De la difficulté de présenter les sources en histoire

En histoire, les sources, c’est le nerf de la guerre, la base du travail, ce sans quoi point de thèse. En cinq ans, j’ai accumulé un peu de matière. Beaucoup en fait. Trop peut-être certainement. Il faut désormais en faire la liste et de préférence sous forme critique. L’exercice me déroute. En master, je n’avais pas vraiment rencontré de problème : en master 1, je travaillais sur un échantillon de testaments, la liste exhaustive du corpus analysé avec le n° de cote, le nom du testateur et la date avaient suffi puisque la question de la répartition dans le temps et de leur structure interne faisaient l’objet d’un point spécifique dans un chapitre ; en master 2, j’avais dressé le portrait de quelques familles de la haute société valenciennoise, à l’aide d’archives notariées et de quelques manuscrits (listes de prévôts par exemple) et là encore, la présentation avait finalement été assez réduite car il n’y avait pas grand-chose à en dire, l’essentiel trouvant sa place dans le corps du mémoire. Par ailleurs, dans les deux cas, hormis quelques sources imprimées utilisées (comme le matricule de l’Université de Louvain), tout se trouvait aux archives municipales de Valenciennes.

Là, je me retrouve avec une quantité importante de documents, de nature variée (j’ai de l’acte notarié, de la comptabilité, des récits, des listes, des documents diplomatiques, de l’iconographie, de l’archéologie… bref je brasse large) et disséminée dans plusieurs centres de conservation (neuf à ce jour, de part et d’autres de la frontière belge, hors sources imprimées, et il y en aurait au moins quatre à ajouter si je me décide à aller chercher quelques documents qui sont à la marge de mes besoins, et surtout si je trouve le temps et les financements pour le faire #ArchivesNationales #AssembleeNationale #Vatican).

Et je peine à présenter tout ça. La première raison, c’est qu’en master, j’avais complété un fichier-récap au fur et à mesure, une chose que je n’ai pas faite en thèse, tout simplement parce que je me suis laissée emporter par ma curiosité, sans prendre le temps d’ordonner tout ça dans un document de synthèse (je tiens à vous rassurer, le tri dans les photos est lui très ordonné, avec des dossiers par centre d’archives, puis par fonds puis par cote). Voilà un exemple qui confirme que la thèse, c’est aussi apprendre de ses erreurs. Et paradoxalement, ne pas avoir écrit la liste au fur et à mesure m’amène aujourd’hui à tout reprendre en un seul bloc et donc à revoir certains documents dont j’avais oublié l’existence. Car même si j’ai une bonne mémoire des cotes et de leur contenu, je suis loin d’être infaillible, et la lecture de mon journal de bord n’est pas forcément le meilleur moyen d’avoir une vue d’ensemble de ce que j’ai consulté jusque-là.

La deuxième raison, c’est que je n’avais pas réalisé que là je devrais ajouter un chapitre complet dédié aux sources, un vrai chapitre à rédiger, avec des choses à expliciter directement dedans, et pas disséminée dans d’autres chapitres au gré des besoins de la rédaction et de l’analyse. Et comme je ne l’avais pas envisagé comme un chapitre à part entière, je n’arrive pas à me mettre en tête que, comme pour tout chapitre, je dois lui allouer un temps de rédaction spécifique. En fait, en master ce fichier se constituait comme le fichier de bibliographie : rédigé au fur et à mesure des lectures, de telle sorte qu’au moment d’écrire le mémoire, ce fichier était déjà prêt, ne restait plus qu’à ajouter un saut de page pour la numérotation des pages. Bref, comme si ça s’était fait tout seul, sans m’en rendre compte. Là, la démarche est bien différente.

Et il faut être clair, si la question des sources est primordiale, rédiger leur présentation et expliciter à la fois leurs utilités pour mon sujet et leurs limites, ça n’est pas ce qu’il y a de plus trépidant. Et pourtant, tout comme la méthode adoptée pour les traiter, la présentation des sources est l’un des points de garantie du sérieux de mon travail, c’est donc un aspect indispensable qu’il faut soigner. Je me suis donc attelée à rédiger, en classant mes sources par centre d’archives puis par fonds et par cotes, comme la coutume le veut en histoire. Et je me rends compte que cette méthode me bride : elle contraint à suivre un ordre purement administratif, sans aucune logique scientifique. Car certains documents conservés par exemple aux Archives Départementales du Nord à Lille auraient tout à fait leur place aux Archives Municipales de Valenciennes, et vice versa. J’ai d’ailleurs des cas de documents initialement conservés à Valenciennes et qui ont été renvoyés à Lille pour être insérés dans des fonds qui s’y trouvent. De ce fait, j’en suis à hésiter : faut-il conserver l’ordre académique, tout en sachant que la synthèse des sources utiles aux thèmes que je développe est de toute façon faite dans les sous-parties de chapitre ad hoc? Ou me risquer à un classement très personnel, qui risque de défrayer la chronique au moment de la soutenance, et de perdre le très hypothétique lecteur qui voudrait utiliser mon travail à des fins tout aussi hypothétiques? Sans compter que cela induirait une certaine redondance avec la synthèse qui introduit chaque chapitre… Tout cela m’amène à m’interroger sur le cadre de classement des archives et à l’usage qui en est fait finalement : si les archives contemporaines grossissent chaque année et entraînent des adaptations que les archivistes mettent en œuvre du mieux qu’ils/elles le peuvent, que penser des archives anciennes? Car ces cadres de classement existent depuis des lustres et n’ont que rarement été retouchés, et encore, à la marge. Faut-il revenir là-dessus et les faire coller de plus près aux préoccupations des principaux·les utilisateur·trices? Comment y parvenir? Combien de temps ce nouveau cadre serait-il valable? Et, question bassement matérielle mais indispensable en ces temps de raréfaction des fonctionnaires dédié·es à ces missions : qui pourrait se charger de cela?

Bref, je pose aujourd’hui beaucoup de questions sans y répondre, mais c’est finalement là le rôle de la recherche.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne dit :

    Moi j’ai résolu la question. Simple is beautifull. Je fais des tableaux de classement chronologique, avec indication de la source à chaque document, et sa retranscription. Certaines thématiques sont soulignées en couleurs.
    Du coup, je peux l’indexer, y faire des recherches par mots clefs, sans jamais faire de doublons…
    Un bon Word suffit. Pas d’excell qui compliquerait la chose.
    Et voilà ! La chose a fait ses preuves…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.