Tous les articles par Stéphanie Pirez-Huart

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours. Actualités et perspectives de recherche

Disparité(s) en terres du Nord, de l’Antiquité à nos jours.

Actualités et perspectives de recherche

Journée d’étude interdisciplinaire organisée le 27 octobre 2017

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Laboratoire Calhiste

Appel à communications

            En 2015, le gouvernement français dessine une nouvelle carte de ses régions. De cette recomposition territoriale naissent les Hauts-de-France, rassemblant le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Cette nouvelle unité politique et administrative est confrontée à des défis de réorganisation dans des domaines multiples : environnement, infrastructures, gouvernance, recherche, enseignement supérieur… Cette nouvelle géographie pose la question de l’hétérogénéité des territoires concernés et des disparités qui en résultent.

Plus globalement, ces questions de division/recomposition interrogent le territoire  septentrional français (l’actuelle région Hauts-de-France), auquel on peut joindre la Belgique. En effet, cette dernière, composante importante des Pays-Bas méridionaux à l’époque moderne, est également traversée depuis plusieurs années par des clivages, tant linguistiques, qu’économiques et sociaux.

La diversité est un élément-clé de l’histoire de cette vaste zone géographique et s’exprime dans des registres très variés : située à la confluence de plusieurs entités politiques fortes qui se succèdent au fil des siècles, elle a traversé toutes les époques historiques en étant au cœur des conflits armés et des échanges et a souvent changé de maître : de Gaule Belgique à l’époque antique, elle voit passer les mouvements de migration au Haut Moyen Age pour être tiraillée entre royaume de France, d’Angleterre et l’Empire au Bas Moyen Age. Elle intègre ensuite l’empire des Habsbourg à l’époque moderne. La période qui suit la Révolution Française est marquée par la naissance de la Belgique, fixant ainsi une nouvelle limite administrative. Au XXe siècle, de zone de front pendant la Première Guerre Mondiale la région passe dans la zone de commandement militaire allemand de Belgique pendant la Seconde Guerre. Toutefois, ces variations d’allégeance politique ne correspondent pas aux réalités humaines et ne sont pas révélatrices des dynamiques économiques et spatiales.

Les politiques menées au cours des dernières décennies visent d’ailleurs à transcender la frontière étatique qui sépare le Nord de la France de la Belgique, aboutissant en 1991 à la création de l’euro-région Transmanche regroupant le Kent, zone britannique, le Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne, mais dissoute en juin 2003. Depuis, le FEDER (Fonds Européen de Développement Economique et Régional) a pris le relais et a mis en place plusieurs programmes INTERREG transfrontaliers visant un développement régional intégré entre régions frontalières et donc favorisant les échanges[1].

Interroger les disparités en terres du Nord, c’est donc poser la question de la cohérence de ces territoires à l’intérieur de chaque pays et des relations entre ces deux entités politiques, repérer et expliquer les zones de discontinuité et contribuer à la réflexion publique. Cette journée d’étude souhaite adopter une perspective large et des temporalités longues. C’est pourquoi, dans une optique résolument interdisciplinaire, on mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et toutes les époques historiques. Les doctorants et jeunes chercheurs sont vivement encouragés à participer.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans plusieurs axes dont la liste et le contenu ne sont pas exhaustifs :

  1. Le vocabulaire de la disparité : quels mots sont choisis pour évoquer ces disparités ? Par qui ? Dans quel contexte ? Quels sont les buts poursuivis ? Quels sont les sens que recouvre le terme « disparité » pour chaque discipline des sciences humaines et sociales ?
  2. Description et traduction spatiale de ces disparités : les champs d’étude possibles sont très variés : diversité linguistique, dynamisme économique, migrations humaines, gestion de l’environnement, réseaux de transport… Les phénomènes décrits touchent-ils toute la zone d’étude ? Observe-t-on des temporalités spécifiques de ces disparités ? Peut-on croiser ces données et établir des emboîtements des échelles de temps et d’espace ? Peut-on établir une chronologie différenciée d’apparition/disparition, évolution des disparités ?
  3. Les éléments de délimitation de ces disparités : quelles méthodes permettent de les appréhender ? Comment les restituer ? Observe-t-on des traductions de ces disparités dans le paysage?
  4. Réaction(s) et remédiation : comment les différents acteurs touchés par ces disparités les réceptionnent-ils ? Quelles sont les mesures prises par chacun de ces acteurs pour tenter d’y remédier ?

