Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se

En histoire, une thèse se construit selon deux axes : travailler les sources et monter une bibliographie permettant d’éclairer celles-ci. Parmi les questions qu’il ne faut jamais poser à un·e doctorant·e, c’est « comment on s’y prend pour gérer les références utiles ? », sous peine de voir votre interlocuteur·trice osciller entre agacement, frayeur et désespoir. Sauf si vous entrez en thèse prochainement, auquel cas vous faites bien de demander. Car il n’est pas seulement question d’empiler les titres de monographies et d’articles, il faut aussi préparer le moment où il faudra les exploiter : la période de rédaction. Vous trouverez sur le net quantité de billets vous expliquant comment vous pouvez utiliser Zotero, Mendeley ou tout autre logiciel permettant de mettre de l’ordre dans tout cela. Suite à une question d’@AlexisMagister sur twitter, dans les lignes qui suivent, je vous emmène dans mon système d’organisation personnel.

Pour la petite histoire, j’ai suivi une formation en 1e année de doctorat qui se voulait être un atelier de prise en main de Zotero. Fort bien, je me rends donc dans le SCD de la grande université régionale voisine, où une vingtaine de doctorant·es toutes disciplines confondues sont massé·es dans une salle informatique. Petit groupe donc, un poste chacun·e, bref de quoi manipuler et avec aide si besoin est. Et c’est à peu près tout. La formatrice a débuté la session en nous expliquant comment se créer un compte, puis les problèmes se sont enchaînés : ordinateurs qui se bloquent, voire s’éteignent, connexion foireuse… Evidemment, nous avons signalé tout cela à la formatrice, qui n’a rien géré du tout, et a poursuivi sur sa lancée, à grands renforts de « c’est pas grave si vous n’avez pas d’ordi, on continue quand même, vous prenez des notes et vous testerez chez vous ». Mouais. Prendre des notes sur l’apprentissage d’un logiciel et sans visuel de l’interface, ça le fait moyen, voire carrément pas du tout. Bref, et navrée pour les gens des bibliothèques qui font bien leur travail, mais là c’était pourri, pas vendeur pour deux sous. A l’époque, mon propre SCD ne proposait pas de formation sur le sujet, j’ai donc renoncé à Zotero. Et c’est ainsi que j’en suis venue à monter mon propre système.

Avec des basiques, Word et Excel. J’en vois déjà au fond de la salle crier au scandale, brandissant des pancartes disant qu’Excel n’est pas une base de données. Oui je sais, on se rassied et on se calme. A mon sens, une thèse c’est quelque chose de très personnel, le choix du sujet, le moment de sa vie où on s’y met, et aussi comment on la conduit. Ca implique donc la gestion de la biblio.

Je travaille avec deux fichiers word qui fonctionnent comme des vases communicants. Le premier, nommé « Biblio à consulter », contient la liste des références à lire. C’est le fichier de l’horreur. Celui qui contient des pages et des pages de titres d’articles et de livres à aller fouiller, glanés au fil de mes lectures, de l’épluchage des moteurs de recherche, de flâneries en rayon ou encore de suggestions bien intentionnées de camarades doctorant·es voire carrément de chercheur·ses confirmé·es. En début de thèse il donne le vertige. Donc je lis. J’ai toujours pris mes notes sur des petits cahiers (96 p., grands carreaux, avec des couleurs vives), que j’emmène partout. Ca me permet d’avancer un article quand j’ai vingt minutes à tuer, et sans avoir besoin d’installer un pc, de l’allumer, de le charger, bref prêt partout et tout le temps. J’ai souvent pris la ligne Le Quesnoy-Lille pour aller aux Archives du Nord, et je vous déconseille le 7h32, surnommé le fourgon à bestiaux par les usagers. Et encore, je me suis toujours dit que les bovins qu’on fait transiter par camions avaient peut-être plus de place… #àvoir Bref, là, aucunement la place pour installer un ordi, il y a déjà tout juste la place pour les genoux de chacun·e, et encore, faut pas être large ni regardant sur la distante raisonnable de promiscuité avec son/sa voisin·e. Alors qu’un cahier posé sur un sac lui-même posé sur mes genoux, c’est possible. J’ai pas dit pratique, j’ai dit possible.

Bref, je lis et je gratte. Ecrire me permet de mieux assimiler, et au fil des années on oublie rapidement, ça me permet donc de mieux fixer mes lectures. Une fois par semaine, je fais une session de mise à jour de ma biblio : je tape mes notes et je crée une fiche de lecture par référence. J’y mets ce qu’on y met tous/toutes : références complètes, pistes de lectures, de sources, idées-phares, citations, bref je ne vous apprends rien là. Conseil hyper-important pour les apprentis chercheurs·ses qui me lisent : en particulier quand vous fichez un livre, notez les n° des pages où vous prenez des citations ou des éléments importants. C’est pénible et ennuyeux au possible, mais après quelques années de lecture, on a la mémoire qui flanche, on ne se souvient plus très bien. Et quand on regarde certains pavés de plus de 400 pages, ça dissuade vite de tout relire. Surtout qu’il arrive que les auteur·es n’aient pas un style très attrayant…

Ensuite, je copie-colle la référence désormais propre dans le fichier « Références lues et fichées », qui me servira de biblio finale à insérer à la fin du volume de thèse. C’est aussi là-dedans que je pioche les références à ajouter en note de bas de page.

