Archives de catégorie : En scène!

Vous trouverez ici les annonces relatives aux évènements auxquels je participe, ainsi que les liens vers mes publications.

« Autour d’un verre. Le vin, une économie de la sociabilité à Valenciennes au XIVe siècle »

Conférence pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes

Dimanche 5 novembre 2017

A la fin du Moyen Age, Valenciennes est la capitale économique du comté de Hainaut. Elle est une cité dynamique caractérisée par des flux migratoires et commerciaux importants. Dans ce contexte, elle reçoit très régulièrement des messagers et ambassadeurs prestigieux qui participent à son intégration dans le réseau urbain régional. Ce jeu diplomatique s’accompagne fréquemment de cadeaux offerts aux hôtes de la ville. Dans la cité hennuyère, il s’agit de présents de vins, que les registres de comptabilités de la massarderie permettent d’étudier.  En effet, cette série d’archives conservée essentiellement pour la seconde moitié du XIVe siècle comprend non seulement des listes détaillées des destinataires de ces gratifications honorifiques, mais aussi des fournisseurs, des montants engagés par la ville et des circonstances dans lesquelles les quantités de vins sont octroyées. Nous proposerons une analyse détaillée de ces dons somptuaires, en nous attachant tant aux bénéficiaires de ces largesses qu’à l’origine des vins. Par ailleurs, nous nous dresserons le profil des personnes qui fournissent la ville, en montrant comment ces listes permettent de situer les familles dans le tissu social urbain.

Source : BMV, ms 536 Règlement de la confrérie Saint-Nicolas

Demandez le programme ! #JE Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

Disparités en terres du Nord de l’Antiquité à nos jours

27 octobre 2017, FLLASH Amphi 150

En 2015, l’Etat français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples préfigurant une recomposition des territoires : environnement, infrastructures, gouvernance, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Ces problèmes de division interrogent la région septentrionale au sens large du terme. En effet, la Belgique, composante historique des Pays-Bas méridionaux, est également traversée depuis plusieurs années par des divisions, tant linguistiques, qu’économiques et sociales.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste région géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des batailles et des échanges et a souvent changé de maître : de l’empire romain à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre l’empire des Habsbourg à l’époque moderne et vole en éclat à la fin du XVIIIe siècle, donnant naissance à la Belgique après la période révolutionnaire. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe au statut de zone occupée par les nazis pendant la Seconde Guerre. Ces variations d’allégeance politique ont induit des parcours économiques, migratoires et linguistiques contrastés.

Les politiques menées au cœur des dernières décennies visent à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche qui regroupe le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges1.

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, et éventuellement d’apporter des pistes pour y remédier. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. 

 

9h Accueil des participants

9h30 Introduction par Mme Corinne BECK

9h45 Introduction de la journée

10h Christophe Burgeon, « La « romanisation économique » de la Gaule Belgique : réalité ou fantasme ? »

10h30 Emmanuelle Santinelli, « Les relations entre les principautés de Flandre et de Hainaut aux XIe-XIIe siècles »

11h15 Pause

11h30 Stéphanie Pirez-Huart, « Disparités géographiques, disparités sociales : l’aire de recrutement des immigrants à Valenciennes à la fin du Moyen Âge »

12h15 Repas

13h30 Marie Delcourte Debarre, « Les traitements sylvicoles en Avesnois : un facteur de disparités paysagères (XVIe-XVIIe siècles) »

14h Philippe Guignet, « Inégalités socio-spatiales dans le Valenciennois et le Douaisis aux XIXe et XXe siècles. L’enseignement de quelques indicateurs démographiques et fiscaux »

14h30 Marc Copin, « La frontière franco-belge au cœur des conflits du XIXe siècle »

15h Pause

15h30 Edith Marcq, « La Côte d’Opale et ses peintres durant l’entre-deux-guerres : du particularisme de son appellation à la diversité de ses représentations picturales »

16h00 Pause

16h30 Conclusion de la journée

#Doctoriales2017 The last one

Dernier billet de mes aventures aux Doctoriales organisées par le Collège Doctoral.

Jeudi soir, nous avons assisté au Nouveau Siècle à Lille à une soirée célébrant les 20 ans de la manifestation en Hauts-de-France. Plusieurs personnalités se sont succédées pour rappeler l’importance de la recherche en Hauts-de-France. Parmi eux, Mohamed Ourak, président de la COMUE et ancien président de l’UVHC #cocorico, et Nathalie Lebas, conseillère régionale Hauts-de-France et présidente de la commission enseignement-recherche. Cette dernière a réaffirmé le soutien de la région à la recherche à travers les montants alloués au financement des thèses. J’aurai d’ailleurs aimé entendre quelques mots au sujet des financements post-doctorat et de la place des docteurs dans les rouages de la région, mais c’est un autre débat. Continuer la lecture de #Doctoriales2017 The last one

J’ai testé les Doctoriales 2017 Partie 2

#Doctoriales 2017, le retour.  Dans ce billet je vous parle des trois derniers jours qui ont été consacrés au projet d’innovation demandé par les organisateurs.

