Juin-Juillet à la traîne

Cela fait plus d’un mois que je n’ai pas posté ici. Et pour cause, comme pour beaucoup, l’année a été longue, et ça commence à se voir. Pour autant, ces quatre dernières semaines ont été riches en évènements.

J’ai passé beaucoup de temps à envoyer des mails pour la journée d’étude que je co-organise en octobre prochain. Ca avance bien, et le programme me semble bien incarner la diversité de mon labo, au sein duquel l’interdisciplinarité est un pilier essentiel.

J’ai aussi consacré pas mal de temps à la révision d’un article tiré de ma communication pour le colloque Villes divisées. La #goodnews c’est que ça devrait sortir à l’automne, soit tout pile un an après le colloque ; autant dire que je suis ravie, habituellement les délais sont… bref vous le savez aussi bien que moi.

J’ai aussi consacré pas mal de temps à la partie vulgarisation de mes recherches. C’est un pan de mon travail auquel j’accorde beaucoup d’importance, mais il est clair qu’on ne se lance pas dans ce genre de choses en première ou deuxième année de thèse, sauf à vouloir brasser du vent et risquer de brûler les étapes. J’ai donc mis le paquet sur la page Facebook Val’ancienne pour laquelle j’ai programmé plusieurs posts, ce qui m’évite de devoir y revenir trop souvent puisque les publis se font automatiquement en fonction du jour et de l’heure choisie.

J’ai aussi répondu à la demande de La Voix du Nord qui voulait faire une interview pour causer un peu de la ville sous ses temps les plus reculés. (bon en vrai Valenciennes est plus ancienne que le XIIIe siècle mais je ne prétends pas couvrir le Moyen Age central, cela impliquerait une masse d’archives supplémentaires, et en latin qui plus est, avec donc un double travail de transcription-traduction auquel je n’ai pas le temps de me livrer. Pour l’instant. #teasing). Les retours sont très bons, même si je regrette de ne pas avoir pu tout dire, il a fallu faire des choix. L’un des retours m’a d’ailleurs proposé de donner une conférence, mais chut! Je vous en parlerai quand ça sera un peu plus concret, à la fin de l’été.

Concernant la thèse, cette période a été… disons différente. Mon dernier chapitre m’a littéralement épuisée. Il est très long, encore un pavé de 50 pages, et m’a demandé d’une part de faire des choix en matière de thèmes et d’exemples à traiter, et d’autre part de mettre à jour ma biblio car il est vrai que jusque-là je n’avais pas accordé une grande attention à la question des finances urbaines. Et finalement, il s’avère que les médiévistes ont bien avancé ce champ d’études. J’ai donc de la biblio à disposition, mais encore faut-il la lire… En tout cas, ce chapitre m’a vidée, comme à chaque fois que j’en termine un. Et il me faut toujours un peu de temps avant de travailler sérieusement au suivant, le temps que le déclic se fasse.

De ce fait, j’ai surtout mis l’accent sur le dépouillement du manuscrit de Cocquiau. Il est postérieur, mais présente le net avantage d’être une compilation de documents originaux, dont beaucoup ont disparu. En conséquence, ce sont autant de zones d’ombres qui basculent dans la lumière, en particulier sur des périodes pour lesquelles on est peu documentés, et je ne peux que m’en réjouir, même si ça implique de revoir les chapitres déjà écrits pour intégrer ces nouvelles données. Mais ça va satisfaire mon souci de l’exhaustivité (une aberration en médiévale, je le sais) donc c’est positif. Par ailleurs, j’y ai trouvé pas mal d’anecdotes qui vont venir nourrir la chronologie détaillée que je pense joindre en annexe, un outil original, ainsi que les comptes sociaux de vulgarisation que j’anime.

 

 

Juin a été également consacré à ma santé. Etre assise durant de longues plages a ses conséquences. Donc je suis suivie par une kiné et je m’astreins à pédaler tous les jours. Et sur vos conseils amis lecteurs, j’ai pris du temps pour glander. J’ai dormi, fait les boutiques (beaucoup. Trop. Mais j’adore le shopping. Autant que le chocolat, c’est dire!) et encore dormi. Pas assez. Mais quand même.

 

Enfin, dernier point important de cette période de fin d’année universitaire, ma directrice a officiellement pris sa retraite. Evidemment, elle m’a demandé d’être là, et dans ses remerciements, elle a eu un mot gentil à mon intention, de ceux qu’elle a quand elle prend le temps de m’encourager avec intensité. Je ne m’y attendais pas, et je confesse bien volontiers qu’une larmichette s’est pointée discrètement. Il faut dire qu’elle créé des relations très fortes avec les personnes avec qui elle travaille, et en l’occurrence je suis la première étudiante à m’être inscrite sous sa direction en master, quand elle est arrivée chez nous, nouvellement élue Professeure des Universités. A cette époque, je ne la connaissais évidemment pas et j’aurai pu faire mon mémoire avec l’un des MCF que j’avais eu en licence. Et j’ai tenté l’aventure, avec beaucoup de bonheur.

 

Les prochaines semaines?

M’atteler sérieusement à ce chapitre sur les cadres religieux de la cité. Reprendre le plan du prochain groupe de chapitres. Ecrire le texte de la conférence que je donnerai au Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes début novembre. Ecrire un article à soumettre à la grande revue régionale classée A #CV. Lire. Dormir. Partir en vacances #plage. Déménager peut-être aussi. Et manger de la glace. A la vanille. Avec des morceaux de nectarine et d’ananas. Un délice.

Bel été à vous…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *