J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 1

Depuis dimanche, 64 doctorants de la région Hauts-de-France sont accueillis à l’hôtel Mercure de Marcq-en-Baroeul pour une semaine de formation et de travail autour de l’insertion professionnelle des docteurs. Nous sommes issus de toutes les disciplines de la recherche, biologie, génie civil, informatique, jusqu’aux SHS, même si nous sommes minoritaires. Je suis la seule historienne, mes voisins de discipline sont en anglais, en didactique, en philosophie…

Le séminaire est en présentiel, donc on dort sur place et on prend nos repas tous ensemble. Et rien que pour l’aspect aventure humaine, ça vaut le coup. C’est peut-être ma formation d’historienne, soit ma curiosité naturelle, mais je suis toujours friande de ce genre de rencontres, ça me permet d’apprendre plein de choses sur d’autres sociétés, les comportements, les langues, les paysages… Et je suis servie! Plein de pays sont représentés : le Liban (très largement, des gens super sympas!), le Maroc, la Colombie, la Chine… et je n’ai pas encore pu discuter avec tout le monde, donc certainement des surprises à venir…

Le contenu

En matière de fonctionnement, les trois premiers jours ont vu se succéder, outre un accueil par le Collège Doctoral, plusieurs types d’activités : des séances plénières pour des conférences, et des ateliers de groupe.

Les conférences ont pour but de nous plonger dans un univers jusque-là souvent peu abordé : le monde de l’entreprise, autour du thème de la mobilité, sujet retenu pour cette édition 2017. Donc forcément, ce sont des professionnels qui viennent nous parler. Nous avons eu des infos sur la création d’entreprise, l’émergence de startup en débouché de recherche, l’innovation en matière de mobilité et l’organisation des entreprises aujourd’hui de façon plus générale.

Lundi, par groupe, nous avons visité des entreprises. Dans mon cas c’était Bombardier, qui fabrique des trains et des avions, les autres sont allés à Alstom, Keolis, la Serre Numérique, Gen’Etiq… Nous avons rencontré plusieurs personnes, docteures ou non, qui ont présenté rapidement leur parcours, leur poste dans l’entreprise et les docteurs sont revenus sur ce que leur doctorat leur a apporté au moment des recrutements. Puis, une visite de la chaîne de production a suivi.

Enfin, nous travaillons par groupes sur un projet de création d’entreprise sur le thème de la mobilité. Le dossier est à rendre demain donc nous avons moins de 48 heures pour tout faire : étude de marché, site web, logo, titre, stratégie, RH…

Et les SHS dans tout ça?

Finalement je m’y retrouve. Je suis dans un groupe qui tourne bien, chacun a trouvé un créneau sur lequel s’inscrire. Je me suis chargée de l’étude de marché, qui impliquait de la recherche d’informations, de l’analyse de statistiques, bref des choses que j’ai l’habitude de faire pour mes recherches. Donc beaucoup de positif jusque-là!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *