Quand les sources s’éclaircissent

Oyez oyez, ce jour est un jour de bonheur et de réussite ! Depuis mon master, je bataille sur une source particulièrement difficile. Chaque médiéviste a quelque part dans ses dossiers un manuscrit, un registre, un parchemin qui lui donne du fil à retordre en matière de paléographie, souvent abîmé par le temps et fréquemment qualifié de torchon, de serpillère, ou de tout autre qualificatif marquant la complexité dudit écrit. Et évidemment, parce que sinon c’est pas drôle, il s’agit toujours d’un texte qui suscite notre curiosité, rare dans sa catégorie, parfois même unique, ce qui attise encore plus notre besoin de venir à bout de ce défi.  De temps en temps on ouvre l’une des photos, on regarde, on scrute, on ajoute quelques mots à notre transcription, et on finit par refermer, parfois d’un geste rageur quand finalement on n’avance plus. Et on y revient plus tard.

Mon défi personnel, ce sont les bordereaux de la prévôté, des petits calepins remplis au jour le jour, dans lesquels on consigne des informations très variées : nouveaux bourgeois, demandes d’asiles, bannis, émancipations, arrentements, prix du pain, amendes, évènements climatiques et faits divers. Ils ont pris l’eau, les bords sont parfois rongés, et l’écriture est celle de plusieurs personnes, toutes n’étant pas forcément très lisibles, jugez vous-mêmes :

Source : AMV J2-236

Il y a quelques jours, à la faveur d’un arrêt de travail, je me suis replongée dans ces cahiers, à la recherche des noms des bannis #thematiqueinédite. Et au détour d’une page, un paragraphe m’est apparu clairement, sans presque d’hésitation sur chaque mot, chaque lettre! L’affaire nous est racontée par Marie Casteloise, il est question d’une jeune fille agressée dans une rue et qui visiblement a décidé de rendre l’affaire publique et de faire changer la honte de camp…

Evidemment, certains paragraphes me semblent encore obscurs, et cette écriture à la va-vite se fait avec des mots que je dois encore parfois chercher dans le Godefroy pour comprendre tous les détails relatés, mais c’est une petite/grande joie que de réaliser que j’ai progressé, et les bonnes nouvelles, c’est comme les gâteaux, ça se partage…

Belle journée à tous/toutes!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.