Les présents de vin. Essai de recette pour presser le citron jusqu’à la dernière goutte

Le chapitre auquel je travaille depuis une semaine s’inscrit dans la continuité des deux précédents. Jusque-là, j’ai cherché à établir les groupes qui tiennent la ville, tant via ses institutions politiques qu’économiques. Logiquement, en tout cas c’est de cette façon que je le conçois, je poursuis avec LA question : « à qui profite le crime? ». Car si la gestion des affaires de la ville est souvent présentée dans les sources comme étant « pour le bien commun », on imagine assez facilement, hier comme aujourd’hui, que derrière cet intérêt pour la communauté se cachent des accointances bien plus personnelles et intéressées. Bref, qui s’enrichit grâce à la ville et de quelle façon?

Les comptabilités de la massarderie constituent une source essentielle, puisqu’elles reprennent dans le détail les transactions dans lesquelles la ville a un intérêt, qu’elle soit créancière ou débitrice. Je m’intéresse en particulier à la rubrique des « Communs frais » (classée dans les dépenses de la ville), un véritable fourre-tout dans lequel le clerc inscrit… tout ce qui ne rentre pas dans les autres rubriques! Au cours du XIVe siècle, ce dernier tend à dégrossir cette masse d’informations, en créant des sous-rubriques facilitant les bilans financiers. Et c’est ainsi qu’on voit apparaître les présents de vins, liste détaillée des boissons offertes en cadeau à un certain nombre de personnalités. Les comptes valenciennois se présentent dès le milieu du XIVe siècle sous un format assez standardisé et donc régulier d’un registre à l’autre, ce qui facilite grandement l’indexation dans une base de données. Pour la partie qui m’intéresse aujourd’hui, on trouve systématiquement l’identité de la personne à qui on a acheté du vin, la plupart du temps son prénom et son nom.  Je peux donc cerner les personnes qu’on sollicite, et à quelle fréquence, et donc tester l’hypothèse d’un lien entre ce groupe et celui qui siège au Magistrat. Ou pour le dire autrement, favorise-t-on son entourage proche? #actualitébonjour

Ensuite, on trouve des informations relatives au vin : quelle quantité est achetée, à quel prix et de façon plus ou moins régulière d’où vient-il. Je peux donc dresser un portrait des vins disponibles dans la ville et donc compléter la carte des flux commerciaux. Cela permet aussi de pointer le degré de connaissance des Valenciennois en matière d’œnologie et d’affiner la zone de renommée des vins.

Enfin, chaque entrée précise le nom du bénéficiaire du présent, et de façon plus ou moins systématique le lieu où il a été livré, les circonstances qu justifient le cadeau et la date. On éclaire donc par ce biais les personnes et institutions avec lesquelles le Magistrat entretient des relations diplomatiques. Les circonstances sont un bon moyen d’affiner notre connaissance de certains éléments de la vie municipale. Par exemple, on trouve courant octobre des présents délivrés alors que le massart rend ses comptes, c’est-à-dire qu’il délivre un exemplaire au comte, ou plus généralement son représentant, pour les faire vérifier et attester de la validité de son travail pour la cité. Or, on sait que les comptes débutent le 8 septembre, date anniversaire du passage de la Peste de 1008 lors de laquelle la Vierge serait intervenue pour protéger la cité, épisode fondateur de la cité, au moins pour le volant légende. On en déduit donc que le massart et son clerc disposent d’environ un mois pour rédiger son registre et faire les comptes annuels de la ville. Nous sommes donc renseignés sur son rythme de travail.

Par ailleurs, bon nombre des lieux indiqués sont des hôtels, détenus par des particuliers. On a ainsi accès aux relations cette fois plus personnelles entretenues par certains aristocrates – car évidemment le Bailli de Hainaut ne descend pas chez le paysan du coin – et on peut donc compléter les réseaux sociaux (!) les trajectoires d’ascension sociale (ou pas).

Enfin, si on veut pousser le bouchon plus loin, on peut aussi croiser la qualité du bénéficiaire avec le type de vin et son prix : à qui offre-t-on les boissons les plus rares et les plus précieuses? Peut-on établir une hiérarchie des hôtes de la ville? En quoi cette gradation peut-elle être reliée à des relations diplomatiques plus ou moins soutenues? Sait-on ce qu’y gagne la ville?

Ces données vont également préciser certaines pratiques de gouvernement. Si aujourd’hui on s’offusque régulièrement des montants dépensés par nos gouvernants en frais de représentation, on peut mesurer grâce à cette source que la pratique n’est pas nouvelle, puisque par exemple, on offre au prévôt son vin de « le nuit de lan » !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *