Faire rentrer la recherche en histoire dans des cases… ou pas !

Il y a quelques années, quand j’ai débuté ma thèse, si vous m’aviez demandé si je faisais de l’histoire du genre, j’aurais sans doute répondu non, et j’aurais sans aucun doute trouvé la question quelque peu incongrue. Pour moi, faire de l’histoire du genre, c’était mener des travaux sur les femmes, sur les veuves, sur les religieuses, sur les travailleuses… Bref des travaux centrés sur les femmes et dont l’intitulé des thèses, des HDR ou des articles excluait les hommes ou du moins ne portait pas la focale sur eux. Ce qui n’était pas mon cas. J’aurais sans doute parlé d’histoire urbaine, peut-être d’histoire rurale à la marge, d’histoire sociale très certainement. Ceci dit, s’inscrire dans des cases me gêne : je travaille sur les relations ville-campagnes, donc je fais de l’histoire urbaine. Mais quand je me penche sur les propriétés foncières des bourgeois dans les campagnes et les aménagements économiques et paysagers qui en découlent, je fais de l’histoire rurale. Donc finalement je ne fais pas juste l’une ou l’autre, même si on m’a déjà demandé si je me positionnais plus dans l’une ou l’autre. Tout bien réfléchi, cette sectorisation histoire urbaine/histoire rurale me paraît aussi pertinente que le découpage en périodes historiques #ironieinside. Donc pas franchement de l’histoire du genre ou des femmes. Et puis on grandit. On lit, on dépouille, on réfléchit, on écrit un peu, on parle, on échange, on s’affirme. Et forcément, on modifie peu à peu notre façon de voir notre objet d’études.


« Est-ce que tu t’intéresses aux questions de genre ? »

Il y a quelques mois, à la fin d’une séance de séminaire au cours de laquelle j’avais présenté mes travaux à de jeunes Padawans, la Professeure qui organisait la séance m’a demandé « Est-ce que tu t’intéresses aux questions de genre ? ». J’ai réfléchi un quart de seconde et j’ai réalisé que oui. Mine de rien, devenir mère et fréquenter des chercheurs et chercheuses clairement identifié·es comme spécialistes du genre ou des militant·es via les réseaux sociaux m’a conduite à davantage affiner ma perception des droits des femmes et de la situation dans laquelle nous nous trouvons socialement parlant en 2019. Celles et ceux qui ont les mêmes lectures que moi peu ou prou savent que c’est pas brillant. Et je mesure aujourd’hui, ou du moins je commence à le mesurer, combien mes centres d’intérêts contemporains rejaillissent sur mes travaux de recherche.

« Où sont les femmes ? »

J’ai toujours prêté une attention particulière aux femmes dans les études statistiques que je mène (#spoileralert oui, même pour le Moyen Âge on peut faire de l’histoire quantitative, et oui sur parfois des corpus de plusieurs milliers d’entrées, c’est fou hein ? #lesclichés #toussa). Bon c’est sûr, c’est pas toujours concluant, et il arrive que les femmes soient encore moins fréquentes dans le paysage que les plantes vertes qui décorent le rebord de la fenêtre, et j’exagère à peine, sauf peut-être pour le rebord de la fenêtre #lesvraisachent. Mais il est vrai que, outre la question purement comptable, je cherche de plus en plus les femmes dans cette ville qui grouille d’hommes et dont l’histoire est écrite par les hommes. Car pour ce dernier point, rappelons tout de même que je ne suis que la 2e historienne médiéviste à écrire sur l’histoire de Valenciennes au Moyen Âge après Hélène Servant, dont la thèse a été soutenue en 1989, après une longue série d’hommes : Maurice Bauchond, Henri Caffiaux, Gilbert Degremont, Henri Platelle, Henri Lancelin, Auguste Dubois, l’abbé Cappliez, Jean-Marie Cauchies, Georges Espinas, Gérard Sivéry… On me dira sans doute que j’exagère et que je zappe les articles d’Elodie Lecuppre, d’Annie Saunier, de Catherine Pavot ou de Jeannine Cosse. Non évidemment, et leurs travaux sont importants. Mais nous sommes finalement peu nombreuses à nous être aventurées dans les archives au point d’en maîtriser les recoins de façon aussi précise.

Quoi qu’il en soit, cette ville grouille d’hommes, c’est incontestable, il suffit de lire les listes de nouveaux bourgeois, d’échevins, de demandeurs d’asile, ou de tous ces auxiliaires du Magistrat pour en avoir un aperçu. Mais désormais je traque les mentions de « veuve de untel » ou de « espeuse de untel » et je tente de les visualiser de plus en plus dans l’image mentale de la ville que je me crée depuis maintenant plus de dix ans si je compte mes débuts en master. Car finalement, tout autant à l’époque qu’aujourd’hui, les femmes représentent la moitié de la population de l’écoumène. Donc oui, même si le genre n’est pas mon objet d’intérêt premier, qui, lui, reste l’urbanité, je me range désormais dans le groupe des historiennes du genre, même discrète. Parce qu’écrire l’histoire de ces femmes, c’est aussi écrire la nôtre.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.