Kézaco?

L’idée c’est de nous donner moins de 72 heures pour écrire un Business Plan, c’est-à-dire le projet de création d’une entreprise qui va proposer un service ou un produit innovant dans le thème de la mobilité, retenu pour cette édition 2017. Pour trouver notre idée, on a été aidés d’une chef d’entreprise super sympa de la société Audace. Elle a d’abord commencé à démonter un par un toutes nos objections et nos préjugés face à la création d’entreprise, et il faut être clair, elle est super convaincante!!

Ensuite, au boulot. Sa technique c’est « qu’est-ce qui vous énerve au sujet de la mobilité? ». Bref tu listes tout ce qui te pourrit la vie quand tu es dans les transports. Et message à nos dirigeants qui bossent – ou pas – sur ces dossiers : il y a du taf!! Ensuite, on retient une problématique et on cherche une idée pour résoudre le problème. C’est aussi simple que ça ma brave dame! Et ça marche!! Les huit groupes ont réussi à monter des projets différents sur des thèmes franchement éloignés les uns des autres.

Suite à ça, on a eu une conférence sur le plan d’affaires, et beaucoup de doctorants ont souffert. Là encore, il faut être honnête, c’était super intéressant et la conférencière soucieuse de passer un max d’infos utiles, mais dans nos têtes, c’était surtout un surfeur face à un raz-de-marée. Littéralement noyés. Heureusement, elle avait prévu le coup et nous avait prévu chacun un exemplaire de son diapo bourré de trucs et astuces. Et ensuite, tout le monde a regagné sa salle de travail de groupe pour attaquer le gros oeuvre. Des coachs sont passés à intervalles réguliers pour nous aider, pointer les problèmes, valoriser ce qui était bon. La nôtre était top (précision pour le staff du Collège Doctoral : la dame blonde aux cheveux longs, j’ai oublié son nom #sorry) : on a eu un peu peur au départ car elle très directe dans sa façon de dire les choses mais finalement elle est un super soutien. #merci

Là-dedans, on fait quoi et qui fait quoi?

Il va de soi que je ne vais pas tout vous dire ici, c’est trop long et surtout ça vous donnerait l’idée que pas besoin de s’inscrire puisque j’aurai donné les infos, donc inscrivez-vous l’année prochaine!

En gros, il faut réaliser une étude de marché, travailler sur la partie stratégie marketing et réaliser le plan financier. Je sais ça vous parle vachement. Et bien il y a deux jours j’étais dans le même état que vous. Et j’insiste, grâce aux formateurs, ça va mieux!!

Dans mon groupe, les choses se sont enchaînées d’elles-mêmes : ma passion pour les statistiques aidant, je me suis chargée de la partie étude de marché, et les autres ont géré les questions d’audit, de création de logo, de site web… Donc un travail participatif où chacun apporte sa pierre, mais aussi un travail en commun quand il a fallu choisir un nom, la couleur du logo… Et c’était top, un vrai espace de discussion et d’échanges, de démocratie (message pour notre prochains députés : prenez-en de la graine!!).

Enfin, nous devions rédiger un rapport de quatre pages à présenter aujourd’hui avec un diaporama. C’était parfois chaud, par exemple quand il a fallu faire rentrer la stratégie marketing en dix lignes là où j’aurai pu en écrire dix pages (un peu comme ce billet d’ailleurs, qui commence à être long).

Tout ça, en étant dorlotés par l’équipe de l’hôtel qui a vraiment été top!! Je vous invite à aller voir les photos dans le hashtag #Doctoriales2017 sur Twitter.

Et donc présentation devant le jury qui choisit le meilleur projet et un prix est remis lors de la soirée.

J’en retire quoi?

Pas de suspens on a perdu. En tout cas le prix. Car pour le reste, on est franchement gagnants. On a gagné en estime de nous-même, car cet exercice nous a permis de prendre pleinement conscience des fameuses compétences transférables dont tout le monde nous parle, puisque nous avons du y recourir. Gagnants aussi car ça nous a permis d’apprendre plein de choses sur des domaines inconnus, genre maintenant je sais que l’Etat a 8 mois maximum pour délivrer un label ou le refuser. Pas utile tous les jours, mais dans le monde socio-économique ça peut servir. Et gagnants aussi car ce travail de groupe c’était pas juste du travail. C’est aussi une super aventure humaine, des rencontres magnifiques. En l’occurrence, j’ai fait la connaissance de deux Libanais géniaux, Nourra et Marc, tous les deux bourrés de plein de qualités et qui m’ont littéralement fascinée par tout ce qu’ils ont bien voulu partager avec moi de leur pays et leur culture. A tous les deux merci!!!

PS : Il est près d’une heure du matin au moment de la publication de ce billet, promis je passe tout à l’heure corriger les coquilles!

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours. Actualités et perspectives de recherche

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours.

