Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre

Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle

Le bannissement est une prérogative municipale à Valenciennes à la fin du Moyen Age. Cette pratique cristallise les enjeux de pouvoir qui mettent en scène la communauté urbaine face à son prince, le comte de Hainaut. Par ailleurs, l’examen de son recours et sa mise en pratique traduisent les intérêts de la ville dans un contexte économique très dynamique malgré la menace de la Guerre de Cent Ans.

Cet article est la publication d’une communication donnée en mai 2014 lors du séminaire Questes et dont le thème était « Faire communauté ».

Texte dispo sur HAL et sur le site de la revue.

Construire un réseau pour contrôler l’espace

En 1427, Jean Rasoir, bourgeois de la ville de Valenciennes, accède à la charge de receveur général du Hainaut. Concomitamment à cette promotion sociale, il épouse en secondes noces Jaque De Roizin, ce qui lui permet d’entrer dans la noblesse hennuyère. La nomination de ce personnage à une charge comtale arrive au terme d’un réseau de relations tissé sur plusieurs générations. L’homme se place au cœur d’un enchevêtrement de liens, soigneusement travaillés et diversifiés. Continuer la lecture de Construire un réseau pour contrôler l’espace

Le prix de l’administration

Les fonctionnaires coûtent trop cher et sont trop nombreux. L’idée revient à chaque élection, un peu comme un herpès dont on aurait du mal à se défaire. Et l’affaire n’est pas nouvelle, Actuel Moyen Age l’a montré ici récemment.

Dans la Valenciennes médiévale on trouve aussi des fonctionnaires. Aucune source n’évoque leur popularité dans la ville, mais ils sont bien là. Qu’on les désigne sous ce terme ou pas, la ville rémunère les offices de personnes pour leurs compétences ou les services rendus à la communauté urbaine. On les trouve essentiellement dans les comptabilités, dans une rubrique intitulée « pensions et siervices » dont le massard (le comptable, le gestionnaire de la ville) rend compte deux fois par an.

pensions

AMV CC 726, f° 20 r°

Continuer la lecture de Le prix de l’administration

L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Malgré les conflits qui animent la société valenciennoise, la communauté urbaine ne pardonne jamais les atteintes à son intégrité et se montre volontiers revancharde. C’est dans ce contexte que la bonne ville du Hainaut pratique l’abattis de maison.

Ce procédé, très répandu dans le Hainaut et dans le Nord de façon plus générale (Laon et Amiens par exemple), est ancien, et vise à punir sauvagement une personne en s’en prenant à ses biens, en détruisant sans ménagement sa maison.

Continuer la lecture de L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

L’une des questions qui revient le plus après le « et cette thèse, ça avance? », c’est « pourquoi ce sujet? ». Mon thème de recherches est le résultat d’un cheminement commencé il y a presque vingt ans.

L’Histoire, ma première histoire d’amour

D’abord il y a eu la fascination lors de la découverte de l’Histoire et des possibilités d’évasion qu’elle offre face à un monde violent (rappelons que je suis née au milieu des années 1980, et que dans mes souvenirs d’enfance il y a notamment les collectes alimentaires à l’école contre la famine en Afrique. Par ailleurs, j’ai grandi près de la frontière belge, et lors de mes années collège, le contexte, c’est l’affaire Dutroux, qui a terrorisé bien des enfants dans ce coin de l’hexagone). Donc le rêve de l’ailleurs, un univers avec ses conflits certes, mais qui offre une place pour l’imaginaire, et pour le Moyen Age, les constructions majestueuses et des sonorités différentes. Je me rappelle d’ailleurs une double page de mon manuel de 5e qui portait sur les villes, j’étais subjuguée par les représentations des rues, foisonnantes, fourmillant d’activités variées.

Continuer la lecture de Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Il y a un an, j’étais à Paris pour écouter un séminaire de médiévistes sur les cultures de l’Autre. Après chaque séance, les Questeurs ont l’habitude de partager un repas dans un des restos proches de la maison de la Recherche, rue Serpente. Ce soir là, c’était la pizzeria à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, conversations habituelles, l’après-thèse, les cours, les publications… On avait bien vu passer par la fenêtre plusieurs fourgonnettes de pompiers et de police, mais sans trop y prêter attention, le coin est passant. C’est en sortant, vers 22h30, quand chacun a regardé son téléphone qu’on a su. Je suis rarement rentrée aussi vite à l’hôtel. Comme beaucoup de gens, j’ai peu dormi cette nuit-là, scotchée à mon écran, suivant les infos, pleurant en prenant conscience de l’ampleur du carnage, des questions plein la tête et en même temps incapable de les formuler. Je me souviens surtout d’un sentiment d’impuissance.

Continuer la lecture de Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Papiers s’il vous plaît!

Tollé sur la planète internet depuis quelques jours, le gouvernement se lancerait dans le fichage à grande échelle! Stupeur, effroi, protestations partout sur les réseaux sociaux! La chose fait parler, c’est le moins qu’on puisse dire, sous le hashtag #FichierMonstre. Et pourtant, ça n’est pas la première fois que de telles bases de données sont constituées. Qui n’a pas une carte quelconque dans sa poche, de paiement, de fidélité, de transport, de bibliothèque…? « Ah oui, mais là c’est l’Etat qui se fait sa petite bdd », me dira-t-on. Certes. Concrètement, qu’est-ce qui inquiète les gens? L’Etat dispose déjà d’une base de données géante, celle qui sert aux impôts. Donc rien de neuf dans la démarche. Là ce qui gêne, c’est sans doute – au moins en partie – l’usage qui sera fait de tout ça, et l’identification des personnes sur des critères plus personnels que le montant de nos fiches de paye. Et forcément, ça renvoie à des heures sombres de notre histoire. Mais pas seulement, car il faut l’envisager dans le temps long et replacer cette initiative dans le long processus de construction de ce concept qu’est l’individu.

Continuer la lecture de Papiers s’il vous plaît!

Colloque international : Villes divisées – 06-07/10 Valenciennes

Les 6 et 7 octobre prochains se tiendra le colloque Villes divisées à l’Université de Valenciennes.  J’aborderai la fragmentation de l’espace à Valenciennes à la fin du Moyen Age, les moyens de ces divisions dans l’espace et leurs éventuelles conséquences sur l’organisation socio-spatiale de la ville.

Retrouvez l’ensemble des informations ici : http://www.univ-valenciennes.fr/CALHISTE/les-villes-divisees-representations-memoires-realites

 

Médié V@l

Médié V@l vise à rendre compte de mes recherches sur le Valenciennois médiéval. Mes recherches tendent à définir l’aire d’influence de Valenciennes et son attractivité, ainsi que la façon dont elle organise et administre l’espace environnant. Je travaille donc au croisement de plusieurs disciplines : histoire, géographie, histoire du droit, archéologie…

Communautés et territoires dans le Valenciennois médiéval