La même référence va ensuite dans une feuille excel qui s’appelle « biblio mot-clé » (je sais, c’est très original, mais là il est question d’être efficace : c’est le 2e conseil hyper important, vous devez penser utile, gardez les fioritures pour la rédaction). Une colonne pour ladite référence, une colonne qui indique si c’est un livre ou un article (de la curiosité personnelle, j’en tire régulièrement des stats, vous savez que j’aime les stats, et ça me permet d’équilibrer le ratio livre-article. Purement psychologique, je sais, mais chaque chercheur·se a ses travers) et une colonne qui m’indique le lieu où je la range. Je suis matérialiste en ce qui concerne la biblio. J’aime voir les livres sur les étagères, et de ce fait j’ai une certaine tendance à acheter beaucoup. De même pour les articles, que j’ai tendance à imprimer, j’ai moins de mal à lire sur du papier. Je classe donc mes articles ou photocop de chapitres (quand je n’achète pas les livres because je suis pas Crésus non plus) dans des pochettes transparentes rangées dans des classeurs. Numérotés et indexés. Car aujourd’hui, j’en suis à mon douzième classeur.

Puis quelques colonnes avec des mots-clés. Et c’est là qu’est la difficulté : il faut choisir en fonction du contenu de la référence mais aussi et surtout de l’usage qu’on va en faire. Et c’est là qu’arrive le lien avec nos sources : que veut-on montrer dans notre thèse? Quels thèmes nous paraissent majeurs? A quelles sources ce bouquin renvoie? C’est là qu’arrive le 3e conseil : évitez d’en choisir 50 par référence, sinon c’est pas gérable. Je me limite à dix, et c’est un nombre rarement atteint (trois fois en à peu près 600 titres, en général j’en mets maxi cinq), et les références à mots-clés nombreux concernent souvent dans mon cas des monographies très complètes aux contenus variés (genre la thèse de Claudine Billot sur Chartres, celle de Jean-Marie Cauchies sur la législation des comtes de Hainaut, celle de Bernard Chevalier sur Tours, Stéphane Curveiller sur Dunkerque ou encore le livre de Mickaël Wilmart sur Meaux). Un point important, comme un 4e conseil : soyez régulier dans vos mots-clés. J’évite le pluriel, je favorise le singulier. J’évite de multiplier les mots qui ont le même sens : entre enceinte, muraille, défense, mur, rempart et fortification, il faut choisir!

De ce fait, au moment de piocher la biblio dont j’ai besoin pour la rédaction d’un paragraphe, il ne me reste plus qu’à filtrer ma feuille pour sortir ce dont j’ai besoin.

Je conçois que cette façon de faire puisse paraître fastidieuse, mais c’est celle qui me correspond et me permet de m’approprier au mieux cet océan de littérature et c’est là l’essentiel. On m’a dit qu’il n’était jamais trop tard pour passer à un vrai logiciel de gestion bibliographique. Bien sûr! Mais je me sens trop proche de la fin de la rédaction pour m’y mettre pour l’instant, sans compter le quotidien bien trop surchargé qui me freine déjà beaucoup dans l’écriture. Mais après la soutenance, why not…


5 réflexions sur « Gérer sa biblio, l’un des 12 travaux d’Astérix du/de la chercheur·se »

  1. Je trouve dommage de renoncer à Zotero sous prétexte que la formation du SCD soit « pourrie ». Surtout pour se rabattre sur Word et Excel … Et après on dit que les SHS ne sont pas dans le coup et sont has been ….

    Sans compter qu’en cherchant 2 minutes (en arrondissant) sur google, on trouve des formations complètes de Zotero.
    Et quand on sait utiliser Zotero, et ça prend maximum 2 jours à se former, on gagne un temps incalculable. Car au final, j’aimerais savoir combien d’heures ça vous a pris de mettre en place votre système…

    Pour ceux qui pourrait croire que se mettre à Zotero c’est compliqué, et qu’il vaut mieux passer sur Excel/Word, jetez un oeil aux deux liens suivants, vous gagnerez du temps !

    http://www.biusante.parisdescartes.fr/ressources/pdf/zotero-tutoriel-biusante.pdf
    http://www.crifpe.ca/conferences/view/65

    Errare humanum est, perseverare diabolicum !

  2. Vous avez intégré tous les concepts utiles à la gestion d’une bibliographie. Vous le faites de façon courageuse, mais fastidieuse, avec des outils qui ne communiquent pas entre eux : Word, un cahier et Excel.

    Avez Zotero, vous pourriez faire la même chose, de façon beaucoup plus fluide et pérenne : stocker à part vos références à lire, mettre des mots clés (avec la liste des mots clés déjà utilisés pour éviter de faire de quasi synonymes), prendre des notes, associer le PDF d’un article ou du scan d’une pièce d’archive à une référence, filtrer vos 600 références de manière qui vous convient (aussi fou que « les articles antérieurs à 1980 que vous allez citer dans la deuxième partie »), exporter ce que vous voulez avec la présentation qui plaît à votre directeur de thèse, synchroniser votre bibliographie entre votre compte Zotero, votre ordinateur portable, l’ordinateur de la BU, celui de votre grand-mère. Deux bémols :
    – Zotero ne fait pas le café
    – il faut passer quelques journées pour apprendre à l’utiliser et pour saisir tout votre travail. mais si vous avez l’intention d’utiliser vos sources de thèse pour produire des articles et d’autres travaux, ça vaut le coût !

    1. Je vous remercie de l’intérêt que vous avez porté à mon billet. Je reviendrais certainement à Zotero après ma soutenance, je suis trop avancée dans la rédaction pour changer de méthode maintenant, mais je suis quelqu’un qui ne renonce jamais, il me faut juste parfois un peu de distance avant de reprendre un dossier épineux. Et ma foi, pour le café, je m’en remettrais, puisque je n’en bois pas, en revanche je suis grande amatrice de chocolat 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.