Comité de suivi de thèse, retour d’expérience

Vendredi a eu lieu la première réunion de mon comité de suivi de thèse, l’occasion de revenir sur ce nouvel outil du doctorat qui a fait beaucoup de bruit ces deux dernières années.

Le comité de suivi, c’est quoi?

L’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 nous dit : « Un comité de suivi individuel du doctorant veille au bon déroulement du cursus en s’appuyant sur la charte du doctorat et la convention de formation. Il évalue, dans un entretien avec le doctorant, les conditions de sa formation et les avancées de sa recherche. Il formule des recommandations et transmet un rapport de l’entretien au directeur de l’école doctorale, au doctorant et au directeur de thèse. Il veille notamment à prévenir toute forme de conflit, de discrimination ou de harcèlement. »

En clair, il est là pour s’assurer que le cadre matériel de la thèse est satisfaisant, que le doctorant n’est pas enfermé seul face à son sujet de thèse, et il est là pour donner l’alerte en cas de problème relationnel avec le directeur. Et donc, contrairement à ce qu’on a souvent entendu, rien à voir avec l’examen de la thèse en tant que tel, on ne touche pas à l’aspect scientifique de la recherche doctorale.

La relation avec le directeur me semble être un élément fondamental. Car, c’est un secret de polichinelle, tous les directeurs ne sont pas éthiques. Et il suffit d’une discussion très informelle entre doctorants sans oreilles titulaires pour s’en rendre compte. Car oui, on a tous connaissance de pratiques douteuses, de directeurs qui ne dirigent pas, qui s’en prennent parfois sans motif ni courtoisie à leur doctorant, quand ça ne verse pas dans le sexisme purement et simplement ; il suffit de taper « doctorat sexisme » dans Google ou encore de consulter les tumblr Paye ta fac et Paye ta recherche pour en avoir un aperçu. Evidemment, le doctorant, tout précaire qu’il est, n’est pas armé pour se défendre en pareil cas. D’où le comité de suivi mis en place cette année. J’espère d’ailleurs que le Ministère fera paraître des données sur les problèmes remontés, ça permettrait certainement de mesurer un peu plus finement l’ampleur des problèmes du duo directeur-doctorant. En ce qui me concerne, un comité de suivi ne se justifie pas dans cette optique : quitte à passer pour une doctorante fayote, je dis assez souvent la chance que j’ai d’avoir une directrice comme la mienne. Attentive, disponible en dépit des responsabilités multiples qu’elle endosse, exigeante juste ce qu’il faut, c’est une perle. Et quand les gens font bien leur travail, il faut le dire aussi.

Le comité de suivi, c’est qui?

Le décret précise que sa composition relève d’un choix conjoint entre le doctorant et son directeur, choix ensuite avalisé par la direction du laboratoire et l’école doctorale. Dans mon cas, nous avons choisi un maître de conférences du labo, qui travaille sur le même espace que le mien et des thématiques voisines pour la période qui suit la mienne, et une professeure de la grande université régionale, qui travaille aussi sur l’urbain des Pays-Bas bourguignons, que je ne connaissais que par le biais de ses travaux jusque là. Quand je dis nous avons choisi, en fait j’ai choisi. Car ça a été la première question qu’elle m’a posée quand il a fallu constituer ce comité. Le premier m’est venu spontanément. D’une part, c’est quelqu’un que je connais bien, et qui scientifiquement et humainement parlant est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. D’autre part, il connaît relativement bien mon travail, avantage d’être dans le même labo, et demande régulièrement des nouvelles de ma thèse. Donc c’était assez évident. Pour la seconde, on a pas mal cherché. Mine de rien, il faut quand même quelqu’un d’un peu disponible, et chacun sait qu’être MCF ou PU, c’est un beau métier, mais très chargé, en activités et en responsabilités. Et c’est finalement ma directrice qui m’a proposé son nom, proposition que j’ai accepté bien volontiers, même si je concède que ça m’effrayait un peu de me retrouver face à une chercheuse comme elle. Oui, à 31 ans on est toujours impressionnable, surtout quand les gens en face ont une belle carrière et font autorité dans leur domaine.

Précision d’importance sur la composition de ce comité : le directeur ne siège pas. Ce qui veut dire que les facs qui « conseillent » d’exclure la direction sont dans l’illégalité la plus totale. Car en cas de problème, je doute que le doctorant puisse parler librement si son directeur écoute.

Comment ça se prépare?

Evidemment, dans la mesure où je termine ma 4e année, le train roule depuis un bon moment. De ce fait, j’ai choisi de leur faire parvenir deux fichiers, de façon à leur permettre d’avoir une idée plus ou moins claire de ce que je fais :

  • le premier avec la liste des communications, posters et articles que j’ai produits depuis le début de la thèse
  • le second avec une synthèse. J’y parle du contexte dans lequel je travaille (financements, famille, charge de cours…), je fais un point sur ma formation doctorale, et je détaille ma thèse, les idées principales, les sources exploitées, et l’état d’avancement précis de la rédaction. Enfin, un point succinct sur la question de l’après.

