, habituellement fin juin, mais avec ma demande de césure, j’imagine alors que la gestionnaire, quelqu’un de charmant et d’efficace, n’a pas eu le temps de s’en occuper). Là, on lui apprend que non non, je suis bien notée en césure, et qu’au besoin je peux contacter une autre administrative en charge des relations avec l’ED pour confirmer tout cela. Fort bien, j’attends le retour de ladite administrative (encore quelqu’un d’efficace et que j’ai plaisir à voir), qui me confirme que je suis bien en césure! Voici un boulevard qui s’ouvre!

Me voici débarrassée de la pression administrative! Que faire de cette année de césure? L’idée c’est d’avancer à mon rythme, au gré de mon état de fatigue. Car si l’autisme Asperger ne m’empêche pas de mener mes recherches, il me fatigue davantage que d’autres doctorant·es, par exemple lorsque je passe une journée aux archives, hors du cocon familial. Clairement, ça me laisse sur le carreau, parfois juste une soirée, parfois plusieurs jours d’affilée, à lézarder dans mon lit et devant un DVD.

Il y aura donc rédaction. Dans l’idéal, j’aimerais avoir terminé cette grande partie sur l’étude sociale de Valenciennes, qui est déjà bien avancée, et avoir terminé des dépouillements que j’avais laissés en attente concernant l’étude du parcellaire de la ville et de ses abords, et évidemment avoir rédigé la chose.

A cela s’ajoute une séance de présentation de mes recherches en octobre à destination d’étudiants de master, pas d’autre communication prévue. Et en même temps, j’en ai déjà un bon paquet sur le CV, je refuse de vider ma thèse de son contenu avant la soutenance.

En terme de publications, grosse année. J’ai toujours trois articles en attente de publication, dont un qui est sous presse, les premières épreuves sortent dans quelques semaines. J’ai postulé pour écrire un compte-rendu de lectures et je pense en faire un autre sur le premier semestre 2019, mine de rien, je me dis que ça me permet d’ajouter quelques petites choses sur mon CV, tout en réutilisant une partie du travail fait pour la thèse de toute façon. Je co-dirige également deux travaux de publication : les actes de la journée d’études co-organisée en octobre dernier et également un gros projet lancé il y a plus d’un an, la publication d’un recueil d’études en l’honneur de ma directrice de recherches, désormais professeure émérite (oui, on peut le dire, elle a été mise au courant récemment). Je mène ce dernier projet avec Marie Delcourte-Debarre, tout comme pour la journée d’études, et nous avons reçu l’appui de plusieurs enseignant·es-chercheur·ses de notre labo. C’est un gros travail, il a fallu déterminer des axes de travail, rédiger un appel à articles, dresser la liste de ses ami·es et proches dans le monde de la recherche, les contacter, demander un financement au labo et si tous ceux qui ont répondu favorablement rendent bien leur article, je redoute un peu la taille du produit final, car il y a du monde.

Il y aura enfin, en principe, enseignement, charge de cours prévue en L2 sur l’UE majeure en médiévale (XIIIe-XVe), j’ai hâte d’y revenir! J’avais fait le CM il y a deux ans, là on switche et je prends en charge les TD, je cogite d’ailleurs à des exercices différents du traditionnel binôme leçon/commentaire de doc. Le secondaire? Après avoir eu confirmation que mes années d’expérience me permettaient de remplir les conditions d’inscription, je passe le CAPES interne, beaucoup plus abordable que l’externe qui demande un travail à temps plein. J’ai prévu de présenter une activité en géographie réalisée l’an dernier avec mes 5e et qui avait bien fonctionné (l’admissibilité est constituée d’un dossier RAEP). J’appréhende l’oral, ça représente un travail conséquent, mais ça me permettrait de fixer la question pécuniaire si j’arrive à convaincre le jury que je fais l’affaire. Pas d’affectation dans le secondaire pour l’instant, visiblement l’académie a fait entrer une vague énorme de titulaires pour renflouer le vivier de TZR, mettant au chômage une quantité de contractuel·les, on verra plus tard dans l’année si on me propose quelque chose d’intéressant. De ce fait, me voici de nouveau à temps plein sur mes recherches, et sans enfant à gérer puisque la question de l’école de mon loustic (en CE1 désormais!) est toujours prise en charge par mon mari, maintenant titulaire de son poste. Et même si j’ai des scrupules à être “à la maison”, c’est quand même bien agréable de pouvoir entièrement se consacrer à sa passion.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.