#Doctoriales2017 The last one

Dernier billet de mes aventures aux Doctoriales organisées par le Collège Doctoral.

Jeudi soir, nous avons assisté au Nouveau Siècle à Lille à une soirée célébrant les 20 ans de la manifestation en Hauts-de-France. Plusieurs personnalités se sont succédées pour rappeler l’importance de la recherche en Hauts-de-France. Parmi eux, Mohamed Ourak, président de la COMUE et ancien président de l’UVHC #cocorico, et Nathalie Lebas, conseillère régionale Hauts-de-France et présidente de la commission enseignement-recherche. Cette dernière a réaffirmé le soutien de la région à la recherche à travers les montants alloués au financement des thèses. J’aurai d’ailleurs aimé entendre quelques mots au sujet des financements post-doctorat et de la place des docteurs dans les rouages de la région, mais c’est un autre débat.

Plusieurs personnes ont ensuite retracé les étapes de déroulement de la manifestation, qui s’élargit à mesure que les années passent, pointant tour à tour l’ouverture à l’ensemble des universités régionales, dépassant la frontière belge, jusqu’à inclure pour cette édition 2017 nos voisins picards. Les Doctoriales sont donc depuis longtemps un évènement placé sous le signe de l’échange et de l’ouverture à l’autre, pour mon plus grand plaisir.

Le prix de l’Innovation a ensuite été remis par Frédéric Motte, président Hauts-de-France du MEDEF, au groupe qui a remporté la compétition qui nous a – sur le principe – opposés au cours des trois jours consacrés à la création d’un projet d’innovation. Sur le principe car, si un seul groupe a été primé, nous avons tous gagné en participant à une aventure collective. Car ces travaux de groupe ont mis à jour nos forces et nos faiblesses individuelles, et c’est bien la synergie de groupe qui a permis de s’affranchir des difficultés.

Enfin, moment pour le moins intéressant, plusieurs docteurs sont venus nous parler de leurs parcours. Je dis « leurs » car c’est bien le mot diversité qui les caractérise, et certains ont d’ailleurs emprunté plusieurs chemins avant d’arriver à la place qu’ils occupent. Un cocktail a suivi, qui nous a permis de discuter de manière plus directe avec eux, offrant ainsi la voie à des échanges réellement productifs. En l’occurrence, j’ai rencontré une docteure SHS insérée dans une entreprise régionale grâce à ses compétences développées au cours de son doctorat. Certes, elle ne fait plus de recherche au sens strict, mais elle m’a parlé en toute franchise de son quotidien et des missions qui lui sont confiées, et il ressort de son discours un dynamisme et une émulation équivalente à celle que nous connaissons en thèse.

La dernière journée de la semaine a été consacrée à une synthèse des éléments vus les jours précédents. Répartis en groupes, nous avons donc travaillé autour de thèmes transversaux, suivis de courtes restitutions orales. Je ne vous cacherai pas que ça a été une épreuve, non pas que l’exercice soit difficile, mais les efforts fournis durant la semaine nous ont littéralement achevés.

L’après-midi a été consacré à un temps d’échange avec des docteurs, venus nous parler d’eux en petits groupes et qui ont répondu très franchement à toutes nos questions : salaire, responsabilités, réseaux… Bref ils nous ont donné des billes importantes pour la suite, à charge pour nous d’en faire usage. En tant que SHS, j’ai particulièrement apprécié d’entendre parler des missions qui peuvent nous être confiées, et aussi de voir démystifier le monde de l’entreprise dont on ne nous parle que peu durant nos années d’étudiants.

Finalement, je retiens quoi de cette semaine?

Ces quelques jours ont été très intenses et très riches. J’ai appris en terme de connaissances, et j’ai appris au sujet des autres (en particulier du groupe des Libanais, véritables VRP de leur pays! 😉 Je concède avoir pleuré comme une madeleine en les voyant partir #chamallow). Mais j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même. Car les exercices qui nous sont proposés éprouvent ce que nous sommes, et pas seulement ce que nous savons, et c’est en cela que les Doctoriales pointent réellement les compétences des docteurs. Car il ressort de tout ça que je sais faire des choses, et qui dépassent très largement le cadre de l’histoire médiévale. Et ça, en terme de confiance en soi, c’est un levier fondamental. Et pour toutes ces raisons, je pense que ce genre de formation devrait être développé, peut-être davantage que les formations à la journée qu’on connaît plus fréquemment. Certes ça a un coût, mais je pense que le gain est vraiment supérieur à des journées isolées.

Je conclue cette succession de billets en empruntant les mots de Mohamed Ourak, qui, dans son allocution jeudi soir, invitait « les SHS à être plus aventureux ». Je souscris entièrement à son propos. Si au début de la semaine je me suis demandée ce que je faisais dans cette formation, ce sentiment est très vite passé. Les autres participants se sont tous montrés curieux et enthousiastes face à mes recherches, mais je reste aussi convaincue que c’est aussi à nous d’aller vers eux, et de ne pas avoir peur d’aller occuper une place qu’on nous accorde bien volontiers.


Une réflexion au sujet de « #Doctoriales2017 The last one »

  1. Je rebondis rapidement sur la fin de ton billet « Les autres participants se sont tous montrés curieux et enthousiastes face à mes recherches, mais je reste aussi convaincue que c’est aussi à nous d’aller vers eux, et de ne pas avoir peur d’aller occuper une place qu’on nous accorde bien volontiers. » C’est très bien formulé et absolument vrai. C’est aussi le sentiment que j’ai eu après avoir participé à une Journée à la MESH en janvier 2017, où l’atelier était consacré au montages de projets européens et aux modes de financements de ce type de projets. Nous avons beaucoup à apprendre et à partager avec d’autres disciplines !
    Affaire à suivre donc,
    BFK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *