La fin d’un corpus, mais pas la fin de l’enquête

J’ai travaillé ces derniers temps sur les bordereaux de la prévôté. Cette source que j’avais sous le coude depuis mon master m’a donné bien du fil à retordre. Le truc, c’est que, outre l’écriture désastreuse, il m’a fallu composer avec ma tendance à l’exhaustivité, un trait de caractère utile et qui me permet souvent d’avoir une vue d’ensemble d’une situation et en l’occurrence d’un corpus. Le revers de la médaille, c’est que ce besoin d’exhaustivité lié à ma curiosité sans fin m’amène souvent à aller fouiller des cartons d’archives voisins de ceux qui m’intéressent au premier chef. Bref, je m’égare, même si ça n’est jamais du temps vraiment perdu.

Et il y a quelques temps, animée par une furieuse envie de boucler cette thèse, j’ai décidé de changer mon fusil d’épaule. J’ai donc pris le parti de dépouiller ces bordereaux non pas paragraphe par paragraphe mais par thème, en allant chercher uniquement les informations dont j’ai besoin, quitte à devoir y revenir pour d’autres thèmes. C’est ainsi que j’ai dépouillé un millier de pages ces derniers jours, à la recherche de banni·es, l’entreprise étant facilitée par la mise en page : à chaque fois, la mesure de bannissement est signalée par quelques mots centrés dans la page, mentionnant la date et la durée de bannissement.

Source : AMV, J2-238

La collecte est finalement assez maigre, à peine une centaine d’entrées, mais que je vais pouvoir ajouter à celles trouvées dans l’unique registre des bourgeois conservé pour le XVe siècle, et en l’occurrence toutes ces pages portent sur la seconde moitié du XVe siècle. Le corpus à traiter est donc plus restreint que celui que j’avais traité pour le XIVe siècle, mais la bonne nouvelle, c’est que j’ai épuisé les sources connues sur le sujet, ce qui répond donc – en partie – à mon besoin d’exhaustivité. Car si les sources comportent des manques chronologiques, j’ai la satisfaction d’être arrivée au bout d’un thème pour la période qui m’intéresse. Je vais donc pouvoir me livrer au même traitement statistique que pour le XIVe siècle.

Pour autant, je n’y vois pas la fin de l’enquête. Car le bannissement est un thème qui a fait l’objet de peu d’études finalement, en tout cas pour la période médiévale, et je me garde les listes de bannis du XVIe siècle dans un coin, pour l’après-thèse, trop curieuse de voir si les pratiques changent à l’époque moderne. #asuivre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.