J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 2

#Doctoriales 2017, le retour.  Dans ce billet je vous parle des trois derniers jours qui ont été consacrés au projet d’innovation demandé par les organisateurs.

Kézaco?

L’idée c’est de nous donner moins de 72 heures pour écrire un Business Plan, c’est-à-dire le projet de création d’une entreprise qui va proposer un service ou un produit innovant dans le thème de la mobilité, retenu pour cette édition 2017. Pour trouver notre idée, on a été aidés d’une chef d’entreprise super sympa de la société Audace. Elle a d’abord commencé à démonter un par un toutes nos objections et nos préjugés face à la création d’entreprise, et il faut être clair, elle est super convaincante!!

Ensuite, au boulot. Sa technique c’est « qu’est-ce qui vous énerve au sujet de la mobilité? ». Bref tu listes tout ce qui te pourrit la vie quand tu es dans les transports. Et message à nos dirigeants qui bossent – ou pas – sur ces dossiers : il y a du taf!! Ensuite, on retient une problématique et on cherche une idée pour résoudre le problème. C’est aussi simple que ça ma brave dame! Et ça marche!! Les huit groupes ont réussi à monter des projets différents sur des thèmes franchement éloignés les uns des autres.

Suite à ça, on a eu une conférence sur le plan d’affaires, et beaucoup de doctorants ont souffert. Là encore, il faut être honnête, c’était super intéressant et la conférencière soucieuse de passer un max d’infos utiles, mais dans nos têtes, c’était surtout un surfeur face à un raz-de-marée. Littéralement noyés. Heureusement, elle avait prévu le coup et nous avait prévu chacun un exemplaire de son diapo bourré de trucs et astuces. Et ensuite, tout le monde a regagné sa salle de travail de groupe pour attaquer le gros oeuvre. Des coachs sont passés à intervalles réguliers pour nous aider, pointer les problèmes, valoriser ce qui était bon. La nôtre était top (précision pour le staff du Collège Doctoral : la dame blonde aux cheveux longs, j’ai oublié son nom #sorry) : on a eu un peu peur au départ car elle très directe dans sa façon de dire les choses mais finalement elle est un super soutien. #merci

Là-dedans, on fait quoi et qui fait quoi?

Il va de soi que je ne vais pas tout vous dire ici, c’est trop long et surtout ça vous donnerait l’idée que pas besoin de s’inscrire puisque j’aurai donné les infos, donc inscrivez-vous l’année prochaine!

En gros, il faut réaliser une étude de marché, travailler sur la partie stratégie marketing et réaliser le plan financier. Je sais ça vous parle vachement. Et bien il y a deux jours j’étais dans le même état que vous. Et j’insiste, grâce aux formateurs, ça va mieux!!

Dans mon groupe, les choses se sont enchaînées d’elles-mêmes : ma passion pour les statistiques aidant, je me suis chargée de la partie étude de marché, et les autres ont géré les questions d’audit, de création de logo, de site web… Donc un travail participatif où chacun apporte sa pierre, mais aussi un travail en commun quand il a fallu choisir un nom, la couleur du logo… Et c’était top, un vrai espace de discussion et d’échanges, de démocratie (message pour notre prochains députés : prenez-en de la graine!!).

Enfin, nous devions rédiger un rapport de quatre pages à présenter aujourd’hui avec un diaporama. C’était parfois chaud, par exemple quand il a fallu faire rentrer la stratégie marketing en dix lignes là où j’aurai pu en écrire dix pages (un peu comme ce billet d’ailleurs, qui commence à être long).

Tout ça, en étant dorlotés par l’équipe de l’hôtel qui a vraiment été top!! Je vous invite à aller voir les photos dans le hashtag #Doctoriales2017 sur Twitter.

Et donc présentation devant le jury qui choisit le meilleur projet et un prix est remis lors de la soirée.

J’en retire quoi?

Pas de suspens on a perdu. En tout cas le prix. Car pour le reste, on est franchement gagnants. On a gagné en estime de nous-même, car cet exercice nous a permis de prendre pleinement conscience des fameuses compétences transférables dont tout le monde nous parle, puisque nous avons du y recourir. Gagnants aussi car ça nous a permis d’apprendre plein de choses sur des domaines inconnus, genre maintenant je sais que l’Etat a 8 mois maximum pour délivrer un label ou le refuser. Pas utile tous les jours, mais dans le monde socio-économique ça peut servir. Et gagnants aussi car ce travail de groupe c’était pas juste du travail. C’est aussi une super aventure humaine, des rencontres magnifiques. En l’occurrence, j’ai fait la connaissance de deux Libanais géniaux, Nourra et Marc, tous les deux bourrés de plein de qualités et qui m’ont littéralement fascinée par tout ce qu’ils ont bien voulu partager avec moi de leur pays et leur culture. A tous les deux merci!!!

PS : Il est près d’une heure du matin au moment de la publication de ce billet, promis je passe tout à l’heure corriger les coquilles!


Une réflexion au sujet de « J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 2 »

  1. Bravo Stéphanie pour ce compte rendu d’expérience. Très intéressant de voir comment s’organisent les Doctoriales ailleurs, et celles-ci en particulier. Cela donne plein d’idées !
    A bientôt et merci d’avoir partagé, BFK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *