Le prix de l’administration

Les fonctionnaires coûtent trop cher et sont trop nombreux. L’idée revient à chaque élection, un peu comme un herpès dont on aurait du mal à se défaire. Et l’affaire n’est pas nouvelle, Actuel Moyen Age l’a montré ici récemment.

Dans la Valenciennes médiévale on trouve aussi des fonctionnaires. Aucune source n’évoque leur popularité dans la ville, mais ils sont bien là. Qu’on les désigne sous ce terme ou pas, la ville rémunère les offices de personnes pour leurs compétences ou les services rendus à la communauté urbaine. On les trouve essentiellement dans les comptabilités, dans une rubrique intitulée “pensions et siervices” dont le massard (le comptable, le gestionnaire de la ville) rend compte deux fois par an.

pensions

AMV CC 726, f° 20 r°

Cette série de comptes est une source précieuse, pour plusieurs raisons. Elle est quasi continue sur environ 40 ans, très bien écrite et surtout ordonnée, ce qui rend la recherche de données très facile, et contraste avec le fouillis décrit par Gérard Sivery pour la période qui précède.

On égrène donc des noms et des fonctions, ce qui permet de voir un organe administratif en construction, puisqu’au fil des décennies, l’échevinage juge utile de se doter de représentants dans plusieurs cours (avocats et procureurs à Reims et Cambrai), et de techniciens ou spécialistes, comme un artilleur, un arbalétrier ou un changeur exerçant à Bruxelles pour le compte de la ville. Ce groupe qui s’étoffe est d’ailleurs révélateur de l’affirmation de la cité comme entité juridique, puisqu’on recrute en 1378 un gardien de l’horloge du beffroi, cette dernière ayant été inaugurée en 1377. Elle marque l’indépendance du temps des activités sur le temps religieux. On pensionne aussi des individus chargés de la sécurité sanitaire pour tenter d’endiguer les problèmes d’épidémies que rencontre la ville très régulièrement. Il s’agit essentiellement d’hommes, une seule femme est mentionnée, mais mentionnée comme la “femme de”, pour “le caudrelach et les kieutes de le ville warder”, c’est-à-dire chargée de la surveillance des ustensiles de cuisine.

Pour autant, ces recrutements n’ont rien de comparable avec ce qu’on observe au niveau de l’Etat. En l’espace de 40 ans, on recrute entre 10 à 15 personnes supplémentaires, ce qui est peu finalement au regard de la population totale qui, elle, continue de croître (10 000 selon la police, 30 000 selon les organisateurs #Oups). Autant dire qu’ils sont loin de l’image du fonctionnaire planqué dans un bureau à l’abri du public. #EtToc

Quel prix pour le service de ces gens? Le massard est le poste le plus lourd, 120 livres, c’est-à-dire un peu plus que le maître-clerc. Grosso modo, à eux deux, ils représentent entre le tiers et la moitié de cette rubrique, ce qui montre bien l’importance de leur travail. Car le nerf de la guerre, c’est l’argent, et les intérêts de la ville ont besoin d’être suivis de près. Et l’investissement porte ses fruits puisque la ville, malgré son endettement, est l’une des plus riches, sinon la plus riche du Hainaut.

En général, l’ensemble de ces agents municipaux pèsent moins de 10 % sur les dépenses de la ville, le plus souvent 6 %, c’est-à-dire finalement peu, là encore. Toutefois mon enquête n’est pas close. Car une autre rubrique des dépenses, celle des “communs frais” les met en scène périodiquement, au gré des indemnités versées pour couvrir les frais de mission. Je pourrais donc prochainement évaluer quelles sommes globales on peut espérer obtenir pour servir la communauté.

 

Pour aller plus loin :

SIVERY Gérard, « Les progrès des comptabilités rurales dans le Hainaut vers 1300 », Le Moyen Age, 1976, n° 1, p. 25-66.

SIVERY Gérard, « L’évolution des documents comptables dans l’administration hennuyère de 1287 à 1360 environ », Bulletin de la Commission Royale d’histoire, Académie Royale de Belgique, Bruxelles, 1975, tome CXLI, p. 133-233.

NYS Ludovic, SALAMAGNE Alain (dir.), Valenciennes aux XIVe et XVe siècles. Art et histoire, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 1996.

BECK Patrice, « Les comptabilités de la commune de Dijon », Comptabilités, 2011, n°2.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.