Les communications se feront en langue française et ne dépasseront pas trente minutes. Les propositions doivent être adressées avant le 14 mai 2017 à l’adresse journeedisparites@gmail.com. Elles seront accompagnées d’un résumé de vingt lignes maximum, de cinq mots-clés et d’un CV de l’auteur précisant son rattachement institutionnel.

Organisation :

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Comité scientifique :

Corinne Beck, Professeur en histoire médiévale, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Jean-Marie Cauchies, Professeur en histoire médiévale, Université Saint-Louis

Marc Galochet, Professeur en géographie, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Christine Hoët-Van Cauwenberghe, Maître de conférences en histoire romaine, Université de Lille 3

Yves Junot, Maître de conférences en histoire moderne, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Marie Debarre, docteure en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Stéphanie Pirez-Huart, doctorante en histoire médiévale, laboratoire CALHISTE, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Contacts :

journeedisparites@gmail.com

[1] http://www.interreg-fwvl.eu/

Communications et publications

  1. Publications
  • « Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle », Bulletin de Questes, 2016, n° 32, p. 85-101.

Disponible ici et ici

  • « Marie Delcourte, Espaces forestiers et sociétés en Avesnois (XIVe-début du XVIIIe siècle). Etude du paysage. », Compte-rendu de soutenance, Histoire et Sociétés Rurales, 2016, n° 45, p. 271-275.
  • « Construire un réseau pour contrôler l’espace », Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 2016, p. 135-146.

Disponible ici et ici

Articles soumis Continuer la lecture de Communications et publications

Les présents de vin. Essai de recette pour presser le citron jusqu’à la dernière goutte

Le chapitre auquel je travaille depuis une semaine s’inscrit dans la continuité des deux précédents. Jusque-là, j’ai cherché à établir les groupes qui tiennent la ville, tant via ses institutions politiques qu’économiques. Logiquement, en tout cas c’est de cette façon que je le conçois, je poursuis avec LA question : « à qui profite le crime? ». Car si la gestion des affaires de la ville est souvent présentée dans les sources comme étant « pour le bien commun », on imagine assez facilement, hier comme aujourd’hui, que derrière cet intérêt pour la communauté se cachent des accointances bien plus personnelles et intéressées. Bref, qui s’enrichit grâce à la ville et de quelle façon? Continuer la lecture de Les présents de vin. Essai de recette pour presser le citron jusqu’à la dernière goutte

Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

Compte-rendu de la conférence donnée dans le cadre du Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes le 26 février 2017.

Jean-Marie Cauchies, professeur émérite des facultés de Saint-Louis

« Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

L’application des censures ecclésiastiques, qu’il s’agisse d’interdit ou d’excommunication, suscite toujours l’émoi dans les communautés locales, urbaines ou villageoises. Ce sont des sanctions qui doivent amener les coupables au repentir. Les effets spirituels et sociaux de la sanction sont importants. En effet, pour un temps plus ou moins long, une population souffre durement de l’interruption des services religieux ou des saint sacrements.

L’interdit, sans exclure ses victimes de la communauté des fidèles, est personnel ou local. Ceux sur lesquels il s’abat peuvent être privés de célébration d’offices divins, de sacrement et de sépulture en terre chrétienne. Dans les sources, on parle de « ces », c’est-à-dire de cessatio a divinis.

L’excommunication est plus grave car elle entraîne une rupture avec la communion de l’Eglise. C’est une exclusion plutôt qu’une marginalisation. Continuer la lecture de Compte-rendu de conférence. Jean-Marie Cauchies, « Justice de l’évêque et justice de la ville de Valenciennes : délits, censures et affrontements entre clercs et bourgeois (1424-1430) »

Un doctorat , c’est quoi?