Actualités et perspectives de recherche

Journée d’étude interdisciplinaire organisée le 27 octobre 2017

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Laboratoire Calhiste

Appel à communications

            En 2015, le gouvernement français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples : environnement, infrastructures, gouvernance, recherche, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Plus globalement, ces questions de division/recomposition interrogent le territoire  septentrional français (l’actuelle région Hauts-de-France), auquel on peut joindre la Belgique. En effet, cette dernière, composante importante des Pays-Bas méridionaux à l’époque moderne, est également traversée depuis plusieurs années par des clivages, tant linguistiques, qu’économiques et sociaux.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste zone géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes qui se succèdent au fil des siècles, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des conflits armés et des échanges et a souvent changé de maître : de Gaule Belgique à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre ensuite l’empire des Habsbourg à l’époque moderne. La période qui suit la Révolution Française est marquée par la naissance de la Belgique, fixant ainsi une nouvelle limite administrative. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe dans la zone de commandement militaire allemand de Belgique pendant la Seconde Guerre. Toutefois, ces variations d’allégeance politique ne correspondent pas aux réalités humaines et ne sont pas révélatrices des dynamiques économiques et spatiales.

Les politiques menées au cours des dernières décennies visent d’ailleurs à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche regroupant le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, mais dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER (Fonds Européen de Développement Economique et Régional) a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges[1].

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, repérer et expliquer les zones de discontinuité et contribuer à la réflexion publique. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. Les doctorants et jeunes chercheurs sont vivement encouragés à participer.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans plusieurs axes dont la liste et le contenu ne sont pas exhaustifs :

  1. Le vocabulaire de la disparité : quels mots sont choisis pour évoquer ces disparités ? Par qui ? Dans quel contexte ? Quels sont les buts poursuivis ? Quels sont les sens que recouvre le terme « disparité » pour chaque discipline des sciences humaines et sociales ?
  2. Description et traduction spatiale de ces disparités : les champs d’étude possibles sont très variés : diversité linguistique, dynamisme économique, migrations humaines, gestion de l’environnement, réseaux de transport… Les phénomènes décrits touchent-ils toute la zone d’étude ? Observe-t-on des temporalités spécifiques de ces disparités ? Peut-on croiser ces données et établir des emboîtements des échelles de temps et d’espace ? Peut-on établir une chronologie différenciée d’apparition/disparition, évolution des disparités ?
  3. Les éléments de délimitation de ces disparités : quelles méthodes permettent de les appréhender ? Comment les restituer ? Observe-t-on des traductions de ces disparités dans le paysage?
  4. Réaction(s) et remédiation : comment les différents acteurs touchés par ces disparités les réceptionnent-ils ? Quelles sont les mesures prises par chacun de ces acteurs pour tenter d’y remédier ?

Les communications se feront en langue française et ne dépasseront pas trente minutes. Les propositions doivent être adressées avant le 14 mai 2017 à l’adresse journeedisparites@gmail.com. Elles seront accompagnées d’un résumé de vingt lignes maximum, de cinq mots-clés et d’un CV de l’auteur précisant son rattachement institutionnel.

Organisation :

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Comité scientifique :

Corinne Beck, Professeur en histoire médiévale, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Jean-Marie Cauchies, Professeur en histoire médiévale, Université Saint-Louis

Marc Galochet, Professeur en géographie, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Christine Hoët-Van Cauwenberghe, Maître de conférences en histoire romaine, Université de Lille 3

Yves Junot, Maître de conférences en histoire moderne, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Contacts :

journeedisparites@gmail.com

[1] http://www.interreg-fwvl.eu/

Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle

Le bannissement est une prérogative municipale à Valenciennes à la fin du Moyen Age. Cette pratique cristallise les enjeux de pouvoir qui mettent en scène la communauté urbaine face à son prince, le comte de Hainaut. Par ailleurs, l’examen de son recours et sa mise en pratique traduisent les intérêts de la ville dans un contexte économique très dynamique malgré la menace de la Guerre de Cent Ans.

Cet article est la publication d’une communication donnée en mai 2014 lors du séminaire Questes et dont le thème était « Faire communauté ».

Texte dispo sur HAL et sur le site de la revue.

Construire un réseau pour contrôler l’espace

En 1427, Jean Rasoir, bourgeois de la ville de Valenciennes, accède à la charge de receveur général du Hainaut. Concomitamment à cette promotion sociale, il épouse en secondes noces Jaque De Roizin, ce qui lui permet d’entrer dans la noblesse hennuyère. La nomination de ce personnage à une charge comtale arrive au terme d’un réseau de relations tissé sur plusieurs générations. L’homme se place au cœur d’un enchevêtrement de liens, soigneusement travaillés et diversifiés. Continuer la lecture de Construire un réseau pour contrôler l’espace

Colloque international : Villes divisées – 06-07/10 Valenciennes

Les 6 et 7 octobre prochains se tiendra le colloque Villes divisées à l’Université de Valenciennes.  J’aborderai la fragmentation de l’espace à Valenciennes à la fin du Moyen Age, les moyens de ces divisions dans l’espace et leurs éventuelles conséquences sur l’organisation socio-spatiale de la ville.

Retrouvez l’ensemble des informations ici : http://www.univ-valenciennes.fr/CALHISTE/les-villes-divisees-representations-memoires-realites