Un détail que j’avais omis: donnez le titre de votre thèse. Ca peut paraître curieux de le dire, mais j’avais zappé ce point!

Comment ça se passe?

Dans mon cas on a suivi le formulaire à rendre à l’Ecole Doctorale. Il revient sur le financement, l’avancée de la formation doctorale, de la thèse et sur les relations avec le directeur :

A la fin, un encart précise si nous sommes d’accord pour diffuser ou non le rapport au directeur de thèse. Dans mon cas c’était évident, on s’entend bien, elle fait un vrai travail de suivi, et j’avais de toute façon l’intention de l’appeler en fin de journée pour faire le point sur cette réunion.

Concrètement, je retire quoi de cette séance?

N’ayant pas de problèmes avec ma directrice, je n’attendais rien de spécial de mon comité de suivi. Et finalement, il en ressort des choses positives. D’une part, cela m’a permis d’avoir un contact supplémentaire dans le monde de la recherche, d’élargir un peu mon réseau. D’autre part, nous avons profité de leurs spécialités respectives pour aborder le contenu de ma thèse. Pas dans le détail, ça n’était ni le lieu ni l’endroit, mais nous avons discuté du plan de ma thèse, et c’était très valorisant de pouvoir parler de mon travail à des spécialistes, et de recevoir leurs conseils, y compris en matière de valorisation de mon travail. C’est donc un bonus tout à fait appréciable. A aucun moment le travail de ma directrice n’a été remis en cause ou jugé, c’était plutôt un soutien extérieur et bienveillant, du même acabit qu’une discussion informelle lors d’un colloque.

En conclusion, j’encourage ce dispositif. On me dira que c’est toujours plus facile quand ça se passe bien. Tout à fait. Mais justement. On pointe souvent les problèmes et les situations qui coincent, jamais les cas où ça va bien. Et je pense qu’en le disant, ça permet de nuancer un peu le tableau.


3 réflexions au sujet de « Comité de suivi de thèse, retour d’expérience »

  1. Merci pour ce retour d’expérience. Mais ce que je note c’est que déjà, tous les comités de suivi sont loin d’être conformes, car les directeurs y siègent souvent, ce qui est on ne peut plus pénalisant dans le cas de relations très conflictuelles avec son directeur. Au passage, il faut bien noter que la réforme excluant les directeurs des délibérations du jury de thèse semble avoir été très mal accueillie.
    Il ne faut pas oublier, comme le souligne un des commentaires, le fort corporatisme régnant dans le milieu et je conseille aux futurs doctorants, s’ils en ont le choix, de choisir des avis vraiment extérieurs et non des « amis » du ou des directeurs de thèse. Bien sûr cela suppose de pouvoir s’exprimer et de connaître du monde.
    Personnellement, mes CST n’étaient donc pas conformes, et m’ont en ce sens davantage handicapés, qu’aidés. L’aspect relationnel n’a jamais été abordé, et ce à aucun de mes CST, même si tous les membres étaient et sont au courant de la situation.
    En effet, mes relations avec un de mes co-directeurs de thèse sont plus que mauvaises (tant sur le plan des relations humaines que scientifiques) et je ne me suis pas privée de rapporter quelques perles sur Paye ta fac. J’ai d’ailleurs « fuit » ma fac’ de rattachement où le directeur de l’ED se contrefiche de la situation, car j’ai la chance d’être en co-direction. Et heureusement mon second co-directeur de thèse est un grand ponte de son domaine aux qualités humaines indéniables.
    Bref, pour éviter d’envenimer les situations, les membres du CST ont soigneusement évité la question à chaque reprise. Résultat de ces deux ans et demi d’hypocrisie : mes deux co-directeurs ne peuvent vraiment plus se blairer depuis un bon bout de temps et cela cause évidemment de belles difficultés dans la gestion de l’avancement de thèse, de la soumission d’articles, etc.

  2. Je ne sais pas vraiment si le dispositif peut être vraiment efficace en terme de résolution de conflit avec le directeur de thèse s’il y en a. Dans mon cas, le jury de mon comité de thèse a été choisi par mon directeur. Il a choisi des personnes qui étaient des « amis » dans le monde de la recherche. Personnellement, j’avais des problèmes relationnels très important avec mon directeur, je le soupçonne toujours d’être un manipulateur. J’ai essayé
    d’évoquer ces problèmes et mes doutes lors de mon comité, mais le jury a plutôt cherché à défendre mon directeur, en me donnant des conseils que j’avais déjà entendus et essayé d’appliquer. Voyant que ça ne menait à rien j’ai fini par sourire et acquiescer. Les remontés sur le bilan du comité n’ont pas fait état de la situation. J’ai démissionné de ma thèse un mois plus tard….

  3. Merci pour ce retour d’expérience encourageant concernant le comité de thèse. Maintenant il reste à savoir si ce « dispositif » saura répondre aux attentes de ceux qui ont des problèmes avec leur(s) directeur(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *