Prendre une année de césure

L’année scolaire se termine et il est temps de tirer des leçons de l’année écoulée. En tout cas, nous sommes à cette époque de l’année où il faut se pencher sur les dossiers de réinscription et faire le point sur ce qui a été fait depuis la dernière session. 

J’achève ma 5e année de thèse. J’ai rendu plusieurs chapitres à ma directrice. Organisé une journée d’études. Rendu deux articles. Donné trois communications. Développé une page Facebook de vulgarisation.

Le bilan des huit derniers mois me paraît maigre. Cela tient à plusieurs raisons. La fatigue d’abord, levée trop tôt, couchée trop tard pour être à l’heure au collège. Le collège ensuite. Trop de difficultés auxquelles faire face. Trois niveaux à préparer, c’est lourd. J’ai été agressée par un de mes élèves, et on ne peut pas dire que j’ai été particulièrement soutenue sur mon lieu de travail. En plein scandale du #metoo, il m’a fallu résister aux pressions qu’on m’a fait subir pour obtenir une demi-sécurité. Le sexisme, la culture du viol et le masculinisme se terrent partout et n’attendent que le moment opportun pour surgir. J’ai subi des remises en question multiples, de la part de personnes qui ne sont pas compétentes pour juger de mon travail, et qui nuisent clairement à ma crédibilité et à mon autorité dans ma classe. Le temps perdu aussi pour des choses inutiles, comme cette réunion où il devait être question des difficultés d’un élève et dont finalement il ressort qu’il faut s’adapter sans rien connaître de sa pathologie et sans consignes claires. Bref se montrer laxiste. Ou cette formation pour débutant·es à laquelle j’ai été contrainte d’assister car “l’ordinateur” refuse de reconnaître mon expérience en matière d’enseignement et où les conseils prodigués étaient du genre “en réunion parents-professeur pensez à proposer des chaises” et “si vous faites cours la porte ouverte, ça envoie aux élèves le signal que vous ne maîtrisez pas votre cours et que vous appelez à l’aide” (Note : après sondage dans mes six classes, les gosses sont unanimes, ils/elles ne voient pas le rapport) . Et je ne plaisante pas. Je n’ajoute pas mes élèves dans la liste, au contraire. A l’exception de quelques perturbateur·trices qui auraient besoin d’un accompagnement plus serré si l’Etat y mettait les moyens, ils/elles sont adorables. En grande difficulté, à la traîne parce qu’évoluant dans un contexte socio-économique plus que défavorable. Mais tellement gentil·les. Comme un certain nombre de collègues, que j’ai plaisir à voir. Mon inspection est l’autre point positif que je retire de cette année, car j’ai eu en face de moi quelqu’un de très humain, sensible à conseiller pour améliorer les pratiques plutôt qu’à démolir. De quoi motiver à bien faire son travail. Un travail que j’ai eu plaisir à faire, il y a eu des moments collector, comme ces séances avec mes 5e où on a fait de la paléo médiévale et où même les plus timides se sont lancé·es, et avec succès. Ou les copies de cette élève de 4e qui sont meilleures que ce que j’ai parfois pu lire dans des copies de fac. Et là encore je ne plaisante pas, on a parfois des élèves vraiment brillant·es et prometteur·ses qui nous poussent à revoir nos prép pour nous hisser à leur hauteur et leur permettre d’aller encore plus loin. Et puis tous ces petits bonheurs du quotidien qu’ils/elles viennent confier.

Bref, j’aime enseigner à des collégien·nes, même si c’est parfois épuisant. Sauf que cette année nuit gravement à ma santé et à ma thèse. D’ici l’été je devrais être fixée sur la piste Asperger, en tout cas les prochaines semaines vont être ponctuées par plusieurs entretiens à ce sujet. Mais en l’état je suis épuisée. Physiquement, moralement. Ma thèse n’avance pas assez à mon goût et en lisant la dernière lettre de la SHMESP, je découvre le programme du colloque “Administrer la ville dans et hors les murs” auquel j’ai renoncé à proposer quelque chose, trop fatiguée à ce moment-là pour réfléchir à une communication. Colloque dans lequel mes recherches auraient pourtant tout à fait leur place. Je pense demander à être libérée pour y assister, bien que je doute d’obtenir ces deux jours de liberté, même en fin d’année scolaire. Ou cette journée d’études sur les registres urbains ou celle sur les récits de ville pour lesquelles j’aurai tant de choses à dire, des choses parfois même déjà écrites dans les chapitres de thèse, mais pour lesquelles l’énergie me manque pour me projeter. A tort sans doute. Il y a aussi cette expo pour le Musée que j’aimerais monter et qui est en stand-by depuis une année maintenant.

La grande conclusion, discutée avec ma directrice, c’est de demander une année de césure. Pour reprendre pied, me reconstruire, me donner du temps. Et finir dans de bonnes conditions. Ma lettre est déjà partie.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.