Papiers s’il vous plaît!

Tollé sur la planète internet depuis quelques jours, le gouvernement se lancerait dans le fichage à grande échelle! Stupeur, effroi, protestations partout sur les réseaux sociaux! La chose fait parler, c’est le moins qu’on puisse dire, sous le hashtag #FichierMonstre. Et pourtant, ça n’est pas la première fois que de telles bases de données sont constituées. Qui n’a pas une carte quelconque dans sa poche, de paiement, de fidélité, de transport, de bibliothèque…? « Ah oui, mais là c’est l’Etat qui se fait sa petite bdd », me dira-t-on. Certes. Concrètement, qu’est-ce qui inquiète les gens? L’Etat dispose déjà d’une base de données géante, celle qui sert aux impôts. Donc rien de neuf dans la démarche. Là ce qui gêne, c’est sans doute – au moins en partie – l’usage qui sera fait de tout ça, et l’identification des personnes sur des critères plus personnels que le montant de nos fiches de paye. Et forcément, ça renvoie à des heures sombres de notre histoire. Mais pas seulement, car il faut l’envisager dans le temps long et replacer cette initiative dans le long processus de construction de ce concept qu’est l’individu.

Tenter d’identifier les gens est une pratique ancienne, dont on trouve des traces au Moyen Age. A cette époque, pas de passeport, pas de carte d’identité, pas d’empreintes digitales. Et pourtant, les archives de Valenciennes conservent des manuscrits composés de listes, à l’exemple des nouveaux bourgeois ou des demandeurs d’asile #actualitétoujours, dont on décline l’identité. Mais alors, comment on fait? On recourt essentiellement à deux éléments : les témoins et la bonne foi du déclarant.

Les témoins, dans le cas des entrées en bourgeoisie, sont bien souvent des voisins ou des gens de la même profession que le nouveau bourgeois. Ca suppose une certaine sociabilité, un degré minimum d’intégration à la communauté,  avoir appris à se connaître. En somme, l’autorité municipale place sa confiance dans ses membres, en partant du postulat que chacun contribue naturellement au bon fonctionnement du groupe.

Quant à la bonne foi du demandeur, il ne faut pas se leurrer. Ca concerne les franchises (=demande d’asile), dont les listes précisent que, dans une majorité de cas, la demande est consécutive à un crime lourd (assassinat ou blessure grave). On note alors en plus l’origine géographique du demandeur voire sa profession… avec de ce fait la possibilité de contrôler sa déclaration en envoyant un messager à l’échevinage concerné pour en savoir plus.

Le courrier est d’ailleurs un troisième moyen de vérification d’identité, mais dont il est difficile de quantifier l’utilisation, faute de sources conservées. Les traces de ces missives se trouvent dans le domaine du bannissement essentiellement pour Valenciennes, par exemple lorsque la ville écrit à Saint-Quentin pour lui signifier la liste des derniers bannis qui pourraient potentiellement arriver chez eux :http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1847_num_8_1_452086

En clair, on mène des investigations au sujet de gens dont on ne veut plus, ou qu’on considère dangereux pour la communauté. Pour autant, peut-on le faire pour l’ensemble des personnes qui migrent? Absolument pas, dans la mesure où il faut payer tout cela. On envoie donc des courriers de façon ponctuelle, avec des listes assez longues pour les bannis, mais dont les sentences peuvent dater parfois de plusieurs mois. On imagine donc assez facilement qu’un banni mentira sur son identité lorsqu’il tentera de s’installer dans une nouvelle communauté, en sachant pertinemment que les chances d’être confondu sont minces…

En parallèle, on développe les sauf-conduits, qui permettent au porteur de voyager en – relative – sécurité. Mais la vocation première de ces documents n’est pas tant d’établir l’identité de la personne que d’assurer le respect de ses droits.

Et les peines infâmantes? Ce cliché très classique d’oreille coupée ou de main sectionnée est finalement très peu utilisé. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, trois bannis valenciennois sur plus de 1500 condamnés en font l’objet, voilà qui relativise l’image du contemporain de Jacquouille avec son nez crochu et sa physionomie peu engageante…

Globalement, quels éléments cible-t-on? Plus on avance dans le Moyen Age, et plus on multiplie les éléments d’identification et on les systématise dans les procédures d’enregistrement : au simple binôme prénom-nom on ajoute un surnom, une filiation (on est toujours le fils ou le frère de quelqu’un), la profession, son origine géographique. Paradoxalement, pour individualiser une personne, le Moyen Age choisit de la cerner via son appartenance à une ou plusieurs communautés…

Ce qui est à retenir de tout ce travail de reconnaissance et d’individualisation de l’autre au Moyen Age, c’est que ça passe d’abord et avant tout par la communication, par le dialogue.

Pour continuer :

Jean-Pierre Gutton, Établir l’identité : l’identification des Français du Moyen-Âge à nos jours , Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010.

Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010.

Patrice Beck, Monique Bourin, Pascal Chareille, « Nommer au Moyen Age : du surnom au patronyme », dans BRUNET Guy, DARLU Pierre, ZEI Gianni (dir.), Le patronyme. Histoire, anthropologie, société, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 13-38.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.