Comme tous les matins, j’épluche mon fil tweeter, à l’affût de publications, appels à com ou plus simplement bonnes nouvelles dans la vie de la #TeamRedaction. Et voilà qu’arrive un retweet d’un article intitulé « Le doctorat, mais qu’est-ce vraiment? ». Chouette, on parle de mon quotidien quelque part, vite, lisons! Second point qui suscite ma curiosité, les premières lignes mentionnent l’interview de deux doctorants et un chercheur titulaire de Lille , tous trois en SHS, là je crie #bingo.

Et je déchante. Car certains points me hérissent le poil, et il me semble important de bien cadrer les choses, sous peine de voir perdurer quelques carcans universitaires bien archaïques. Je précise de suite que l’ensemble des choses énoncées dans cet article sont justes – en particulier concernant le déroulé du doctorat – mais ce qui me gêne c’est bien souvent le vocabulaire utilisé pour le faire et certaines inexactitudes. Continuer la lecture de Un doctorat , c’est quoi?

Dédramatiser l’écriture

La rédaction est une période critique pour bien des doctorants. C’est le moment de mettre de l’ordre dans toutes ces données accumulées depuis le début de la thèse, voire même avant pour ceux qui ont commencé avant l’inscription voire le master #coupable

La première étape, c’est de bâtir un plan, certes très théorique, surtout quand on a une DR comme la mienne qui recourt sans scrupule aux ciseaux. Et je concède bien volontiers que jusque-là, à chaque fois qu’elle l’a fait, mon propos a gagné en fluidité.

Ensuite, en tout cas en ce qui me concerne, et j’imagine que les autres historiens procèdent de la même manière, répartir les sources récoltées dans chaque chapitre, puis partie, puis sous-partie. Bref, aboutir à un plan détaillé, auquel on adjoint les questions et hypothèses qu’on souhaite aborder.

Arrive le moment fatidique, celui où il faut prendre la plume, le crayon, le clavier, peu importe. Continuer la lecture de Dédramatiser l’écriture

Le nerf de la guerre

     Après avoir analysé les rouages politiques de la ville au sens strict, je m’attaque aux rouages économiques, ceux qui fondent la puissance de la ville. Aux XIVe-XVe siècles, Valenciennes est une ville florissante, sans aucun doute la plus riche du Hainaut. Elle est un point de convergence des productions rurales et un relais d’exportation.  Et les institutions ont bien compris qu’une régulation, un contrôle de ces productions était une belle occasion de prélever des sommes importantes, qui financeraient les activités politiques urbaines.  En outre, c’est une nécessité car dans la liste des denrées faisant l’objet de cette intervention des autorités, il y a tout ce qui relève de l’approvisionnement et on touche là l’une des problématiques qui concernent de près toutes les villes peu importe leur taille. Car sans nourriture, pas de population, et sans population, pas de cité. Dernier point qui justifie la création d’institutions économique, et finalement sans doute la raison première : la fondation de la ville. Si la charte de la Paix accordée par Baudouin en 1114 institue un collège d’échevins, c’est en échange de l’apurement de dettes, soldées par les Valenciennois. Et ce groupe de « pères fondateurs » est composé de marchands, actifs depuis longtemps.

Continuer la lecture de Le nerf de la guerre

Maintenir la paix dans la communauté et affirmer l’identité urbaine : bannis et bannissement à Valenciennes au XIVe siècle

Le bannissement est une prérogative municipale à Valenciennes à la fin du Moyen Age. Cette pratique cristallise les enjeux de pouvoir qui mettent en scène la communauté urbaine face à son prince, le comte de Hainaut. Par ailleurs, l’examen de son recours et sa mise en pratique traduisent les intérêts de la ville dans un contexte économique très dynamique malgré la menace de la Guerre de Cent Ans.

Cet article est la publication d’une communication donnée en mai 2014 lors du séminaire Questes et dont le thème était « Faire communauté ».

Texte dispo sur HAL et sur le site de la revue.

Construire un réseau pour contrôler l’espace

En 1427, Jean Rasoir, bourgeois de la ville de Valenciennes, accède à la charge de receveur général du Hainaut. Concomitamment à cette promotion sociale, il épouse en secondes noces Jaque De Roizin, ce qui lui permet d’entrer dans la noblesse hennuyère. La nomination de ce personnage à une charge comtale arrive au terme d’un réseau de relations tissé sur plusieurs générations. L’homme se place au cœur d’un enchevêtrement de liens, soigneusement travaillés et diversifiés. Continuer la lecture de Construire un réseau pour contrôler l’espace

Le prix de l’administration

Les fonctionnaires coûtent trop cher et sont trop nombreux. L’idée revient à chaque élection, un peu comme un herpès dont on aurait du mal à se défaire. Et l’affaire n’est pas nouvelle, Actuel Moyen Age l’a montré ici récemment.

Dans la Valenciennes médiévale on trouve aussi des fonctionnaires. Aucune source n’évoque leur popularité dans la ville, mais ils sont bien là. Qu’on les désigne sous ce terme ou pas, la ville rémunère les offices de personnes pour leurs compétences ou les services rendus à la communauté urbaine. On les trouve essentiellement dans les comptabilités, dans une rubrique intitulée « pensions et siervices » dont le massard (le comptable, le gestionnaire de la ville) rend compte deux fois par an.

pensions

AMV CC 726, f° 20 r°

Continuer la lecture de Le prix de l’administration

L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Malgré les conflits qui animent la société valenciennoise, la communauté urbaine ne pardonne jamais les atteintes à son intégrité et se montre volontiers revancharde. C’est dans ce contexte que la bonne ville du Hainaut pratique l’abattis de maison.

Ce procédé, très répandu dans le Hainaut et dans le Nord de façon plus générale (Laon et Amiens par exemple), est ancien, et vise à punir sauvagement une personne en s’en prenant à ses biens, en détruisant sans ménagement sa maison.

Continuer la lecture de L’abattis de maison comme mode de gouvernement ou la ville en colère

Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

L’une des questions qui revient le plus après le « et cette thèse, ça avance? », c’est « pourquoi ce sujet? ». Mon thème de recherches est le résultat d’un cheminement commencé il y a presque vingt ans.

L’Histoire, ma première histoire d’amour

D’abord il y a eu la fascination lors de la découverte de l’Histoire et des possibilités d’évasion qu’elle offre face à un monde violent (rappelons que je suis née au milieu des années 1980, et que dans mes souvenirs d’enfance il y a notamment les collectes alimentaires à l’école contre la famine en Afrique. Par ailleurs, j’ai grandi près de la frontière belge, et lors de mes années collège, le contexte, c’est l’affaire Dutroux, qui a terrorisé bien des enfants dans ce coin de l’hexagone). Donc le rêve de l’ailleurs, un univers avec ses conflits certes, mais qui offre une place pour l’imaginaire, et pour le Moyen Age, les constructions majestueuses et des sonorités différentes. Je me rappelle d’ailleurs une double page de mon manuel de 5e qui portait sur les villes, j’étais subjuguée par les représentations des rues, foisonnantes, fourmillant d’activités variées.

Continuer la lecture de Construire son objet de recherches et se construire soi-même, pas à pas

Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui

Il y a un an, j’étais à Paris pour écouter un séminaire de médiévistes sur les cultures de l’Autre. Après chaque séance, les Questeurs ont l’habitude de partager un repas dans un des restos proches de la maison de la Recherche, rue Serpente. Ce soir là, c’était la pizzeria à l’angle des boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, conversations habituelles, l’après-thèse, les cours, les publications… On avait bien vu passer par la fenêtre plusieurs fourgonnettes de pompiers et de police, mais sans trop y prêter attention, le coin est passant. C’est en sortant, vers 22h30, quand chacun a regardé son téléphone qu’on a su. Je suis rarement rentrée aussi vite à l’hôtel. Comme beaucoup de gens, j’ai peu dormi cette nuit-là, scotchée à mon écran, suivant les infos, pleurant en prenant conscience de l’ampleur du carnage, des questions plein la tête et en même temps incapable de les formuler. Je me souviens surtout d’un sentiment d’impuissance.

Continuer la lecture de Enseigner l’histoire régionale médiévale comme outil de lecture du monde d’aujourd’hui