Dernière rentrée avant la ligne d’arrivée?

C’est la rentrée. Pour certains c’est une étape difficile , pour d’autres un moment de retrouvailles. En ce qui me concerne, cette rentrée a une saveur particulière. Si tout va bien, ça sera la dernière en tant que doctorante, ma dernière ré-inscription en thèse. Non pas que j’arrête la recherche, mais il semble que j’arrive à l’étape redoutée de la soutenance. Juin, septembre? On ne sait pas encore mais c’est l’objectif fixé. Et quand je regarde derrière moi, je suis surprise de voir combien le temps a filé à une vitesse folle, ce temps dont on se plaint régulièrement qu’il nous manque. Il me reste encore beaucoup à faire avant de rendre définitivement mon pavé, mais globalement je suis satisfaite. Ces quatre dernières années ont été un orgasme intellectuel, une orgie de parchemins, une bouffée d’oxygène qui m’a manquée depuis le master. J’y reviendrais dans un autre billet.

Cette année sera particulière car n’ayant pas trouvé de financement pour cette nouvelle année, je retourne dans le secondaire, sauf si l’inspection s’y oppose, réponse mardi. Je suis d’ailleurs assez enthousiaste. Mais cela va impliquer une refonte de mon rythme de travail, à conjuguer avec les impératifs familiaux qui eux aussi vont évoluer. Cela veut donc dire cadrer encore davantage les temps dédiés à la rédaction, à la lecture biblio et aux dépouillements de dernière minute. Cela veut dire aussi bien calibrer les à-côté de la thèse. Je poursuis l’alimentation de mes comptes sociaux de vulgarisation Twitter et Facebook : ils me permettent de m’exercer à un mode d’expression différent, je suis obligée d’y être synthétique et suffisamment claire pour des non-spécialistes tout en gardant en qualité. Car vulgariser ne rime pas avec approximation. Bref simplifier sans être simpliste pour reprendre la pensée d’Einstein.

Au programme sont aussi prévues deux conférences, l’une pour le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes, et l’autre pour une association locale qui m’a contactée dernièrement.

En matière de publication, l’article issu du colloque Villes divisées doit paraître dans les prochaines semaines, je dois rendre l’article issu du colloque sur les espaces frontaliers dans trois semaines, et je dois toujours écrire un article pour une revue de rang A, sur recommandation de mon comité de suivi. Je pense voir revenir aussi l’article issu de ma communication donnée au congrès de la SFHU en 2016, que j’espère accepté.

 

Et enfin deux projets professionnels que je vais lancer prochainement, sans lien avec la recherche. L’un qui vise surtout à payer les factures, l’autre qui émane d’une idée loufoque de mon mari, mais il faut bien reconnaître que ses idées farfelues débouchent souvent sur quelque chose de concret et de très sérieux. Donc on va tenter l’aventure, je vous en dirai plus dans quelques mois!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *