Archives de catégorie : De l’archive à l’estrade

Vis ma vie de thésarde-prof du secondaire

Cela fait deux bons mois que j’ai réenfilé mes baskets – ou mes escarpins, comme on voudra – de prof du secondaire en parallèle de la thèse. Et de ces deux mois ressortent quelques réflexions sur le déroulement des choses et sur comment gérer au mieux les deux. Je pense que ça peut se résumer en quatre syllabes : c’est compliqué. Pourtant, après deux mois je reste convaincue que conjuguer les deux est possible, mais cela nécessite plusieurs conditions indispensables. Je précise d’entrée qu’il ne s’agit là que d’une réaction à chaud, sur laquelle je reviendrai au fil de l’année. Continuer la lecture de Vis ma vie de thésarde-prof du secondaire

C’est la rentrée !

Eh oui, c’est la rentrée! Depuis quelques jours, des nuées d’élèves ont envahi les écoles de France pour une nouvelle année scolaire. Et moi aussi. Car le rectorat a eu la gentillesse, en la personne de l’IPR qui m’a reçue, de me confier un service à temps complet dans un collège qui m’est familier puisque mon mari y a officié pendant cinq ans. Je rejoins donc la cohorte des doctorants qui dépouillent archives et rédigent thèse et articles en dispensant la science historique et géographique à nos chères têtes blondes. Continuer la lecture de C’est la rentrée !

Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Il y a un an, j’étais à Paris pour écouter un séminaire de médiévistes sur les cultures de l’Autre. Après chaque séance, les Questeurs ont l’habitude de partager un repas dans un des restos proches de la maison de la Recherche, rue Serpente. Ce soir là, c’était la pizzeria à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, conversations habituelles, l’après-thèse, les cours, les publications… On avait bien vu passer par la fenêtre plusieurs fourgonnettes de pompiers et de police, mais sans trop y prêter attention, le coin est passant. C’est en sortant, vers 22h30, quand chacun a regardé son téléphone qu’on a su. Je suis rarement rentrée aussi vite à l’hôtel. Comme beaucoup de gens, j’ai peu dormi cette nuit-là, scotchée à mon écran, suivant les infos, pleurant en prenant conscience de l’ampleur du carnage, des questions plein la tête et en même temps incapable de les formuler. Je me souviens surtout d’un sentiment d’impuissance.

Continuer la lecture de Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui